Accueil » Univers BD Européenne » Interview BD européenne » Rencontre avec Domas, dessinateur

Rencontre avec Domas, dessinateur

Dessinateur de presse et communication, directeur de collection chez Bamboo, dessinateur et scénariste, Domas ne manque pas d’activités. En ce début de printemps, deux albums sortent chez Bamboo, L’enfant fleur et le tome 2 de Planète Gaspard. Rencontre à la terrasse ensoleillée d’un bar marseillais.

Bulle d’Encre : Bonjour Domas. Tu te spécialises dans la BD jeunesse avec ces deux nouveaux albums.
Domas : C’est ce que j’ai envie de faire en ce moment. J’ai enchaîné les deux albums. Comme je suis également directeur de la collection Pouss’ de Bamboo, je suis très impliqué dans la BD jeunesse. J’ai deux filles et je suis aussi content de pouvoir partager ça avec elles.

BDE : Ce sont tes premières fans ?
D : Plus que ça ! Mon aînée a eu l’idée du scénario de L’enfant fleur. Un matin, il y a deux ans (elle en avait alors 6), elle me raconte une histoire de petite fille qui s’ennuie et qui trouve une graine. Cette graine se transforme en fleur qui devient une autre petite fille. Je lui ai posé des questions et dans sa tête le scénario était déjà très abouti. J’ai fait quelques croquis sur le moment et je l’ai laissé de côté. Récemment, je l’ai ressorti et dessiné. J’ai fait quelques adaptations mais pas tant que ça. Par exemple, je n’ai pas voulu sexuer l’enfant fleur.

BDE : Ta fille doit être super fière d’avoir « son » album.
D : Oui et en même temps elle n’en fait pas tout un plat. Sa petite sœur est aussi impliquée puisque j’ai repris un de ses dessins dans l’album. Et l’aînée continue à me raconter des tas d’histoires !

BDE : Tu publies cet album dans la collection Pouss’ de Bamboo que tu diriges. Une histoire sans paroles, un cahier graphique pour que les enfants apprennent à dessiner les personnages et l’histoire sous forme de texte. Cette collection a été entièrement repensée récemment.
D : Nous avons constaté un manque de visibilité en librairie à cause du petit format des albums. Le cahier graphique était un peu trop compliqué également. Nous avons donc fait des ajustements. Maintenant, sur la couv’, nous indiquons « Ma première BD » et les anciens albums devraient être republiés. La collection a trouvé son public, c’est une vraie satisfaction.

BDE : Tu penses qu’un album sans paroles touche un public ne sachant pas lire ?
D : Je l’ai espéré mais c’est un peu plus compliqué. L’accompagnement des parents est indispensable et la lecture d’un album reste un moment à partager. Toutefois, l’absence de texte (ou très peu, il y a les titres en haut des pages) permet d’autres échanges avec l’enfant et je veux croire qu’une fois l’album « lu » en famille, il pourra y revenir seul, au moins à partir de 5 ans.

BDE : Dans un conte, il y a normalement une morale, plus ou moins explicite. Est-ce que c’est une fable écologiste ?
D : Pas spécialement. Bien entendu la nature est très présente mais je dirais plutôt que c’est une fable humaniste. D’ailleurs, entre l’album dessiné et le texte, la lecture peut être différente. On peut voir la première partie comme un récit sur l’adoption. Par contre, le texte est davantage axé sur l’idée que la terre nous accueille, qu’elle est généreuse et qu’elle se partage. Bien entendu, l’actualité sur les migrants est sous-jacente. Dans tous les cas, ce qui est important c’est la vie. Le lecteur fera sa propre interprétation… ou pas.

BDE : Et la dernière case ouvre sur de multiples possibles, à chacun d’imaginer la suite. En parlant de suite, justement, sort également le second tome de Planète Gaspard, avec Béka au scénario. Rappelons qu’il s’agit en fait d’un couple de scénaristes. Comment se passe votre collaboration ?
D : De mieux en mieux ! Pour le premier tome, nous ne nous sommes pas rencontrés et ils étaient assez exigeants. Nous avons passé un week-end ensemble récemment et j’ai compris qu’ils attendent beaucoup de moi car ils pensent que je peux le faire.

BDE : Qu’est-ce qu’ils attendent de toi ?
D : Qu’un brIn d’herbe ne soit pas qu’un trait. Ce doit être un brin d’herbe. C’est stimulant car ils sont toujours dans la critique constructive. J’ai aussi donné quelques idées de gags et j’ai été content de voir qu’ils en avaient repris dans le tome 2. La collaboration se poursuivra dans un tome 3 si les ventes, et donc le public, sont au rendez-vous. J’aimerais alors m’impliquer davantage dans la mise en couleur. Si je ne le fais pas aujourd’hui, c’est par facilité.

BDE : Dans ce nouveau tome, Gaspard est amoureux. Quelles ont été tes inspirations pour ce personnage ? Gaston et Mademoiselle Jeanne ?
D : C’est clairement l’inspiration de Béka en tous cas ! Mais il est difficile de marcher sur les traces de Franquin et Gaspard n’est pas un « petit Gaston ». Mon inspiration serait plutôt du côté de Calvin et Hobbes, Charly Brown (Snoopy) ou Pico Bogue pour la franco-belge. Mais je pense que nous avons créé un personnage à part, qui a son identité propre. En tout cas, il est déjà clairement identifié grâce à sa coupe de cheveux !

BDE : Ce n’est pas ta coupe étant enfant ?
D : Non, j’étais blond comme Gaspard mais je n’étais pas frisé enfant. Les bouclettes sont arrivées à l’adolescence.

BDE : En tous cas, les jeux de mots sont toujours aussi nombreux que dans le premier tome. Ils permettent un double niveau de lecture, les parents pouvant aussi les expliquer aux enfants.
D : C’est une des richesses de Gaspard mais c’est vraiment la partie de Béka, je ne touche pas aux dialogues.

BDE : Et maintenant ? Quels sont tes projets ?
D : Pour le moment, je suis en « vacances BD ». Je continue à travailler pour la presse et la communication, ce qui me permet d’attendre un bon projet. J’aimerais beaucoup recevoir un coup de fil de mon éditeur me disant « C’est parti pour le tome 3 ! ».

BDE : Et sur le plus long terme ?
D : J’ai un projet de BD pour pré-ado. J’aimerais sortir des cadres, très genrés (BD pour filles ou pour garçons), un peu comme Seul de Gazzotti et Velhmann, mais pas aussi sombre. Je sais même avec quel scénariste j’aimerais travailler. Mais je ne lance rien tant que je ne sais pas si Gaspard va avoir une suite ou pas.

BDE : Merci beaucoup du temps que tu m’as accordé et nous suivrons avec intérêt tes futurs projets.
D : Merci !

Interview réalisée par Jérôme Blachon le 27 mars 2017
© Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leurs accords.
Photo de Domas : © Bamboo

Lien vers les pages Bamboo : L’Enfant Fleur / Planète Gaspard T2

Tags : , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*