Accueil » Univers BD Européenne » Interview BD européenne » Haytham, une jeunesse syrienne porteuse d’espoir

Haytham, une jeunesse syrienne porteuse d’espoir

haytham-une-jeunesse-syrienne-couvertureSon histoire est de celles qui doivent être contées. Diffusées. Partagées. Martelées. Nicolas Hénin s’y est employé dans Haytham, une jeunesse syrienne. Haytham Al-Aswad est un adolescent, victime de la répression de Bachar Al-Assad et contraint à se réfugier en France. Il y déjoue – par sa réussite, son honnêteté, sa clairvoyance d’esprit – tous les clichés dont souffre son peuple, ses frères. Nos frères. Le dessinateur Kyung-eun Park vous plonge dans l’envers du décor. 

Tout débute lors des prix Bayeux des correspondants de guerre. Alors que Kyung-eun Park dédicace Yallah Bye, un ouvrage portant sur le Liban et publié en janvier 2015, il fait la rencontre de Nicolas Hénin. Le journaliste, auteur de plusieurs ouvrages (Jihad Academy, La France russe…) et otage de l’État islamique dix mois durant, est justement en quête d’un collaborateur pour son projet de bande dessinée. Le courant passe bien, et le Sud-Coréen correspond à ce qu’il recherche.

Son style de dessin est en adéquation avec les attentes du scénariste. À lui non plus, le Moyen-Orient ne lui est pas inconnu : « Je suis allé au Liban donc je connais un peu les lieux. Et je me suis aussi rendu en Syrie, dans des circonstances… particulières ! ». Mais pour M. Park, le déclic se fait sur l’intrigue même : l’histoire de ce garçon en qui il se reconnaît. « Cela m’a fait penser à ma propre expérience, je me suis identifié à lui. » Tout comme Haytham, il a vécu une dictature l’obligeant à fuir et quitter son pays. Lui aussi est « arrivé tôt en France (vers l’âge de 7 ans, NDLR), sans connaître beaucoup de mots ».

kyung-eun-park-dedicaces-bd-boum-blois-2016

Kyung-eun Park au festival BD Boum de Blois, novembre 2016. (DARYL RAMADIER/BDENCRE)

Un documentaire fidèle
Illustrer une biographie est l’un des exercices les plus délicats qui soient. Davantage lorsque la Syrie en est le théâtre, et que le sujet est d’une brûlante actualité. « Je voulais savoir comment ils avaient vécu ça sur place, pour ne pas faire la bêtise de dessiner n’importe quoi », raconte Kyung-eun Park. Haytham et sa famille l’ont donc accompagné tout au long de son travail. « J’ai récolté des documents sur internet, préparé les plans du terrain. Ils m’expliquaient : « cette photo a été prise à telle place, avec tel angle de vue ». Nicolas m’a aussi décrit comment sont faits les bâtiments, la ville. » Un album réalisé avec le souci du détail, comme l’illustrent les manifestations dont il est allé jusqu’à « chercher à savoir de quelle manière avançaient les cortèges ».

« Je découvre la Syrie avec lui, et les lecteurs voient et explorent ce pays grâce à lui », s’enthousiasme le dessinateur. Mais la particularité d’Une jeunesse syrienne est son articulation autour de deux thématiques : les horreurs et brutalités engendrées par Bachar Al-Assad, et un implicite message d’espoir. En s’attachant à relater les péripéties de la vie d’Haytham, le duo Hénin/Park brise les oeillères et préjugés qui polluent une certaine interprétation du monde. A l’heure où des responsables politiques ramènent les réfugiés à de vulgaires fuyards, l’ouvrage apporte une bouffée de véracité non-négligeable.

Témoigner, restituer
« Nicolas et Haytham voulaient aussi expliquer l’origine de ces manifestations, ajoute-t-il. En Europe nous avons tendance à croire qu’elles étaient déjà terroristes, alors que non. Ça a commencé pacifiquement. » Une manière, également, de plonger au coeur du quotidien de ces réfugiés qui arrivent dans l’Hexagone. « Ils doivent persévérer pour venir, avoir le courage de traverser tout le continent. La France accueille des immigrés mais l’administration n’est… pas très tendre (rires). Il faut se battre pour arriver à quelque chose, et ils ont besoin de soutien moral. »

haytham-une-jeunesse-syrienne-bd-case

Une peinture de l’actualité. (DARGAUD)

Haytham, justement, s’est battu. Il obtenait, en juillet 2015 – donc trois ans après son arrivée –, son baccalauréat scientifique avec la mention bien. « Ce garçon ne s’est pas laissé aller. Il remercie la France de lui avoir donné la chance de vivre ici, d’avoir des aides sociales, mais il est courageux. Il se bat pour réussir, pour ne pas devenir une charge pour la société française. » Le reste est à découvrir dans les 80 pages de la bande dessinée, disponible depuis septembre 2016.

Pour la suite, Kyung-eun Park est déjà « en train de travailler avec Joseph Saffiedine, l’auteur de Yallah Bye, pour un nouvel album sur l’histoire d’un immigré ». Comprendre, raconter, expliquer la vie de ces réfugiés qui souffrent et luttent à travers le globe est le leitmotiv de son oeuvre. Il contribue, à sa manière, à une meilleure lecture de l’actualité. En dessinant le monde, le Sud-Coréen le rend plus intelligible.

Par Daryl Ramadier

Acheter sur bdfugue

Feuilletez des milliers de bandes dessinées gratuitement sur Sequencity

Tags : , , , , , , , , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*