Accueil » Univers BD Européenne » Interview BD européenne » Rencontre avec Laurel pour son projet Comme convenu T2

Rencontre avec Laurel pour son projet Comme convenu T2

Après le succès du financement de Comme convenu T1, qui a pratiquement atteint les 300 000 €, avec près de 8000 contributeurs, Laurel lance le second (et dernier) opus. Elle nous avait accordé une interview pour le premier volet, c’est donc l’occasion de faire le bilan.

ulule

Bulle d’Encre : Bonjour Laurel, nous t’avions quitté après un financement participatif qui avait atteint des records… et demandait aussi énormément de boulot pour contenter tes très nombreux contributeurs. Est-ce que ça n’a pas été trop difficile, voire chronophage, de gérer l’après ?
Laurel : Ça a été beaucoup de travail effectivement ! Surtout que c’est la première fois que je faisais imprimer et distribuer un livre moi-même. Il a fallu tout apprendre. Mais au final les presque 8000 livres sont arrivés chez les contributeurs et la satisfaction est immense ! 😊

BDE : Ce succès t’a-t’il permis de préparer différemment ce nouveau financement participatif ?
L : Oui tout à fait ! Après la première campagne j’ai dû créer ma petite entreprise pour ne pas gérer l’argent collecté sur mon compte personnel. Il y a eu pas mal de démarches administratives, et du coup pour le tome 2 ce n’est pas à refaire. Aussi j’ai maintenant des prestataires qui m’aident pour la production et la distribution. Ne plus avoir à chercher et comparer cette fois-ci permet de me concentrer sur d’autres choses. J’ai aussi embauché une personne pour m’aider à gérer le support. C’est très important pour moi que tous les contributeurs puissent avoir des réponses à leurs questions. Il y a eu pas loin de 2000 emails échangés suite à la première campagne !

BDE : D’ailleurs, après un tel succès, tu n’aurais eu aucun mal à convaincre un éditeur. Pourquoi es-tu restée sur une démarche similaire ?
L : J’ai reçu déjà des offres d’éditeurs avant le début de la première campagne. Mais les conditions ne sont plus du tout les mêmes que quand j’ai commencé à travailler dans la bande dessinée. Je savais qu’il y avait un certain nombre de lecteurs déjà qui suivaient l’histoire en ligne, j’ai pensé que c’était le moment ou jamais de tenter l’auto-édition ! Ce serait trop étrange de sortir le tome 2 d’une autre manière, donc la question ne s’est pas posée. Je pense que je peux proposer de meilleurs produits à mes lecteurs via l’auto-édition. Quand je dis ça je pense aux options pour la couverture, le papier, la qualité d’impression, et surtout les bonus livrés avec le livre. Du coup, je ne suis pas forcément fermée aux propositions pour mes prochains ouvrages, mais sauf surprise je continuerai à publier mes livres moi-même. 🙂

BDE : Maintenant que tu arrives au bout de l’histoire, tu avais dit que ça t’avait fait énormément de bien de coucher sur papier cette mésaventure, qui est finalement assez récente, qu’est-ce que ça t’a apporté ?
L : Ça m’a apporté énormément ! Ça m’a aidée à tourner la page de cette période difficile. J’ai profité de l’encouragement de mes lecteurs et j’ai réalisé à quel point il sont bienveillants. J’ai envie d’en faire toujours plus pour eux, et cette nouvelle façon d’éditer me le permet. Aussi, sur un plan plus personnel, je suis très contente de pouvoir laisser à mes enfants un témoignage détaillé de ces premières années aux États-Unis.

BDE : A la lecture des commentaires laissés sur les planches, on se rend compte que ce récit suscite l’empathie chez les uns et réveille des souvenirs, même douloureux, chez les autres. Comment vis-tu ce soutien massif ?
L : Je suis très touchée par ces réactions. J’espère que je ne génère pas trop de stress ! Parmi ceux pour qui l’histoire réveille des souvenirs douloureux, j’ai eu des témoignages comme quoi d’une certaine manière ça les apaisait de voir qu’ils n’étaient pas seuls à vivre ça. J’imagine que la plupart des gens qui ont des expériences professionnelles difficiles se retrouvent souvent seuls pour les gérer. Même pour la famille et les proches ce n’est pas toujours simple à comprendre.

BDE : La question que tout le monde se pose… Comment Luc et Joffrey ont-ils réagi, d’autant plus qu’ils sont maintenant clairement identifiés par ton lectorat ?

L : À différents moment dans la BD je parle de leur réaction du coup je ne veux pas trop dévoiler les détails ici, désolée ! 😅

BDE : Sans révéler la fin du récit, où en êtes-vous aujourd’hui ?
L : On s’en est sortis ! 🙂

BDE : Merci à toi et bon courage !
L : Merci beaucoup ! ❤️

Interview réalisée par Anne-Gaëlle Sénéclauze et Anthony Roux le 13 mars 2017
© Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leurs accords.

ulule

Pour suivre Laurel :
Son blog
Lire ce récit depuis le début
Facebook
Twitter
Tumblr
Instagram

Tags : , , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*