Accueil » Univers Graphiques » Interview Graphiques » Rencontre avec Virginio Vona, artiste aux multiples facettes

Rencontre avec Virginio Vona, artiste aux multiples facettes

La maison de vente parisienne Cornette de Saint Cyr (6 avenue Hoche à Paris) organise une vente aux enchères comics qui se déroulera le mercredi 22 février. Aux côtés de planches de The Walking Dead, on trouvera également un Deadpool réalisé par Virginio Vona. On le connaît bien chez Bulle d’Encre, il est très souvent venu aux salons que nous organisons et cette vente est l’occasion de vous faire découvrir ou redécouvrir cet artiste de talent.

Bulle d’Encre : Bonjour Virginio. Une vente aux enchères, plusieurs expositions, des performances à la Gare de Lyon,… Un beau parcours ! Tu peux nous présenter tes débuts ?
Virginio Vona : Oui, effectivement quand je regarde en arrière, je vois tout le travail accompli et la route que j’ai parcourue avec Frédéric Gaffiat « Iah-Hel », le scénariste de Fenice, du moment où l’on a démarré Fenice, les premières planches exposées à Vigneux-sur-Seine en 2007… Beaucoup de travail et surtout beaucoup de sacrifices et de volonté pour faire un parcours en indépendant. Pour moi, c’est un peu une odyssée ce parcours. J’aime les défis, je n’aime pas la facilité.

BDE : Ce qui est assez paradoxal, quand on regarde ton parcours, c’est que tu as travaillé en France (Virginio a aussi travaillé sur des histoires d’horreur en Italie, ndlr), sur une seule série, d’ailleurs toujours en cours, Fenice. Cette dernière n’est même pas publiée par le circuit classique de l’édition. Tu n’as pas envie d’entrer dans un cadre plus « conventionnel » ?
VV : Oui exact, ma vie artistique, la vraie, je l’ai démarrée en France, depuis que j’ai rêvé de mon personnage Fenice et que je l’ai développé avec Iah-Hel ; Fenice est publié par l’association Fenice.
Je n’ai jamais travaillé en maison d’édition, je ne suis pas un dessinateur d’ailleurs, je ne sais pas si je serais capable de réaliser et suivre un scénario si je ne sens pas l’histoire ou simplement si je ne fais pas de création.
Avec Iah-Hel, je fais partie intégrante du scénario. C’est un travail en symbiose et il me laisse ma liberté.
Pourquoi pas un jour travailler pour une maison d’édition si l’occasion se présente et si artistiquement j’aurais ma liberté et pas seulement l’exécution comme un artisan ? Même si la relation conventionnelle ne rentre pas dans mon idéal artistique.
Je suis un cheval sauvage, un scénariste devrait faire beaucoup de concessions s’ils souhaitait travailler avec moi. Surtout, je n’aime pas qu’on me dicte les règles et les suivre aveuglément.

BDE : Tu alternes donc entre de grandes réalisations, tes fresques, et des bien plus petites, ton travail en BD. Comment gères-tu cette alternance de formats, demandant des techniques bien différentes ?
VV : Oui, je suis un hyperactif dans mon atelier : il y a un tel bordel ! Je passe de la case à la toile, j’ai besoin d’espace et surtout d’épanouir mes pulsions et de changer de supports et de moyens pour m’exprimer. Actuellement, je travaille avec des galeries comme la galerie Glénat à Paris et la Galerie Napoléon et je viens de commencer une collaboration pour des projets futurs avec la Galerie Huberty & Breyne pour une exposition virtuelle et une vente aux enchères des panoramiques à Bruxelles au mois de mai ainsi qu’une exposition physique dans la galerie à Paris.
C’est pour cela que je travaille aussi les grand formats, c’est pour des projets futurs.

BDE : Mais au final, tu te définies avant tout comme peintre ? auteur de BD ? artiste polyvalent ?
VV : Pour te répondre sincèrement, je n’en sais rien, je suis moi-même, Virginio, qui répond et suit son enthousiasme, sa passion comme un enfant. C’est tellement beau d’explorer des chemins inconnus et nouveaux. Du reste, la BD, c’est un moyen d’expression comme un autre, comme une toile. C’est pour cela que je change souvent de techniques.

BDE : L’univers que tu peins ou que tu dessines est sombre et violent. Pourtant, quand on te rencontre sur les salons, tu apparais comme quelqu’un de doux et gentil. Ton art te permet d’extérioriser ?
VV : Les gens me posent souvent la même question. Mon univers est vrai, c’est une élaboration onirique de notre histoire et une vision futuriste et dystopique de notre société.
J’aime la littérature et la poésie et j’ai des références comme 1984 de George Orwell, Blade Runner, Batman,… J’aime les univers intenses, profonds, avec peu de lumière comme les tableaux de Rembrandt : mais peu des lumière suffit pour avoir une intensité suprême… La violence fait partie de notre vie, on ne peut pas nier l’évidence.

BDE : Tu as d’autres projets ?
VV : Oui, je travaille sur un projet d’exposition avec la Galerie Huberty & Breyne et bien évidemment Fenice, mon personnage fétiche pour une sortie prévue pour la fin 2017 ainsi que sur un autre projet de BD en parallèle, une histoire courte en un tome. D’ailleurs, on va le proposer à une maison d’édition.

BDE : Merci à toi et à bientôt !
VV : Un grand merci et à bientôt.

Interview réalisée par Anthony Roux le 9 février 2017
© Toutes les images sont la propriété de leur auteur et ne peuvent être utilisées sans leurs accords.
Cliquez sur les images pour les agrandir.

Tags : , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*