Accueil » Univers Graphiques » Chroniques Graphiques » Fight Club 2 (Palahniuk, Stewart) – Super 8 Editions – 25€

Fight Club 2 (Palahniuk, Stewart) – Super 8 Editions – 25€

Fight Club 2
Parution : 04/2016

Résumé
La première règle du Fight Club est : il est interdit de parler du Fight Club.
La seconde règle du Fight Club est : il est interdit de parler du Fight Club.
Est-ce que ça vous dit quelque chose ?
Non ?
Alors stop. On se lève. On va vite aller découvrir Fight Club. Il y a le roman de Chuck Palahniuk. Il y a le film de David Fincher avec Edward Norton et Brad Pitt. Tu reviendras quand tu l’auras lu et/ou vu. Oui, maintenant, on va se tutoyer.
Ok, si tu es là, c’est que tu as fait ce qu’on t’avait demandé. Ou que tu l’avais fait avant même que l’on te le demande. Très bien.
Fight Club 2 est donc la suite de Fight Club et lire ce résumé aurait vraiment gâché la découverte du premier opus. Nous retrouvons nos personnages dix ans après. Marla et Sebastian sont mariés, ils ont une maison, un gosse, ils ont une petite vie bourgeoise bien tranquille. Sebastian continue à prendre ses pilules pour que Tyler Durden ne revienne pas dans son cerveau schizophrène. Marla continue à aller dans des groupes de parole pour tromper son ennui, dernier en date, celui d’enfants atteints de progéria (maladie provoquant un vieillissement accéléré). Et surtout, elle remplace les précieuses pilules de Sebastian par de l’aspirine ou du sucre comme ça Tyler peut revenir et foutre le bordel dans cette existence trop calme. Il fait prendre son pied à Marla et trouve en l’enfant de Sebastian et de Marla son digne héritier. Et quitte à foutre le bordel, autant le faire sur le monde entier.

Notre avis
Il ne s’agit pas ici d’une suite adaptée en BD mais bien d’une suite entièrement pensée par Chuck Palahniuk pour ce format. Il joue avec ses codes, les onomatopées cachent les dialogues, l’auteur joue aussi son propre rôle dans le récit, c’est barré. Totalement barré. On va même au-delà de la simple suite. On comprend qui est Tyler. Puis l’auteur nous embrouille. Et on ne comprend pas qui est Tyler. C’est bien simple ou ça ne l’est pas, l’auteur s’amuse à nous emmener là où il le désire et nous colle une droite pour nous faire changer de direction. Cameron Stewart l’accompagne dans ses délires : un dessin brutal, une confusion volontaire. Chaos, confusion, savon. C’est dérangeant à souhait. C’est Fight Club.

En deux mots
« Les personnages de fiction peuvent survivre à leurs lecteurs »

Anthony Roux

Lien vers la page de Super 8 Editions de : Fight Club 2

Acheter sur bdfugue


Feuilletez des milliers de BD sur Bulle d'Encre avec Sequencity

Tags : , , , , , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*