Accueil » Univers BD Européenne » Interview BD européenne » Rencontre avec Fabien Vehlmann, scénariste de Seuls

Rencontre avec Fabien Vehlmann, scénariste de Seuls

seuls tome 9

Il est des interviews qui prennent parfois de bien étranges tournures. Alors que je m’attendais à interroger Fabien Vehlmann de manière assez classique sur sa série Seuls, un échange entre le scénariste et l’attachée de presse de Dupuis, quelques instants plus tôt, orientèrent ma première question et tout ce qui a suivi. Et finalement, tant mieux !
Histoire de remettre un minimum dans le contexte, Seuls est une série jeunesse dont le scénariste se targue d’aborder tous les sujets. Tous ? Enfin presque…

seuls entete

vehlmannBulle d’Encre : Pourquoi ta série n’aborde-t-elle quasiment pas la sexualité alors que tu cherches à ouvrir autant le dialogue avec Seuls ?
Fabien Vehlmann :
Je me suis vraiment posé la question, est-ce que j’aborderai la sexualité ou pas avec les enfants. Tu vois bien que dans Seuls je me permets d’aborder à peu près tous les sujets, sans tabou, avec des précautions particulières.
Qu’est-ce qui fait la différence entre un « Jolies ténèbres » (avec les Kerascoët au dessin, sorti chez Dupuis) et Seuls : il y en a que je pense pour les enfants (Seuls) et un autre que je pense pour les adultes en parlant de l’enfance,Jolies Ténèbres, et ça change tout.
Dans Jolies Ténèbres, on peut se permettre d’être extrêmement cruel et cash, hyper violent mais on s’adresse à un adulte à qui on parle de l’enfance sous une forme onirique et de conte. Je ne conseillerai jamais à un enfant de lire Jolies Ténèbres.
Seuls c’est l’inverse, je m’adresse d’abord aux enfants sans tabou parce que je pense qu’il y a une vraie demande de la part des enfants pour aborder des sujets que la littérature enfantine n’aborde que trop rarement même si elle le fait.
Et donc dans cette logique là, je parle de la mort, de la peur, de la peur de la disparition, des angoisses, de la mort d’un proche… et assez étonnamment je ne parle pas de sexualité. Il y a deux ou trois scènes dans neuf albums.
Il y a une scène dans le T3 où Saul propose à Camille de lui faire l’amour où Camille lui répond « Ah non j’ai que 8 ans, enfin 8 ans 1/2 », qui est une de mes répliques préférées.
Il y a une scène de baiser entre Leila et Dodji et une scène de baiser entre Saul et Dodji.

seuls ext 0

J’ai compris assez vite, c’est que ce sont des sujets sur lesquels les enfants sont extrêmement pudiques et qu’ils n’ont pas très envie qu’on leur pose des questions là-dessus.
Et je me souviens que lorsque j’étais enfant, j’étais facile à choquer. Quand ma mère allait faire ses courses à Carrefour, elle me laissait au rayon BD (où j’ai découvert un grand nombre de séries) et d’être tombé sur un Gotlib pour adultes très trash avec des représentations de nudité et de nombreux détails, je devais avoir 8 ou 9 ans. Ça m’a choqué et même si ça a fait partie de mon éducation sexuelle, à l’époque, c’était un peu trop pour moi.
J’ai intégré le fait que j’avais beau être un enfant qui se posait un millier de questions philosophiques sur le monde, la mort, la disparition des gens, la sexualité… J’avais des frontières à ne pas franchir et une pudeur à ne pas heurter.
Donc Seuls, sur ce sujet-là, est somme toute assez soft et j’y vais de manière très ponctuelle un peu pour challenger les enfants quand ils lisent leur album mais sans pousser trop loin.
Donc assez étonnamment, alors que je suis quelqu’un en train d’écrire des trucs de cul, quasiment tous mes nouveaux projets sont érotiques, pornographiques parce que je sens que j’ai un truc à dire autour de ça mais je cloisonne assez fermement Seuls de ça pour toutes les raisons évoquées mais aussi pour une raison de précaution.

