Accueil » Actualite-bd » Exposition Shoah et Bande dessinée – Mémorial de la Shoah (Musée et centre de Documentation) – du 19 janvier au 30 octobre 2017

Exposition Shoah et Bande dessinée – Mémorial de la Shoah (Musée et centre de Documentation) – du 19 janvier au 30 octobre 2017

Depuis le 19 Janvier, une exposition passionnante est proposée aux visiteurs du mémorial de la Shoah, à Paris. Si traiter la Shoah par la bande dessinée peut sembler incongru au premier abord, cette exposition vous permettra de découvrir que le 9ème Art a toujours été un médium différent. Dès 1942, un dessinateur inconnu nommé Horst Rosenthal dessinait un petit fascicule, avec naïveté et candeur, composé de 15 dessins à l’aquarelle, montés en album relié manuellement intitulé « Mickey au camp de Gurs. » Il ne sera jamais publié de son vivant puisqu’il ne reviendra pas d’Auschwitz mais préfigure néanmoins avec génie les œuvres de Calvo (La Bête est morte ! ) dès l’année 44 puis de Spiegelman et de la seule BD, à ce jour, à avoir remporté le Pulitzer : « Maus » en 1992. « Mickey au camp de Gurs » – enfin publié aux éditions Calmann-Lévy en 2014 – est donc l’un des premiers témoignages directs de l’horreur concentrationnaire à la française, comme peut l’être « le travail » de Max Ernst au camps des milles, non loin de Marseille. Les artistes comme David Olère sont aussi bien présents dans cette première partie de l’exposition, lui qui fut déporté de Drancy le 02 mars 1943 vers Auschwitz, et livre avec justesse l’horreur de ces camps dans dessins et peintures. Une première partie qui rend compte des réalités et des difficultés pour les survivants et leurs contemporains de  raconter l’indicible sinon en le transposant en métaphores animales ou en allégories visuelles.

La seconde partie se veut plus légère puisqu’elle aborde justement cette difficulté, pudiquement nommée latence, de la Bande dessinée à aborder ce thème de la Shoah. il nous faut rappeler que la souris de Spigelman n’est publiée, en deux volumes, qu’en 1986 et 1991. Et même si la transfiguration animalière dans « La Bête est morte ! » est plus que claire avec des Allemands en loups, des Français devenus des lapins, des Belges des lionceaux, sic, des Anglais des dogues, des Américains des bisons et des Russes des ours sans même parler des kangourous australiens ; finalement, il faudra attendre 1952 pour voir évoquer clairement la Shoah dans la BD franco-belge de manière claire. Le plus étonnant, qui est d’ailleurs repris dans cette seconde partie : « Pourquoi les super-héros n’ont-ils pas libéré Auschwitz ? » entraînera le visiteur vers des réflexions uchroniques et des découvertes étonnantes pour les moins initiés à l’univers des super-héros.

Enfin, la transmission de cette mémoire, de ce devoir de mémoire, clôture une exposition ambitieuse et complète, qui s’ouvre vers d’autres visions génocidaires en bande dessinée à voir jusqu’au 31 Octobre au premier étage et en entrée libre de cet endroit étonnant où le Mémorial de la Shoah s’empare avec brio du sujet, s’interroge sur les tenants et les aboutissants de cet art populaire dans toute sa diversité, des comics à la bande dessinée franco-belge, des romans graphiques aux mangas en passant par la presse satyrique.

Une exposition capsule – prévue pour être mobile – qui plus est, qui mérite bien de sortir de ses murs pour éveiller les consciences car « Un peuple qui oublie son passé se condamne à le revivre » / que ce soit de Churchill ou de Marx.

 

Nous vous invitons à regarder l’interview filmée et la visite guidée de Didier Pasamonik, co-commissaire de l’exposition Shoah et Bande dessinée au Mémorial de la Shoah, par nos confrères de Cases d’Histoire.

Lien vers le Musée Mémorial de La Shoah.

Jean-Claude Attali

             

 

 

Tags : , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*