Accueil » Autour de la BD » Expos-Salons » Fleur Pellerin à Angoulême : une ptite médaille et puis… s’en va ?

Fleur Pellerin à Angoulême : une ptite médaille et puis… s’en va ?

Médailles

Voilà, vous allez vous dire, ils sont devenus complètement fous chez Bulle d’Encre pour avoir mis ce visuel : non, nous ne comparons pas l’état d’urgence avec la Corée du Nord, non, nous ne nous moquons pas des origines sud-coréennes de Fleur Pellerin, mais oui, nous allons en revanche parler des médailles qui viennent d’être décernées.

A l’issue de sa visite au Festival d’Angoulême, la Ministre a élevé au rang de chevaliers des Arts et des Lettres huit auteurs de BD, Julie Maroh, Chloé Cruchaudet, Aurélie Neyret, Tanxxx, Marguerite Abouet, Christophe Blain, Mathieu Sapin, Riad Sattouf ; l’éditeur Jacques Glénat, quant à lui, a été élevé au rang d’officier.

C’est très bien que des créateurs de BD bénéficient de cette reconnaissance mais est-ce réellement ce qui est attendu ?

Les Etats Généraux de la BD, suite à une enquête où plus de 1 500 auteurs ont répondu, révèlent des chiffres alarmants : 36% des auteurs travaillent plus de 40 heures par semaine, et pour 80% le travail empiète sur au moins deux week-ends par mois, 71% ont un emploi parallèle à celui d’auteur de bande dessinée (souvent dans un autre domaine artistique ou dans l’enseignement) ; et surtout, 88% des professionnels interrogés n’ont jamais bénéficié d’un congé maladie, 81% n’ont jamais bénéficié d’un congé maternité, paternité ou adoption, 53% des répondants ont un revenu inférieur au SMIC annuel brut, dont 36% qui sont en-dessous du seuil de pauvreté (en 2014), 66% des auteurs interrogés pensent que leur situation va se dégrader pendant les prochaines années (l’étude complète est à lire ici).

Lors de l’inauguration de l’exposition consacrée à Morris, certes, Fleur Pellerin a abordé certains sujets comme la question de l’égalité homme/femme dans la BD ou la fragilité du secteur. Elle a également précisé qu’elle savait que beaucoup d’auteurs de BD ont du mal à en vivre et qu’il était essentiel qu’ils puissent vivre correctement.

Elle a promis de faire des propositions lors du Salon du Livre de Paris qui se tiendra en mars.

Mais, et c’est là que l’on peut réellement se poser des questions, il y a aussi des rumeurs de remaniement ministériel en février, avec un possible départ de Laurent Fabius… Fleur Pellerin resterait-elle à la Culture si un jeu de chaises musicales se met en place au sein du gouvernement ?

N’oublions pas non plus qu’à la clôture du Festival d’Angoulême 2015, des promesses analogues avaient déjà été faites… Et la réforme tant critiquée du RAAP a bien été votée, au grand dam des auteurs qui se voient encore plus lourdement ponctionnés.

Anthony Roux

Tags : ,

Un Commentaire

  1. skyjoe
    Posté 30 janvier 2016 at 14 h 38 min | Permalink

    Merci pour ce rappel.
    Les politiques ne servent plus à grand chose à part faire les 4 volontés de la finance, notre secteur n’y échappe pas.

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*