Accueil » Univers BD Européenne » Interview BD européenne » Rencontre avec Leo et Fred Simon, auteurs de Mermaid Project

Rencontre avec Leo et Fred Simon, auteurs de Mermaid Project

Leo et Fred Simon étaient présents à Quai des Bulles et sont venus présenter leur série commune Mermaid Project. Une aventure policière, thriller et récit d’anticipation saupoudrée d’écologie… Le quatrième épisode (sur cinq) vient de paraître, l’occasion de vous en faire découvrir un peu plus.

mermaid project titre

« Ils ont coupé la fillette au milieu du torse et lui ont greffé la partie arrière d’un dauphin ! Il avaient fait pareil avec la mère juste avant !!
Je les ai vues !! Toutes les deux ! De mes propres yeux… C’était… C’était horrible !! »

mermaid project slide

mermaid project 1Bulle d’Encre : Leo, on vous connaît bien depuis des années, vous avez envahi la sphère médiatique BD avec Les mondes d’Aldébaran, Fred Simon pouvez-vous nous en dire un peu plus sur vous ?
Fred Simon :
J’ai commencé en 1992 et travaillé chez Delcourt pendant environ 18 ans. J’ai réalisé différents projets, entre autres, avec David Chauvel avec Rails (une histoire de pirates dans des trains), Poisson-Clown (un polar dans les années 50), Popotka (une série jeunesse avec un indien) puis des adaptations dans la collection Ex-Libris dont L’île au trésor de Stevenson. Quand je travaillais sur l’Appel de la forêt, j’ai été contacté par les éditions Dargaud et Leo.

BDE : C’est Leo qui vous a donc contacté. Leo, pourquoi Fred Simon ?
Leo :
On avait une histoire, on cherchait un dessinateur et avec l’éditeur on a réfléchi. J’avais en tête Rails dont le dessin m’avait impressionné par son style qui n’était pas trop réaliste mais qui faisait passer l’émotion par les visages. Avec ma scénariste Corine Jamar, on trouvait que c’était essentiel. Quand j’en ai parlé avec François Le Bescond chez Dargaud, il pensait aussi à lui. On a donc cherché quelqu’un qui dessinait comme Fred Simon.
Fred à l’époque travaillait encore sur sa série L’Appel de la forêt et en avait encore pour un an mais était partant pour le projet ensuite. Au lieu de quelqu’un qui dessinait comme lui, on l’a eu lui. Avec Corinne, on était ravi.

BDE : Vous avec co-écrit avec Corine Jamar, c’est une personne que vous connaissiez déjà avant ce projet ?
L :
Nous étions amis. Elle était écrivaine et a sorti un livre que j’aime beaucoup Emplacement réservé : l’histoire d’une mère avec sa fille handicapé, tiré de sa propre vie. Elle demande un emplacement handicapé devant chez elle. C’est un livre écrit comme un monologue de la mère, j’ai été subjugué par son écriture, son humour. Pour Mermaid Project, elle avait imaginé des personnages féminins, des dialogues et c’est comme ça que notre collaboration a commencé.

mermaid project 4

BDE : Ce récit possède une thématique assez singulière. On connaît votre regard respectueux de mère nature, on a été interloqué par ce qui est abordé dans cette série, notamment avec ces sirènes et ces découpes de dauphin. C’est assez violent.
L :
Je ne sais pas, il fallait inventer un truc choquant pour la base de l’histoire, une histoire forte et une énigme que l’héroïne devrait résoudre. Et on a trouvé que c’était une image forte.

BDE : Alors, cette communication avec les dauphins, c’était un rêve ?
L :
(rire) J’ai tellement lu et vu de choses sur le sujet, je pense au bouquin de Robert Merle (ndlr : Un animal doué de raison) mais aussi à de nombreux reportages qui en parlaient que non, ce n’était pas un rêve. Mais aussi le dauphin est un animal avec un capital sympathie important et on sait que c’est un animal très intelligent, c’est universel.

