Accueil » Autour de la BD » Expos-Salons » Vers une rémunération des auteurs dans les salons de BD ?

Vers une rémunération des auteurs dans les salons de BD ?

 

L’information n’est pas passée inaperçue et a été diffusée massivement sur les réseaux sociaux, suscitant de très nombreuses réactions.

Le Groupement des Auteurs de Bande Dessinée (du Syndicat National des Auteurs et des Compositeurs – SNAC) a rédigé une lettre ouverte aux organisateurs de salons. Cette dernière préconise de rémunérer les auteurs présents sur ces salons, de 330€ à 416€, selon son temps de présence sur le site (arrivée la veille ou le jour-même,…) et hors frais de transport, d’hébergement et de restauration.

C’est en soi assez logique : l’auteur présent sur un salon passe d’une à deux journées, voire plus, hors de chez lui, en week-end et la quasi-totalité du temps bénévolement. Les ventes d’albums sur le salon rapportent très peu à l’auteur, voire même ne lui rapportent rien : les droits d’auteurs restent faibles et ne sont versés que si les avances sur droits ont été amorties, ce qui est rarement le cas.

Suite à cette annonce, les commentaires vont bon train : auteurs ne souhaitant plus aller en salon, sauf rémunération ; auteurs débutants craignant de ne plus être invités ; organisateurs de salons s’inquiétant des conséquences ; auteurs fonctionnant au cas par cas,… Bref, ça ne laisse personne indifférent.

Est-ce que ces craintes sont fondées ?

Il y a en effet plusieurs points négatifs qui ressortent d’une telle proposition.

– Les petits salons de BD reposent sur une équipe de bénévoles et de subventions municipales. Les budgets sont déjà très serrés et il est parfois difficile d’expliquer à un élu que l’auteur invité sur un salon doit être entièrement pris en charge… L’élu pense, à tort, que le salon fait une pub à l’auteur et l’aide à vendre des albums… Dans cette logique, le paiement même de l’auteur serait impensable. Les bénévoles associatifs devront alors chercher d’autres sources de financement (sponsors, financement participatif,…) : une démarche très chronophage, pas toujours suivie de résultats. Il y a donc un risque de voir des salons disparaître.

– Les salons plus médiatiques pourraient répercuter le coût des auteurs auprès des éditeurs… Il n’y aurait que quelques gros éditeurs qui pourraient suivre et encore, ça serait pour des albums bien spécifiques, principalement des nouveautés ou des titres dont cette promotion pourrait s’avérer rentable par la suite. Pas sûr que les éditeurs sortent le chéquier pour des albums plus anciens, moins connus, jugés pas assez porteurs,…

– La rémunération de l’auteur signifie aussi que, dans l’esprit de financeurs, l’auteur viendra faire son boulot et qu’il sera payé pour cela. On sait ce que cela veut dire… L’auteur viendra pour faire sa prestation de dédicaces et n’aura pas trop intérêt à flâner sur le salon, à aller discuter avec les autres auteurs ou trop longtemps avec le public. Il devra dédicacer, dédicacer, dédicacer… Et si un auteur n’a pas beaucoup de monde ? Pas sûr qu’il soit de nouveau rémunéré pour cela : pas assez rentable ! Bien sûr, la comparaison est souvent faite avec des musiciens ou des troupes théâtrales : ils font une prestation et sont payées pour celle-ci, sans que ça choque quiconque… Mais, il faut bien penser aussi que le public potentiellement touché est largement différent. Même un groupe de musique local, amateur, peut faire déplacer 100 à 200 personnes… Peut-on dire la même chose pour un auteur de BD non connu ?

– Il y a également le risque à ce que le financeur ait bien plus d’exigences sur le plateau d’auteurs invités. Là où le passionné cherchera à faire découvrir de nouveaux auteurs, à promouvoir quelques locaux, à faire lire un coup de cœur, le financeur voudra plutôt un auteur qui fera venir du monde ou qu’il connaît déjà (« Tiens, y’a Machin qui fait de la BD, il est de la famille du maire, faudrait le faire venir… »).

– Le salon pourra être tenté, pour rentrer un peu plus dans ses frais, de faire payer l’entrée ou d’augmenter ses tarifs. Ça peut être risqué. Le public local n’aura peut-être pas envie de se déplacer tandis que les collectionneurs en voudront pour leur argent : ils ont payé, l’auteur est payé pour venir, ils veulent leur dédicace !

A ce stade de la lecture, vous devez vous dire que le rédacteur de Bulle d’Encre se désintéresse de la situation des auteurs et rejette tout en bloc cette proposition.

Pas du tout ! C’est quand même normal que l’auteur ne travaille plus bénévolement sur un salon de BD.

Il faut donc entièrement repenser les manifestations BD, aussi bien auprès des auteurs et des éditeurs que des financeurs et du public.
Est-ce que le public est prêt à aller voir autre chose que la simple séance de dédicace ? Les conférences, les tables rondes ou même les expositions peinent à faire venir le public (les locaux non férus de BD ne s’y retrouvent pas et les passionnés ne vont pas faire des kilomètres juste pour écouter une conférence)
Est-ce quel es financeurs iraient verser des subventions pour des salles vides, des retombées négatives venant de leur opposition et une couverture presse inexistante ?

Tout est donc à construire, à reconstruire.

La solution pourrait être dans une nouvelle façon de faire des salons de BD :
– Une programmation plus réduite
– Des auteurs invités qui ne feront pas que de la dédicace (interventions en centres de loisirs, écoles, médiathèques, rencontres, débats,…)
– La réduction de certains postes de dépenses (par exemple, le traditionnel vernissage), économies qui permettrait d’utiliser le budget à meilleur escient
– L’instauration d’une grille tarifaire pour les dédicaces : du petit croquis gratuit qui fera toujours plaisir au public familial et aux fans à la commission payante pour les collectionneurs de tout poil ; quitte à aménager des plages de dédicaces spécifiques.

Mais, finalement, la solution ne serait pas aussi, dès la signature du contrat, dans une meilleure rémunération des auteurs ?

Anthony Roux

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*