Accueil » Actualite-bd » Rencontre avec Ben Basso et son bestiaire

Rencontre avec Ben Basso et son bestiaire

affiche-tarif-2014
Benjamin, illustrateur autodidacte, nous concocte des illustrations avec un trait bien particulier. On y retrouve beaucoup de sensibilité et de poésie.
Et depuis quelques jours, il nous propose de financer un drôle de bestiaire…

Bulle d’Encre : Bonjour Benjamin, peux-tu nous raconter un peu ton parcours ?
Ben Basso : Bonjour Delphine ! J’ai commencé dans les fanzines quand j’étais étudiant, puis mes dessins ont été publiés pour la première fois dans Scarce. J’ai intégré le studio MAKMA dans lequel j’ai appris tous les métiers liés à la BD : j’ai commencé par du lettrage pour des éditeurs français et américains, j’ai aussi fait de la colorisation, de l’encrage et bien sûr de l’illustration. Ces dernières années, j’ai illustré un livre pour enfants et adapté un poème des Fleurs du Mal de Baudelaire pour le second tome du Canon Graphique.

bestiaire Ben Basso

Bulle d’Encre : Tu as lancé ton bestiaire en financement participatif il y a un peu plus d’une semaine et on approche déjà les 300% récoltés !
Mais c’est sous le nom de Flibusk que ton projet est publié sur Ulule. Une raison particulière à ce changement ?

Ben Basso : Avec les amis du studio MAKMA, nous avons monté une sorte de label qui coproduit nos projets avec un éditeur. Au départ, on pensait sortir surtout des livres pour enfants, et Flibusk sonnait pas mal. Et donc, on finance le projet en crowdfunding, puis le reste du tirage est distribué via un réseau classique éditeur/distributeur. Et je n’ai pas à m’occuper de la logistique et des envois, ce sont les collègues du studio qui s’en chargent ! Mais effectivement, vu le succès et le nombre de dessins et de dédicaces à faire, cette aide est vraiment la bienvenue !

octopus

Bulle d’Encre : Que nous réserves-tu pour la suite de ce financement ? Des surprises sont-elles prévues sur les prochains paliers ?
Ben Basso : J’ai plein d’idées, mais je préfère être prudent. Pour l’instant, tout a été investi dans la qualité du livre. Je me suis fixé pour objectif la meilleure édition possible. Et donc, une fois les 300% atteints, le livre fera 100 pages, dos cousu, papier épais, couverture plus épaisse avec vernis sélectif et marquage à chaud. Pour la suite, on verra. On réfléchit à un super coffret et des cadeaux qui iraient avec, mais chut.

Bulle d’Encre : Est-ce que tu t’attendais à ce succès ?
Ben Basso : Pas du tout. Vraiment. J’ai été très peu publié, et ce n’est qu’un recueil de dessins en n&b. Très honnêtement, je me trouvais optimiste et prétentieux de penser que j’atteindrais les 100% dans la première semaine. Il n’aura fallu que quatre heures. C’est fou.

Bulle d’Encre : Comment l’expliques-tu ? Un public fidèle qui te suit ? Un bon réseau ?
Ben Basso : Les dessins qui sont dans ce livre sont surtout des dessins que je publie très très régulièrement sur les réseaux sociaux. Aujourd’hui, je lance un projet de financement participatif sur internet, ça semble cohérent. Mais si les réseaux sociaux ont leurs défauts, relayant tout un flot de haine quotidienne, il y a aussi une forme de bienveillance généreuse qu’il n’hésite pas à relayer aussi. Sans ce bon côté, sans la bienveillance de toutes ces personnes, ce genre de projet ne serait tout simplement pas possible. Ou en tout cas, ce serait bien plus compliqué, mais n’aurait pas, de toute façon, la visibilité qu’il a actuellement.

sq01bw

Bulle d’Encre : Envisages-tu déjà une seconde publication cette année, par le biais du financement participatif, peut-être sur ton projet Circus ?
Ben Basso : Pour l’instant, non. Peut-être plus tard, si j’ai un bon projet à présenter. Je pense qu’il faut que ce soit cohérent, que ce soit un projet qui n’intéresserait pas forcément les éditeurs, mais dont les gens seraient intéressés de lire. En attendant, j’illustre actuellement un autre livre pour enfants qui sortira très certainement cette année ou au début de l’année prochaine chez l’éditeur Eidola et je suis sur un projet de bande dessinée cette fois, avec deux scénaristes dont j’aime particulièrement le travail. Mais il faudra être patient pour celui-ci !

illustration-benbasso

Bulle d’Encre : Merci et bon courage !
Ben Basso : Merci à toi !

Interview réalisée par Delphine Jaccone le 18 février 2016

Le site de Ben Basso

Pour accéder au projet De Creaturis Dementiae sur Ulule, cliquez ici
bestiaire Ben Basso

© Ben Basso
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*