Accueil » Univers BD Européenne » Interview BD européenne » Rencontre avec le collectif des créatrices de BD contre le sexisme

Rencontre avec le collectif des créatrices de BD contre le sexisme

wedoittoo-web

Un nouveau collectif BD a vu le jour… Ce qui le fédère ? Uniquement composé de femmes… Mais ne cherchez pas là une quelconque thématique autour de la BD girly, un recueil d’illustrations pour enfants… Non, il s’agit justement d’un collectif destiné à lutter contre les stéréotypes qui enferment les créatrices dans ce sexisme régulier (site ici).

Bulle d’Encre : Le collectif part d’un constat que l’on pourrait aisément résumer ainsi : Une femme qui fait de la BD est avant tout une femme avant d’être un auteur. En revanche, un homme qui fait de la BD est tout simplement un auteur… Cette tendance se retrouve dans d’autres corps de métier, tels que la politique où les journalistes parleront d’abord de la tenue de la ministre avant de citer son discours. Un héritage de notre société patriarcale ?

Le collectif des créatrices de bande dessinée contre le sexisme : C’est un problème global, nous en avons bien conscience. Mais dans le cas de notre profession, où les autrices professionnelles sont nettement moins nombreuses que les auteurs, ce problème devient encore plus aigu. D’autant plus que le monde de la bande dessinée est peu médiatisé (certains le qualifient même de « microcosme »), donc les dérapages sexistes ne se voient pas, comme c’est le cas du monde politique. Et puis, nous bénéficions d’une image positive, une profession « fun », rigolote, où l’on ne se prend pas la tête. Y dénoncer des abus est donc d’autant plus difficile.

halde-jouets-sexisme-l-1

BDE : Quand on pense aux métiers de la BD, on visualise l’attachéE de presse, LA coloriste, l’illustraTRICE… Et l’édiTEUR, LE scénariste, LE dessinateur. Est-ce un cliché ou les chiffres le prouvent ? Comment l’expliquez-vous ?

Le collectif : Les autrices comptent pour 13% de la profession. Or, dans les écoles d’art où s’enseigne la bande dessinée, les jeunes femmes sont bien plus nombreuses, parfois même plus nombreuses que les jeunes hommes. Il y a donc bel et bien un moment où elles sont découragées dans leur progression professionnelle, sciemment ou non, où leurs travaux ne « passent » pas le plafond de verre qui est au-dessus de leurs têtes. C’est très bien montré dans l’étude du Sénat de 2013 sur la présence des femmes dans les métiers de la culture. Cela commence aussi par les écoles supérieures d’art, où la majorité des enseignants sont des hommes. Les métiers artistiques, les carrières dans la culture, sont le fait de réseaux. Et ceux-ci sont principalement masculins. Alors on y tolère une, voire deux femmes… Mais pas vraiment plus.

images

BDE : Il suffit de déambuler dans les allées d’un quelconque salon, qu’il soit au fin fond de la Creuse ou à Angoulême, pour constater que la BD est un milieu très masculin, aussi bien chez les lecteurs que chez les auteurs. La BD n’est pas pour les filles ?

Le collectif : Nous, autrices, avons toutes été des lectrices de bande dessinée avant d’avoir été des créatrices ! Et comme dit plus haut, le nombre de jeunes femmes voulant faire de la bande dessinée est aussi important que le nombre de jeunes garçons. Quant aux lecteurs, c’est un « certain » lectorat, celui des collectionneurs de plus de 30 ans, qui est fortement masculin. Mais en réalité, il ne représente qu’une petite frange des lecteurs, précisément celui qui est visible dans les festivals…

BDE : Et vous trouvez qu’il y a une évolution, en bien ou en mal, au fil du temps ?

Le collectif : Il y a de plus en plus d’autrices, ce dont nous nous réjouissons, mais surtout de plus en plus de diversité dans les créations. Vous parliez des témoignages, mais la liste des signataires est impressionnante également. On se demandait, en la parcourant, combien de personnes seraient capables de citer ne serait-ce qu’un titre réalisé par chacune d’elle ! De même, nous nous réjouissons que le combat antisexiste devienne une vraie question de société. Mais il faut persévérer, car les forces contraires, réactionnaires, sont toute aussi virulentes de nos jours.

power-girl-comics-27-issues-v2-2009-2011-70623
BDE : Ne pensez-vous pas que la BD elle-même véhicule une certaine vision de la femme, entre les héroïnes d’heroic fantasy aux armures largement décolletées, les super-héroïnes aux combinaisons moulantes, les BD érotiques s’adressant le plus souvent à un lectorat masculin et même la classique franco-belge qui, pour qu’une femme soit drôle, il faut qu’elle soit moche/grosse/petite/mégère/etc… ?

Le collectif : La question de la caricature ou du stéréotype est l’arbre qui cache la forêt. C’est plutôt une question de médiatisation, d’idées fausses sur un possible marketing qui enferme autant la création de nos confrères que la nôtre ! Si l’on fait croire que pour telle tranche du public il faut tel type de dessin, on tombe dans la dérive. Si l’on pense que pour séduire un public féminin, il faut tel type d’ingrédients, c’est un problème ! En revanche, l’humour, l’exagération, l’ironie font partie de notre art. Reiser, par exemple, était un grand féministe !

BDE : Les témoignages présents sur votre site sont édifiants… Concrètement, que comptez-vous faire pour faire changer les mentalités ?

Le collectif : Créer une charte qui dénonce les aspects du sexisme en bd tout en proposant des alternatives est déjà une action concrète, une grande première dans ce milieu littéraire. Nous espérons bien profiter de cet élan pour provoquer des discussions et mener des actions, hélas nous ne doutons pas que les occasions risquent de manquer. Cependant, le malaise doit changer de camp.

Le site du collectif des créatrices de bande dessinée contre le sexisme

Interview réalisée par Anthony Roux le 11 septembre 2015

© Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leurs accords.
Cliquez sur les images pour les agrandir.

Tags : ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*