seuls ext 2BDE : Pourquoi ?
FV :
Parce que lorsque j’ai commencé à penser à mes nouveaux projets, dont un qui est presque sociologique, ce sont des entretiens sur la sexualité qui s’appelle L’herbier sauvage et l’autre projet, c’est une fiction pornographique que je vais faire avec Gwen DeBonneval et qui va s’appeler Polaris.
J’ai beaucoup hésité à garder mon nom d’auteur par crainte d’un amalgame idiot entre l’auteur jeunesse et celui pour adulte et la crainte de parents laissant leurs enfants lire les albums d’un pervers qui…
Même si on fait moins cet amalgame de nos jours qu’à l’époque de Tomi Ungerer qui a fait aussi le grand écart avec brio mais ça lui est retombé dessus et s’est fait blacklister dans bon nombre de librairies aux USA dans les années 60-70.
Je sens bien qu’on n’est pas aujourd’hui dans une période d’ouverture d’esprit très grande et qu’il y a un regain de conservatisme. J’ai longtemps hésité à prendre un pseudo et puis, ce serait un aveu d’échec et un conflit d’intérêt entre mes deux casquettes.
Mon parti pris est donc : j’assume être un auteur jeunesse et auteur adulte et que je cloisonne les deux. Pour assurer mes arrières, j’essaie de ne pas trop aller loin du côté de la sexualité dans Seuls.

seuls ext 6BDE : C’est à dire ?
FV :
Je pourrais très bien parler de masturbation dans Seuls. Ce serait presque un sujet politique. C’est un peu triste, mais je ne le ferai pas.
Quand ils ont sorti L’ABC du genre avec la polémique à deux balles qu’il y a eu dessus alors que d’arriver à dire à un gamin que c’est normal de se masturber et que tu apprends à connaître ton corps sont un grand pas. Je serai le premier à le dire mais je ne peux pas l’aborder sur Seuls peut-être parce que les lecteurs n’ont pas forcément envie de le lire dans cette série mais aussi par risque personnel.
Ceci étant dit, j’aborderai certainement l’homosexualité dans Seuls et d’expliquer aux enfants que leur sexualité sera peut-être différente de celle que tout le monde veut qu’elle soit. Et si j’y mets plus d’importance, c’est que je dis souvent, de manière ironique, que Seuls est une série aux enfants de 10 à 14 ans mal dans leur peau. En fait, c’est plus large que ça bien sûr.
Mais si je parle du cœur de cible, je m’adresse à l’enfant que j’ai été, mal dans sa peau. Et Seuls est le genre de lecture qui m’aurait fait du bien de même que Sa majesté les mouches (de William Golding) ou Ravage (de Barjavel) et bien d’autres lectures qui m’ont fait me sentir moins seul d’où le titre ironique (mais pas tant que ça) de Seuls avec un S pour dire qu’on n’est jamais vraiment tout seul. On vit tous la même chose. Finalement, ma série ne fait que dire ça.
Et si je veux parler d’homosexualité, c’est que c’est une des causes, si ce n’est la cause, les plus importantes de suicide à l’adolescence.

seuls ext 5
Alors je veux jouer un peu avec les codes et nous décontracter face à ce sujet. Et si Saul embrassait Dodji à un moment, est-ce que c’est de la provocation ou pas ? Comment les gamins vont réagir ?
À ce sujet, une fois, dans une école primaire un enfant a levé la main à la fin de la classe et a demandé pourquoi Saul embrassait Dodji.
Trop content, je saisi la perche et j’explique aux enfants avec mon « gros couplet démago » auquel je tiens sur la différence, la tolérance, que la sexualité varie… et après la classe, j’en discute avec l’institutrice, content de cette question et du culot de l’enfant. Elle me répond que c’est la première fois qu’il prend la parole devant toute la classe.
Grosse réinterprétation de ma part… J’ai pu toucher exactement la personne qu’il fallait et j’ai pu lui expliquer que c’était écrit dans une BD par un adulte, que ça existe.

BDE : Pourquoi avoir utilisé le personnage de Saul pour ce baiser ?
FV :
Justement parce qu’il est très populaire dans le monde de Seuls, charismatique et qui dirige une communauté pas du tout homophile mais plutôt homophobe à traiter les autres de PD.
Ça a été une idée de Bruno Gazzotti. Je lui avais dit que j’avais envie d’une scène qui aille un peu plus loin et Bruno m’a dit « et s’il l’embrassait ? » et c’était exactement ce qu’il fallait parce que je ressens une émotion de lecteur quand il me dit ça. De plus, ça ouvre le champ à beaucoup d’interrogations et d’interactions futures entre les deux personnages.
Bien entendu, il n’y a pas l’idée de pervertir la jeunesse mais qu’il y a une pluralité de comportements et éventuellement de malaises. Et qu’on peut en parler entre adultes et enfants.