BDE : Pour vous c’était un objectif de faire un récit sur les abus de la science ?
L :
Oui bien sûr, mais quand on commence à écrire l’histoire, on ne se dit pas on va défendre ce sujet ou cette idée. Non, on commencé par l’héroïne qui sera policière qui va se mettre dans une situation pas possible. On ajoute les « méchants », les sirènes… Puis on a beaucoup réfléchi sur ce monde futur : les catastrophes, le pétrole, les télécommunications, la guerre, la famine…
On a créé quelque chose d’assez cohérent. Et on a bien sûr gardé l’aventure.

mermaid project 5

BDE : Et qu’est-ce qui vous a séduit dans ce projet Fred Simon ?
FS :
J’ai retrouvé une partie de vision du futur que j’avais connu dans ma première série. J’aime bien cette possibilité de prendre un futur et de reprendre les images d’aujourd’hui tout en les décalant : mettre du tropical dans Paris, casser la tour Eiffel… Des changements forts et intéressants à travailler au niveau du dessin, des décors.
L’intrigue policière me plaisait bien aussi. Ça bougeait bien. Et puis les thématiques sur l’écologie qui m’intéressaient.

BDE : Pour la création des personnages, vous étiez guidés par Leo et Corine Jamar ou vous aviez carte blanche ?
FS :
Quand j’ai reçu le scénario du premier tome, j’ai fait quelques croquis, surtout de l’héroïne et ça collait pas mal à ce qu’ils avaient imaginé de leur côté.
L : C’était fondamental que l’héroïne corresponde à ce qu’on avait en tête avec Corine. Quand on a vu ses premiers essais on lui a répondu très enthousiastes « Il ne faut plus y toucher ». Et pour les autres personnages, ça a été aussi les mêmes coups de cœur.

BDE : vous avez donc commencé à travailler sur les planches, vous aviez le scénario complet.
FS :
Oui c’est indispensable pour avoir une bonne visibilité, savoir si un détail sera important par la suite et ne pas le louper par exemple.
L : Ah oui, pour moi c’est fondamental. Et si un détail disparaît alors que plus tard il est essentiel, il faut tout refaire.

mermaid project 3

BDE : Leo, vous dessinez et scénarisez. Qu’est-ce qui vous a poussé à mettre d’autres dessinateurs sur vos scénarios ?
L :
J’avais un collègue et ami Sergio Garcia, qui dessinait très bien qui avait une série chez Dargaud qui s’appelle : Géographie martienne. Il dessinait comme seuls les espagnols savent le faire, mais il le disait lui-même, son scénario péchait par moment. J’en avais parlé à son éditeur, je lui avais dit « ce mec il dessine bien, il faudrait lui trouver un bon scénariste » et il m’avait répondu « eh bien, pourquoi pas toi ? ».
Et ça a été la même chose avec Icar un peu plus tard. Il dessinait une histoire qu’il n’aimait pas. Et ça c’est dur de travailler dans ces conditions. Ça a été un peu la même histoire avec Rodolphe aussi.
Et puis, je ne peux pas tout dessiner moi-même, je n’ai plus le temps.

BDE : Et ça vous a permis de développer des univers différents.
L :
Oui aussi. Travailler avec d’autres personnes, c’est stimulant. Écrire des scénarios pour d’autres et découvrir les pages, voir leur sensibilité par rapport à ce que j’ai écrit, c’est excitant.

BDE : Le processus créatif que vous avez au moment de l’écriture se retrouve amplifié par le dessin d’un autre.
L :
Voilà. À un moment donné, arrivé au deuxième tome, on travaillait déjà ensemble depuis un moment et Fred a proposé des idées très différentes pour le dessin, c’était de bonnes idées. Le retour du dessinateur, ça compte énormément. Il m’a ainsi donné la solution à un moment où je devais attacher des personnages mais il n’y avait pas de corde dans le lieu où ils se trouvaient et Fred a proposé d’utiliser les vêtements de plongée.

BDE : En fait, c’est enrichissant de travailler à plusieurs mains. Et Fred, y a-t-il des moments où travailler sur les histoires de Leo et Corine Jamar vous auront obligé à dépasser ce que vous dessiniez jusqu’alors ?
FS :
Pas vraiment. J’aime bien tout ce qui est un peu casse-pied à créer, et me lancer dans des constructions en perspective.
C’est compliqué comme question… Je ne me projette pas vraiment, je prends une page après l’autre et les choses se résolvent petit à petit en avançant. Et puis, avec l’expérience qu’on accumule au fil des années, on sait qu’on va y arriver. Il n’y a pas un truc qui va me bloquer. Tu vois, les dauphins, ce n’est pas le plus facile à dessiner… surtout de face et pourtant, Mermaid Project en possède une collection.

BDE : Merci.

mermaid project 2

Propos recueillis par Anna Sam le 24/10/2015 au salon Quai des Bulles.
© Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags : , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*