Rencontre avec Balak, coauteur de Lastman – Bulle d'Encre - L'actu BD en un clic !

Accueil » Autour de la BD » Anime » Rencontre avec Balak, coauteur de Lastman

Rencontre avec Balak, coauteur de Lastman

lastman anim affiche

Animateur, scénariste, dessinateur, réalisateur, BD aux accents manga comme Comics, jeux vidéo… On n’arrête pas comme ça Balak, du trio des auteurs de la bande-dessinée sérielle Lastman avec Mickael Sanlaville et Bastien Vivès, primée il y a quelques mois à Angoulême. Et quand l’hyperactif nous accorde un peu de son temps pour entre autres parler de Lastman et son animé en préparation, actuellement en quête de soutien financier via Kickstarter, c’est évidemment foisonnant et passionnant à plus d’un titre.

Bulle d’Encre : Où en est-on sur Lastman en BD ? Quelles perspectives pour sa suite ? Comment se passe la diffusion en librairie et en numérique ?

Balak : On vient juste de finir le tome 9, on a pris un peu de retard pour des raisons malheureusement « indépendantes de notre volonté ». Mais on en est très fier, les cartes sont redistribuées et comme à chaque tome, on serre les fesses en espérant que cela plaise à nos lecteurs. On compte toujours boucler en 12 tomes, et ce que l’on peut déjà dire c’est que le tome 10 sera très spécial. On est toujours très soutenu par les libraires et les lecteurs, et ce soutien est primordial pour une entreprise d’aussi longue haleine.

BDE : Quels retours avez-vous de l’étranger ?

B : En ce qui concerne les traductions étrangères, la version américaine marche bien, et rencontre un très bon succès critique. On a été rencontrer pour la première fois nos lecteurs nord-américains à Toronto pour le Toronto Comic Arts Festival de 2016, et les gens étaient très enthousiastes, donc c’est cool. Et sinon, au mois d’août sortira la version japonaise de Lastman, on a hâte de voir la réception là-bas… On sait que Katsuhiro Otomo aime déjà la BD et le dessin animé, reste à voir si ça sera partagé par ses compatriotes.

Balak au Festival We Do BD 2015 / Photo par Léa Schneider

Balak au Festival We Do BD 2015 / Photo par Léa Schneider

BDE : Que devient le jeu vidéo de Lastman ?

B : Le véritable domaine de Lastfight, c’est la console, donc après avoir sorti la version PC en juin, on va débouler sur Playsation 4 et et Xbox One en septembre, avec de nouveaux modes de jeux plutôt cools (qui seront implémentés aussi à la version PC).

Khao (le game designer) et son équipe de Piranaking prennent en compte les remarques que l’on a eues jusque-là. En tout cas c’est marrant de voir les gens se défoncer la gueule sur Youtube avec ces persos, ça a l’air de bien fonctionner auprès des joueurs américains notamment.

 BDE : L’actualité de Lastman en anim’, c’est le crowdfunding que vous venez de lancer. Peux-tu nous expliquer comment vous en êtes venus à appeler à financement par le public ?

B : Bon, déjà il faut rappeler que monter un projet de série d’animation « sérialisante », c’est normalement quasi-impossible en France : les chaines ne veulent que des séries avec des épisodes en « stand alone », qui ne se suivent pas, où il n’y a pas d’intrigue que se développe sur une, deux, trois saisons…. Eh oui, c’est à se les bouffer mais c’est comme ça depuis des années. Je crois que la série récente Les Grandes Vacances sur France 3, de Delphine Maury et Olivier Vinuesa ont pu faire du sérialisant mais je ne suis pas sûr.

Ensuite, monter une série d’animation pour ado-adulte en France, c’est impossible aussi. Pour les chaines ou le grand public, l’animation à la télé c’est pour les gosses, point. Si tu n’arrives pas avec « Titoune et son chien qui parle dans la récré magique », ou une licence de type Garfield ou Calimero que tu reliftes en 3D, c’est fort compromis pour ta gueule.

BDE : C’est si dur que cela ?

B : Certains se battent pour faire de l’anim « enfant » de qualité en France, comme Wakfu ou Ladybug, et c’est déjà compliqué pour eux (ceci dit Calimero c’est bien foutu, hein. C’était pour prendre un exemple de type licence.)

Tout ça pour dire qu’à la base, Lastman n’aurait pas dû dépasser le cadre du fantasme humide d’étudiant en animation qui se pogne sur Cowboy Bebop et Space Adventure Cobra. Coup de bol, des gens très bien à France Télévisions, Pierre Syracusa et Joseph Jacquet, sont des vrais connaisseurs en animation et ont aimé le premier tome de Lastman. Le producteur de l’adaptation en film de Polina de Bastien Vivès, Didier Creste (Everybody On Deck), a financé de sa poche l’écriture d’un pilote. Pilote que Jérémie Perin, Laurent Sarfati (NDLR : duo aux manettes du très remarqué clip Dye) et moi-même avons écrit, sans aucune concession, en se disant qu’au mieux, comme dirait Jean Claude Dusse, sur un malentendu ça pouvait marcher.

