Accueil » Autour de la BD » Ghost in the Shell : First Assault – Test de la bêta ouverte

Ghost in the Shell : First Assault – Test de la bêta ouverte

Ghost in the shell

Résumé
La section 9 a de nouveau du pain sur la planche.
L’ennemi ? Plus ou moins le monde entier.
Ghost In The Shell : First Assault semble vouloir surfer sur le succès d’Overwatch, en nous proposant un jeu de tir à la première personne (FPS) multijoueur coopératif en ligne (inspirez), implanté (rigolo) dans l’univers riche, sombre et cybernétique avec plein de câbles de couleurs qu’est celui de Ghost In The Shell, crée par Masamune Shirow.

Le jeu n’étant pour l’instant disponible qu’en bêta gratuite, il n’est donc pas forcément représentatif de la saveur finale du jeu terminé.
Nous utiliserons donc nos pincettes cybernétiques pour analyser tout cela.

Notre avis
GITS:FA (essayez de le dire plusieurs fois de suite) est graphiquement plutôt joli, et les machines plus modestes que l’équipement de la NASA de votre voisin (n’essayez quand même pas sur Windows 98) pourront sans doute, non sans un poil de surchauffe, le faire tourner sous des textures modérées.
Les combats sont intéressants sans être d’une nervosité spectaculaire, les différents modes de jeux (capture du drapeau terminal, match à mort, etc…) certes peu nombreux, font complétement le café pour une bêta, les cartes, bien que peu inspirées et plutôt vides, sont d’une taille satisfaisante, et la prise en main n’est pas compliquée pour qui a déjà joué à un FPS sur ordinateur (à préciser d’ailleurs, la manette Xbox ne fonctionne pas sur cette bêta. Tristesse).

160726-Kuro-V2

L’Univers et l’ambiance de Ghost In The Shell sont présents, non sans une certaine distance : les fans seront ravis de pouvoir choisir l’agent de la section 9 qu’ils préférent, sans toutefois que cela change empiriquement leur manière de jouer ou la connaissance qu’ils pouvaient avoir sur les différents personnages : chaque agent dispose d’une capacité définie mais presque facultative, qui peut certes profiter à certaines situations sans retourner de façon surprenante le cours d’une partie, et les informations sur les dits personnages ne concernent qu’un court paragraphe accompagné d’un montage d’images tirées des films et des séries.
Le background, quant à lui, est inexistant : le monsieur en face de toi est ton ennemi, il est méchant parce qu’il te tire dessus, il est marqué en rouge, et basta.

Les menus font au départ assez mal aux yeux et au cerveau tant le décryptage est âpre, mais les moults améliorations des armes et des personnages aident à faire passer la pillule.
Petit bémol : l’impossibilité de choisir le type de partie dans lequel on souhaite « plonger », qui sera sans doute résolue pour la sortie du jeu.

Fondamentalement, cette bêta souffre d’une rigidité malvenue à l’heure des multi online toujours plus souples et rapides.
Certes, il y a du fun, mais de son gameplay ne subsiste aucune originalité spécifique, en tout les cas pour le moment.

En attendant, si l’idée du multi coopératif vous tente, Overwatch finira bien par baisser de prix (c’est beau l’espoir), Warframe est toujours tout ce qu’il y a de plus gratuit, et Insurgency est à moins de 10 euros sur Steam.
Ça laisse le temps de voir venir.

En deux mots
Une bêta pour l’instant plus intéressante par sa gratuité que par son originalité sur le marché des FPS multis.

Calvin Saltona

Téléchargement de la Bêta :
Sur Steam
Sur la Nexon Global Platform

Tags :

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*