Accueil » Autour de la BD » Films » Pour la préservation du patrimoine franco-belge : un accord historique entre les éditeurs, ayant-droits et studios de cinéma

Pour la préservation du patrimoine franco-belge : un accord historique entre les éditeurs, ayant-droits et studios de cinéma

C’est désormais officiel ! Les BD franco-belges ne subiront plus des adaptations hasardeuses sur le grand écran.
Les principaux ayant-droits et éditeurs se sont en effet entendus avec les studios de cinéma, ceci afin de préserver l’intégrité des BD d’origine.

On retrouve ainsi plusieurs points qui raviront les puristes :
– Le personnage principal ne doit subir pas de régime miracle entre son passage de la BD à l’écran, ni changer de couleur de peau, de sexe ou de tête.
– Un comique ou mannequin à la mode n’est pas forcément l’acteur le plus adapté pour incarner le héros.
– Inutile d’ajouter des liaisons amoureuses entre les protagonistes ou même de changer l’orientation sexuelle d’un personnage.
– D’après la BD de… ne veut pas dire qu’on change toute l’histoire, qu’on ajoute dix personnages et qu’on en supprime cinq autres.
– On ne sort pas de l’intrigue principale juste pour faire plaisir à la « star » qui pourrait éventuellement jouer dedans… surtout si elle a un second rôle.
– Quand un animal parle dans une BD, il parle à l’écran. Et inversement s’il ne parle pas. Attention à l’usage immodéré des images de synthèse… notamment si elles sont moches.
– Et surtout… quand un auteur, de son vivant, a interdit toute exploitation de son œuvre après sa mort, ça veut réellement dire toute exploitation, même les films.

Les signataires de cet accord ont néanmoins ajouté une dernière clause :
– Ces points peuvent être ajournés s’il y a de l’argent à se faire.

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*