Coup de bol, France 4 voulait ouvrir un case ado-adulte d’animation, le projet semblait pile poil dans les attentes de Pierre et Joseph, et du coup on a eu le feu vert. France Télévisions a mis une grosse partie du budget dans le nourrain, qui permettait à notre producteur d’aller démarcher des aides diverses, et des partenaires.

On parle d’une somme importante dans l’absolu, mais dans les faits le budget de Lastman est plus que serré. Même avec les aides et les partenariats qui se dessinent. Et quand on arrive avec un projet de série où ça jure toutes les dix lignes, où il y a de la violence et du sexe, eh bien les investisseurs habituels sont plutôt décontenancés. Donc on savait qu’on allait être ric rac et que l’huile de coude allait être de mise dès le début.

DONC, quand finalement une des sommes attendue finit par se faire la malle, là on est vraiment dans le caca. Passer de « presque impossible » à « impossible », ça se compte en centaines de milliers d’euros. On commence à se dire qu’il va falloir amputer la série d’épisodes, baisser drastiquement la qualité d’animation, voire ne livrer que certains épisodes en animatiques…

Autant d’idées qui nous sont insupportables à Jérémie ou à toute l’équipe qui s’acharnent sur cette série depuis des mois.

Et comme on parle de soucis actuels (on ne peut tout simplement PLUS payer les gens qui bossent à l’heure où l’on parle), et que l’on doit livrer la série en octobre, le Kickstarter était notre seule issue immédiate, concrète, sans « et si untel rappelle truc et qu’on négocie machin, blahblah on se revoit en septembre, ah zut trop tard ».

Extrait Episode 2 série Lastman
Extrait Lastman Episode 2 source Extrait Lastman redimensionné source : https://www.facebook.com/LastmanlaSeriequiTabasse/videos/1013127325401805/

Extrait Lastman Episode 2 source Extrait Lastman redimensionné source : https://www.facebook.com/LastmanlaSeriequiTabasse/videos/1013127325401805/

BDE : Comment s’est passée la production avec Jérémie Périn et l’équipe du studio Je suis bien content ?
Toi qui es animateur « de formation » en passant par les Gobelins, quel rôle as-tu eu là-dessus ?
Y avait-il des différences d’apport venant des différents auteurs de la bande-dessinée, toi Bastien et Mickael ?

B : On est toujours en plein dedans, donc, mais déjà dès le départ le choix de Jérémie vient de notre demande, à Bastien, Michael et moi. On est fan de son travail. Et notre envie de faire un prequel coïncidait avec son envie aussi, pour qu’il puisse apporter sa patte à lui, ainsi que son acolyte de toujours Laurent Sarfati, qui est le directeur d’écriture de la série. Ensuite, bosser avec Je Suis Bien Content, on pouvait pas rêver mieux, c’est l’un des meilleurs studios d’animation en France (woh punaise, je fais tellement reluire les glands qu’on se croirait dans un bonus DVD Pixar, c’est chaud.)

Jérémie possède une vrai intelligence de mise en scène économique « à la japonaise », on a les même références d’animation comme Dezaki et Sugino (NDLR : animateurs aux manettes d’Astro ou de Rémi sans famille), Utena… ; de base on parlait le même langage. Et surtout, comme pour la BD, une grosse partie de l’influence de Jérémie ne vient pas du medium de l’œuvre, mais va piocher du côté du cinéma. Jérémie est fan de giallo, de Dario Argento, John Carpenter, David Cronenberg, et ça se sent énormément dans la série. Tout ça couplé avec une vraie vision d’ensemble et une grande exigence de mise en scène et d’animation, on savait que la série était entre de bonnes mains. Mikael Robert aide Jérémie à la direction artistique, ainsi que Jérémie Hoarau (NDLR :qui a travaillé sur la série Silex and The City). Christelle Abgrall (son site) chapotait une équipe de storyboardeurs tous plus oufs les uns que les autres, et on est aussi très fier d’avoir pu récupérer les auteurs Bill et Gobi au storyboard, au design et à l’animation. Franchement, on a eu la chance d’avoir une vraie dream team sur la prod (et paf, encore du bonus dvd.)

Laurent Sarfati a de son côté monté une équipe de scénaristes, dont Jérémie et moi-même. C’est rare et important que le réal fasse partie de l’équipe des scénaristes, car il peut tout de suite voir ce qui peut ou pas fonctionner par rapport au budget, entre autres. Et c’est aussi important que l’un des auteurs de la BD soit là, pour être d’une part garant du ton, et que les personnages soient cohérents. Ensuite, vu que c’est un prequel, et qu’il y a fatalement des ponts entre les la BD et l’animation, il faut veiller là encore à ce que tout se répondent bien.