seuls ext 1

BDE : À t’écouter, Seuls c’est une hymne au dialogue et une ouverture pour les enfants mais aussi pour les adultes qui, eux aussi, se poseront des questions.
FV :
J’espère même si ce n’est pas de la même manière.
C’est effectivement un hymne à la discussion et à ne pas rester cloisonné, seul dans son angoisse.
Un exemple très typique, j’étais un gamin très morbide et très angoissé par la mort. Je ne voulais pas en parler à mes parents par peur de les angoisser. Ce sont des livres qui m’ont sauvé la vie. Barjavel notamment parle de trucs super violents. Je ne suis donc pas tout seul ! Et ces lectures ouvrent un dialogue possible avec un prof, des potes au collèges, ses parents ou tout simplement un dialogue intérieur.
Alors quand des parents viennent me demander si c’est une série pour les enfants. Je leur réponds qu’évidemment c’est pour les enfants mais j’espère que ce sera une occasion de discussion passionnée entre les parents et les enfants. Je leur dis juste que c’est à partir de 10 ans et qu’il faut être très attentif à la réaction de leurs enfants et de ne pas hésiter à en parler ensuite avec eux.
L’enfant sait ce que c’est que la mort et il serait vain d’essayer de lui cacher même si je comprends le réflexe de protection de la part des parents mais ça n’est pas un bon réflexe, mieux vaut leur expliquer avec des mots qui simplifient et n’appuient pas sur l’horreur. Il faut atténuer le choc.
La littérature jeunesse, je la vois comme un vaccin, qui comprend le virus contre lequel il te fait lutter. Préparons les gosses à la suite, sans les flipper.
Et Seuls, les enfants ne le lisent pas pour le côté morbide en premier lieu mais parce qu’il y a de l’action et un peu de morbide. J’essaye toujours de garder l’équilibre : une part de gravité, une part de fun ; même si les fins de cycles sont toujours un peu plus graves et à la fin de ce tome 9, quand j’ai écrit la scène où l’enfant minuit se dévoile, j’ai été bouleversé, car c’est le cœur de la série.

seuls ext 3BDE : Et il t’aura fallu 9 tomes pour y arriver.
FV :
Oui, je voulais prendre mon temps. On a fait quelques ajustements vers le tome 2 et 3 mais oui.
Déjà à la fin du cinquième tome, quand on apprend qu’ils sont morts, la révélation était forte. Une finale classique pour la SF mais pas si classique que ça pour la jeunesse.
Et puis le cœur de l’histoire, ce que je voulais vraiment raconter, c’est ce personnage qui évolue parmi eux, qui fait partie de leurs amis car les menaces arrivent aussi des gens qu’on connaît et qu’on aime.

BDE : Pour en revenir sur la sexualité, tu ne veux pas en parler ou du moins de manière très ténue alors que les enfants sont imprégnés de ça par tous les médias (télé, publicité, internet)
FV :
Je me demande si justement je n’ai pas envie de faire une pause pour les enfants.
Dans les entretiens que j’ai fait pour L’herbier sauvage, c’est quelque chose qui apparaît très fort : c’est qu’on est dans une société complètement schizophrénique concernant la sexualité, on est abreuvé d’images pornographiques et on attend de nous une espèce d’éthique vis à vis de la pornographie et c’est très vrai surtout pour les femmes où on leur dit « jouis, jouis tout le temps » et aussi « sois quelqu’un de bien, une bonne mère de famille mais ne sois pas trop une salope ».
Or, ma théorie c’est que les hommes et les femmes ont les mêmes désirs et besoins sexuellement parlant. Mais avec toutes ces injonctions et ambiguïtés, on n’est pas trop à l’aise avec cette notion.
Très tôt, on est abreuvé d’images pornos et en même temps avec tout ce côté « c’est mal, il ne faut pas »
Comme les enfants sont soumis à ce bombardement pornographique, je suis content qu’ils aient, quelque part, ce havre de paix dans Seuls, tout en abordant juste un peu les questions de fond avec eux, ça suffira ; d’autres ouvrages d’éducation sexuelle le font déjà très bien (comme le manuel du zizi sexuel de Titeuf par exemple).

BDE : Merci pour cette passionnante interview.

seuls ext 4

Propos recueillis par Anna Sam le 24/10/2015 au salon Quai des Bulles.
© Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags : , , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*