Accueil » Autour de la BD » Les coulisses » Humeur – C’est la lutte (finale ?)

Humeur – C’est la lutte (finale ?)

Crayon

C’est un message Facebook de Marion Montaigne, auteur de Tu mourras moins bête, qui est à l’origine de ce billet d’humeur. Quelques morceaux choisis : « Depuis le début de la semaine, nous recevons des courriers du RAAP, la cotisation retraite complémentaire (mais obligatoire) nous annonçant que nous allons leur reverser 8% de nos revenus. » ; « Or pendant ce temps, au RAAP j’imagine que ça se tâte la panse. Pensez bien. Voilà un groupe d’individus qui ne se révolte pas, ou très gentiment. » ; « Pourquoi on ne sait pas faire entendre nos droits ? »… (l’intégralité de ses propos sont visibles publiquement sur son Facebook.

Il est vrai que les principales discussions dans le microcosme de la BD portent principalement sur Angoulême, les élections (le Grand Prix, pas la Présidentielle), qui viendra, qui ne viendra pas…
Bien sûr, il y a aussi des auteurs qui découvrent avec stupéfaction le courrier du RAAP… et la somme demandée. Imaginez, qu’en plus de ce que vous payez en taxes diverses, vous recevez, en début d’une année une cotisation obligatoire qui vient vous ponctionner 1000€ supplémentaires alors que vous avez déjà du mal à boucler vos fins de mois. Glups.

Il ne faut pas croire que les auteurs ont accepté bêtement et passivement ce prélèvement, bien au contraire et David Chauvel l’explique très bien sur sa page Facebook : marche à Angoulême, réunion à Saint Malo, rencontres diverses des éditeurs aux ministères, sans compter de nombreuses heures de travail pour celles et ceux qui luttent pour défendre les droits de cette profession… Mais en se heurtant à des murs et avec, malgré tout, quelques victoires comme le passage progressif aux 8% (et non 8% d’un coup).

Alors, que faire ?
L’idée d’un boycott d’Angoulême a bien été évoquée mais comme le rappelle David Chauvel, la majorité des auteurs qui participaient aux discussions ne l’ont pas voulu.
Ce choix peut d’ailleurs se comprendre : pour certains auteurs isolés, Angoulême leur permet de rencontrer des confrères mais également des éditeurs. Pour d’autres, c’est le moment de présenter un travail d’une ou plusieurs années. D’autres encore apprécient simplement l’ambiance, le contenu,… Bref, les raisons ne manquent pas pour refuser ce boycott.

Je m’interroge néanmoins.
Angoulême, c’est grosso modo le seul moment de l’année où les grands médias s’intéressent à la BD (hors décès d’un grand nom). C’est aussi le seul moment de l’année où les politiques découvrent qu’il existe un truc qui s’appelle la BD (entre deux petits fours). 2017 est une année importante électoralement parlant. Bien sûr, on ne s’attend pas à ce que les candidats viennent tâter le cul des auteurs, à l’instar d’un salon de l’agriculture, et la plupart d’entre eux ne feront pas le déplacement.
Mais ne serait-ce pas le bon moment pour attirer l’attention des médias sur la situation actuelle ?
Les auteurs sont en crise et ils sont les moteurs de toute une économie, même si cette notion tend à être minimisée. Sans eux, il n’y aurait pas de BD… et par conséquent, pas d’éditeurs de BD, pas de librairies de BD, un manque à gagner évident pour les imprimeurs et, n’en déplaise aux esprits chagrins, un rayonnement culturel certain.

Sans forcément aller jusqu’au boycott de la manifestation, ne serait-il pas judicieux que les auteurs posent TOUS leurs crayons au moins une heure durant le festival et le quittent ? La symbolique serait forte et devrait capter l’attention des grands médias… De quoi offrir une tribune pour faire passer le message. Et, idéalement, que les lecteurs les suivent.

On aime la BD, on aime nos auteurs, il faut les soutenir.

Anthony Roux

Tags :

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*