BDE : Et le travail sur le scénario de cet animé, comment s’est-il déroulé ?

B : On a tenté une approche plutôt originale en France au niveau de l’écriture. Pendant plusieurs semaines, on s’est retrouvé dans un appartement avec les scénaristes, Laury Rovelli, Léonie De Rudder, Matthieu Choquet et Guillaume Mautalent, pour écrire ensemble toute l’arche narrative de la série, lancer des idées, des pistes, devant un mur rempli de post-its. Ensuite, on s’est réparti l’écriture des épisodes par groupe de deux, chapeauté par Laurent. Et quand on livrait un synopsis ou une version du script dialogué, tous les autres scénaristes étaient aussi dans la boucle pour faire des remarques, changer ceci, suggérer un dialogue, bref pour peaufiner au maximum les scripts. C’est très inhabituel, cette façon collaborative de bosser. Cela ressemble un peu à ce que l’on fait sur la BD, c’est très organique. Je pense pouvoir parler au nom de tous les scénaristes en disant qu’on s’est vraiment éclaté à écrire ça.

En ce qui concerne la partie graphique, Bastien et Michael sont intervenus pour valider les designs des personnages que l’on retrouvera dans la BD, comme Tomie Katana, Milo Zotis ou Duke Diamonds.

BDE : le développement de l’anim’ a-t-il eu des effets sur le jeu vidéo ou la bande-dessinée ? Dans la façon dont vous avez dessiné vos personnages dans la bande-dessinée, la façon dont vous l’avez scénarisé par rapport à l’anim’ qui représente un prequel… ?

B : Pendant l’écriture, je tenais Bastien et Michael informés des axes importants, de ce qu’il serait bon d’inclure ou de retirer par rapport à l’animation. Il y a des choses que l’on aurait abordées différemment si l’on avait pas eu le dessin animé, c’est certain. Faire un tout cohérent, qui puisse se répondre, mais faire en sorte que BD et dessin animé soient aussi autonomes, ça a été un casse-tête. Au final je pense que l’on a réussi, mais je ne suis pas le meilleur juge de ça. Le tome 9 est particulièrement fait pour être lu en miroir avec la série télé, c’est là qu’il y a le plus de ponts, même si l’on a égrainé des liens, petits comme gros, tout au long des tomes.

 

lastman preview

BDE : Comment avez-vous organisé le lancement de cet appel public, pour obtenir le meilleur écho possible ?

B : On a fait appel à la meilleure personne, Tsuka de Catsuka.com, qui est l’étoile du berger de l’animation mondiale en France, voilà, tout simplement. Vu que l’on s’est rencontré sur son forum avec Bastien il y a (pfouyaaaa) 13 ans, c’est plutôt rigolo. Ensuite on a fait des réunions avec Je Suis Bien Content et Everybody On Deck pour bien tout définir, grâce à Jérémie Hoarau, Violette Teyssier et Joé Baudot.

 BDE : Quelle fidélisation des lecteurs de la BD vers l’anim’ ? Je veux dire, quel retour avez-vous des lecteurs, ils vous suivent-ils sur ce crowdfunding ou cela n’a-t-il rien à voir ?

B : A en juger par les retours sur notre page facebook de Lastman la BD ou sur twitter, tous les lecteurs sont plutôt excités, donc ça fait plaisir! Je crois que beaucoup ont ou vont nous aider.

BDE : Qu’en est-il de la diffusion sur France4 ? Quand viendra-t-elle ?

B : A l’heure actuelle, ça bouge beaucoup, rien n’est sûr. Normalement, octobre. En tout cas, fin de l’année.

BDE : Et toi plus personnellement, quels sont tes actualités et projets, en BD européenne, scénario de comics, animation avec les Kassoss ou d’autres travaux… ?

B : J’ai pas mal travaillé avec Marvel cette année, autant en storyboard d’Infinite comics que en scénario/dessin. Pour les Kassos, on va faire une petite pause avec Alexis Beaumont (NDLR : sur le travail d’Alexis Beaumont voir également ce bon papier des Inrocks de 2014) et essayer de développer d’autres projets bien bien cons. Sinon on a toujours notre plateforme de turbomedia, http://turbointeractive.fr/, et je travaille au développement d’un format hybride avec le webtoon coréen, avec Delitoon.

Et sinon, quand j’en ai marre, je dessine des trucs cochons. Et je joue avec mes chats.

J’ai beaucoup parlé non? On peut dire des trucs genre Gloire à Satan, tout le monde s’est barré.

Rencontre avec Michaël Sanlaville – dessinateur de Lastman

© Vivès, Balak, Sanlaville – Editions Casterman
© Je suis bien content et Every Body on Deck
© Piranaking
© Léa Schneider (photo de Balak lors du Festival We Do Bd)

Tags : , , , , , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*