Accueil » Autour de la BD » Les coulisses » Le drame d’un chroniqueur

Le drame d’un chroniqueur

3236901113_4.2

Aujourd’hui, j’ai décidé d’aller à la rencontre de notre maître à tous, le dieu des chroniqueurs BD, connu uniquement sous son pseudo de BD-MAN. D’ailleurs, c’est en croisant son facteur, un homme jeune mais déjà voûté par son travail physique, que la vérité m’est apparue au grand jour : BD-MAN est plus qu’un simple pseudonyme, c’est une véritable légende. Transportant un colis jusqu’au domicile de BD-MAN, le sympathique facteur me demande si je peux lui l’apporter, ça lui évitera de le faire entrer au pied de biche dans sa boîte aux lettres. C’est donc avec un colis sous le bras que je sonne chez ce mentor…

Il m’ouvre. Il n’est guère impressionnant : haut comme trois pommes mais large comme quatre. Il guettait le passage du facteur… « Vous comprenez, la dernière fois, il m’a coincé un lot de BD, c’était la galère pour le sortir. »

J’entre.

J’enjambe une première pile d’albums, « les sorties de la semaine ». Une seconde, « le retard« . Et BD-MAN se livre, visiblement heureux de croiser un autre être humain que son facteur.

« Il y a près de 4000 nouveautés par an. Sur mon site, on essaye d’en chroniquer au moins le tiers et je m’occupe de la moitié des articles. »

Premier exercice de maths de la journée… Un tiers de 4000, 1333 et des poussières. La moitié… 666 ! Diable, ça en fait. Et là, BD-MAN me regarde très fier.

« Je fais donc deux chroniques par jour en moyenne. Et sans compter mes interviews sur les salons de BD ; ça casse un peu mon rythme puisque j’y passe un week-end sur deux… »

Là, j’ai clairement la flemme de faire le calcul… En ce début d’année scolaire, vous pouvez faire travailler vos mômes si ça vous dit.

J’essaye d’en savoir plus sur le personnage.

« J’ai 46 ans, pas de gosse, pas de femme et sans emploi, j’ai donc du temps pour lire et chroniquer ces albums. J’ai commencé à lire de la BD très jeune mais comme je ne travaillais pas, c’était compliqué pour m’acheter des albums. Alors, j’ai décidé de monter un site. Les éditeurs m’envoient leurs bouquins, je ne travaille toujours pas mais au moins, je n’ai plus de problème pour m’acheter des albums. »

Je suis curieux de connaître plus en détail cet étrange modèle économique…

« C’est très simple. La porte par laquelle vous êtes passée est l’entrée secondaire de la maison de ma mère. Comme elle est seule, je lui tiens compagnie et en échange, elle me prépare à manger, s’occupe de ma lessive et gère l’entretien de la maison et des charges. Tout le monde est gagnant. »

Je comprends mieux les napperons avec les chats, ça dénotait un peu avec les statuettes Pinpin.

« Ah, je vois que vous regardez ces statuettes. C’est une collection reçue en service presse. C’était un sacré challenge de faire une chronique par statuette ! Depuis, je suis incollable sur les différentes variétés de résine. Saviez-vous que la figurine de Pinpin au Togo n’est pas dans la même matière que celle de Pinpin et le Lotus rose ? J’avais également été invité au lancement de cette collection. Une bouteille de champagne offerte ! Regardez, elle est là. J’attends juste l’occasion pour l’ouvrir. »

Je lui demande comment il organise sa journée.

« Je me lève assez tôt, aux alentours de 10h. Ma mère m’a préparé le petit-déjeuner avant de partir travailler, je mange et je regarde mes mails. Je réponds aux attachés de presse le matin et je note dans mon tableau de suivi les albums que je vais recevoir. J’attends ensuite le passage du facteur pour passer à table. Je m’attaque alors aux choses sérieuses. Je lis les BD reçues du jour avant de faire ma sieste. A mon réveil, je fais comme ça deux à trois chroniques, pour toujours avoir du stock ! Il y a 3 ans de cela, j’avais trouvé une copine et elle m’obligeait à passer du temps avec elle, ça m’avait fait prendre un retard fou ! Depuis, je suis prévoyant et j’ai toujours un stock d’avance. Et de toute façon, depuis, j’ai pas trouvé d’autre copine, donc je suis tranquille pour les prochains mois, quoi qu’il arrive ! J’en étais où… Après avoir fait ces chroniques, je lis celles de la veille, les corrige et je les mets en ligne sur mon site. Je m’occupe ensuite du classement de mes albums. Ma mère a un grand garage et ça me permet d’avoir toute ma bibliothèque. Que des EO ! [éditions originales, ndlr]. Je ne revends rien, je ne jette rien, je garde tout. Même les albums que j’ai mal notés, ça reste des EO ! Je passe après la soirée sur Internet avant d’aller me coucher… en lisant une bonne BD ! Y’a parfois des vieux titres qui n’ont jamais été chroniqués, alors je le fais de temps en temps.
Une fois par semaine, je vais aussi à la Poste, soit pour récupérer des colis non déposés, soit pour gueuler sur des envois détériorés ou perdus, soit les deux. Eh eh.
Enfin, les week-ends de salons, je m’organise plusieurs interviews selon les auteurs invités. J’ai un questionnaire type qui me sert de base et pendant que l’auteur répond à mes questions, il me fait une petite dédicace, ça m’évite les files d’attente !
 »

On aborde alors le sujet de l’audience de son site.
« Mon site marche plutôt bien. Chaque article est lu par une dizaine de personnes. Et j’ai eu un pic de 25 visiteurs avec les figurines Pinpin. C’est même pour ça que j’ai été convié à leur soirée de lancement ! »

Il me fait alors signe de prendre congé, me désignant le colis du jour…

En sortant de chez lui, je me suis rendu compte qu’il ne m’avait même pas proposé ni de ce fameux champagne ni un verre tout court… Et c’est pas que, mais je crois que je vais faire un tour à Pôle Emploi. Mon rédac’ chef serait ravi que je puisse être plus productif.

Jonathan Rien

Note de la rédaction : article parodique

Tags :

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*