Accueil » Autour de la BD » Anime » ReLife (Studio: TMS Entertainment)

ReLife (Studio: TMS Entertainment)

06f2c7030f794acf0bfdd34e5735bd191465708255_full Début de diffusion : 01/07/2016

13 épisodes disponibles en avant-première pour les abonnés premium dès le 01/07/2016, diffusion en cours.

Disponible sur  crunchyroll-logo   



Résumé

Arata Kaizaki est un jeune homme de 27 ans qui a eu des difficultés à démarrer sa vie professionnelle et a fini par démissionner au bout de trois mois. Il travaille désormais à mi-temps dans une supérette pour survivre. Un soir, Ryo Yoake, un inconnu, vient lui proposer un étrange emploi: accepter de suivre un programme de réinsertion pour jeune chômeur pendant un an. Pour commencer, il doit prendre une pilule qui rajeunit l’apparence de 10 ans. et ensuite retourner au lycée où il sera un sujet d’expérimentation pour les laboratoires ReLife. Arata n’a pas vraiment le choix et décide de se lancer… Il va revivre rapidement les avantages et inconvénients de la vie de lycéen… Et très vite commencer à influencer son entourage tout en commençant à changer lui-même. Réussira-t-il sa ReLife?

Notre avis

Série phare de Crunchyroll pour cette saison estivale, ReLife est l’adaptation en anime du manga web Seinen du même nom qui a connu un très gros succès au Japon. Cette série est effectivement (encore) une série tranche de vie se déroulant au lycée (comme il en existe déjà beaucoup). En quoi est-elle particulière ? Déjà, le principe de ReLife est plutôt original. Ensuite, le mélange de personnages adultes mêlés à des lycéens (de vraiment 17 ans) donne un scénario plus mature, toujours sous le point de vue d’adultes. Ainsi, même si les éléments du scénario ne sont finalement pas d’une terrible originalité et restent des épisodes relativement classiques de la vie de lycéen au Japon (jalousie, rivalité, amour naissant, pression des résultats et des clubs, etc.), le fait de savoir que certains font semblant de jouer le jeu, ou l’abordent avec un œil bien moins innocent et candide donne véritablement du piment à l’histoire : ces adultes sont « travestis » en lycéens du même âge et peuvent se fondre dans la masse. L’approche n’est pas la même que par exemple dans le drama 35-sai no Kôkôsei, qui obligeait à un certain côté spectaculaire du fait de l’énorme décalage (assumé) en âge de l’héroïne principale qui retournait aussi au lycée. D’un point de vue graphique, le résultat est relativement fidèle à la web série (qui est d’ailleurs soit dit en passant intégralement en couleur et éditée en France chez Ki-oon), avec un bon travail sur les expressions et character design des personnages. En effet, ici point de scène de combat spectaculaire ni d’animation très complexe. Tout se passe dans les relations interpersonnelles et le moins que l’on puisse dire c’est qu’ils ont toujours un peu de mal à se confier, mais ne manquent en général pas d’humour (à leur manière!). Pour ce qui est de la structure scénaristique de l’animé, il se désolidarise de la web série à partir de ce que l’on pourrait considérer comme le centième chapitre, en tendant vers une fin légèrement différente, voire anticipée par rapport à l’intrigue originale mais donne un tout incohérent avec, comme vous le devinez, un cliffhanger final qui donnera désespérément envie de voir la suite… Suite qui n’a pas encore été planifiée, dont on ne doute pas qu’elle sera créée… Un jour peut-être. Arghh! Combien de temps faudra-t-il attendre? En tout cas, n’étant pas habituellement fan des anime Tranche de Vie, celui-ci a un attrait irrésistible sans jamais sombrer dans le côté gnangnan habituel, en partie grâce à un héros principal charismatique, idéaliste, avec de solides valeurs morales, tout en restant imparfait et complètement humain à la fois. En somme un personnage qui nous parle, que chaque adulte pourrait être.

Lien vers la fiche de la série sur : crunchyroll-logo

En deux mots

LA série à ne rater sous aucun prétexte dans la saison été 2016.

Julien Jaccone

Tags : , , , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*