Accueil » Actualite-bd » La Japan Expo a-t-elle perdu son âme ?

La Japan Expo a-t-elle perdu son âme ?

 

Samedi 8 juillet 2017. La journée s’annonce chaude, très chaude. La venue au Parc des Expositions de Villepinte, magnifiquement desservi par le RER B, ressemble déjà à un parcours du combattant. Imaginez un peu la scène : un train toutes les 10 minutes qui dessert à la fois un aéroport lors des départs en vacances (donc des gens, avec des valises) et à la fois une convention ultra fréquentée (donc des gens, avec des sacs). Y’a comme un air d’élevage en batterie…

 

Dès l’arrivée (de l’air !!!), le staff de la Japan Expo, mégaphones à la main, dirige la foule vers les bonnes entrées. Et, ce n’est qu’une fois dans les lieux, que la réalité éclate au grand jour : le RER B était finalement plutôt confortable… Du monde, du monde, du monde et le tout qui cuit à feu doux sous la grande verrière du Parc des Expositions même si le reste des allées est plus clément.

Cela dit cela fait partie des habitudes de la Japan… Une pensée émue pour les mascottes de plusieurs régions mises en avant cette année.

 

 

 

 

 

 

Mais comme nous nous sommes bien entraînés à la survie en milieu hostile, nous arrivons malgré tout à couvrir l’événement. Et, ce qui nous saute aux yeux, c’est la baisse significative du nombre d’animations. Il n’était pas rare, les années précédentes, que les stands ajoutent quelques animations ludiques pour capter le public et ne proposent pas qu’une simple boutique. Là, les animations se font plus rares et, forcément, celles qui sont mises en place sont prises d’assaut : il faut s’armer de patience juste pour aller coller un coup de poing à un appareil de fête foraine.

Cela semble en effet être le cas car les prix ont pas mal augmenté sur les boutiques : les porte-clés passent de 5 à 8 € et les peluches de 15 à 20 €. Il manque juste un stand de banque afin de prendre un crédit sur 15 ans pour pouvoir se payer tout ce qui nous fait de l’œil ! De même la nourriture est relativement coûteuse (même si on peut toujours emporter son sandwich)… Pour exemple : 1 menu découverte + 1 assortiment de 8 takoyaki + 2 dorayaki + 1 boisson aloé véra = 32€.
On s’approche des tarifs des parcs d’attraction (avec le mérite qu’au moins la nourriture est désormais dans le thème)… Il est vrai que quelques années en arrière nous avions du menu manga avec un sandwich jambon beurre + coca… (moins cher, il est vrai mais moins « Japan Expo »). A titre de comparaison, le tarif des Takoyaki est proche de celui de Happa Tei (le meilleur restaurant de Takoyaki de Paris), bien évidemment, sans égaler leur qualité. Au final, pour cette partie, un peu cher donc mais compte tenu que l’option sandwich home made est autorisée, pour ceux qui sont moins fortunés l’option de prendre un assortiment pour le plaisir, complété avec de la nourriture amenée dans son sac à dos reste franchement faisable. (pour peu que l’on accepte de faire la queue pendant 30 minutes à moins d’avoir un pass coupe-file)

 

Côté jeux vidéos : une majorité de tournois (en gros, une centaine de personnes regardent quelques bonhommes jouer) et un peu d’attente pour aller tester tel ou tel jeu… On y voit finalement des jeux vidéos déjà sortis en Europe ou qui vont bientôt sortir, avec bien évidemment des jolis stands. Nous n’avons pas vu de jeu qui par exemple ne serait disponible qu’au Japon et serait mis en démo à la Japan Expo… (en même temps est-ce une réelle attente du public ?) Naturellement, le public s’amasse autour des gros stands (en particulier ceux consacrés à Final Fantasy mis en avant cette année).

 

 

 

 

 

 

 

Côté goodies, les cadeaux sont devenus plus rares même si l’on peut toujours dégoter ici ou là quelques photos amusantes à faire, ou quelques goodies type éventail et autres babioles en carton dans le coin des éditeurs de manga ou d’anime. Pour passer sur du plus sérieux, il faudra passer à la caisse (et il y a notamment du choix avec les mêmes stands que l’on voit finalement chaque année entre les t-shirts, goodies, armes blanches, peluches, etc.)

 

Et du côté des cosplays ?

La qualité a clairement remplacé la quantité. Les cosplayeuses et cosplayers sont moins nombreux que lors des années précédentes mais il y a en revanche beaucoup plus de cosplays d’excellents amateurs et semi-professionnels que de cosplays « occasionnels », réalisés vite fait pour la Japan ou achetés dans une boutique de déguisements. Les costumes que l’on voit ont bénéficié d’un grand soin lors de leur réalisation et ont visiblement occupé pas mal du temps libre de leurs créatrices et créateurs. Les communautés sont désormais très actives et organisées, certaines d’entre elles ayant même des stands (où ils peuvent se préparer).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Côté manga et éditeurs, nous avons eu l’impression qu’il y avait moins d’auteurs en dédicace même si ceux présents étaient pour la plupart des personnes connues (en citant par exemple Elsa Brants ou Tony Valente), modulo l’espace jeunes créateurs où nous avons pu faire entre autres la rencontre de la très prometteuse AERINN (en photo ci-contre) dont nous vous reparlerons bientôt. Au final, même si à n’en pas douter, il est toujours plaisant de rencontrer un auteur, il ne s’agit pas nécessairement de la préoccupation première car la très grande majorité des auteurs en vente sont Japonais… et rarement présents donc les visiteurs sont finalement plutôt à la recherche de goodies offerts en même temps que leur achats de manga (poster, badge, joli sac), quitte à reporter leur achats quelques mois avant la Japan Expo.

 

D’un point de vue animation, nous avons pu voir des démonstrations sympathiques de catch ou des artistes qui ont attiré beaucoup de monde . Animations peut être bruyantes au goût de certains mais qui étaient de qualité.

 

Le nombre d’associations sportives présentes (arts martiaux) était clairement en baisse même si toujours présent (prix du stand trop élevé ?) Mention spéciale pour l’espace de mise en avant des régions du Japon avec des artisans de qualité.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Alors, finalement, la Japan Expo a-t-elle perdu son âme?

Si l’on se réfère à l’orientation plus commerciale prise ces dernières années (principal reproche qui revient sur les réseaux sociaux), c’est malheureusement l’effet de bord du succès d’un salon qui a changé de division. Depuis son virage “professionnalisant” pris il y a quelques années, la Japan Expo salon obéit à une logique de rentabilité avec de moins en moins d’animations gratuites, ou tables rondes qui ont fondu comme neige au soleil. Mine de rien, les éditions de Japan Expo attirent plus de 200 000 visiteurs chaque année depuis 2012 (équivalent à Angoulême)… et pour cela il faut investir lourdement (d’où la rentabilité moyenne affichée). Il est donc loin le temps de la première édition en 2000 dans les locaux de l’école d’ingénieurs l’EPITA. A noter qu’Angoulême est aussi passé par là lorsque le festival a muté dans les années 80.

Même si l’on peut critiquer cette orientation, force est de constater que le salon n’existerait peut-être plus si cette prise de risques n’avait pas été prise et que sans ce changement de dimension, il ne pourrait proposer autant d’intervenants et de variété.

Si l’on se réfère in fine à son but originel (festival des cultures Japonaises), il est indéniable que l’événement reste encore un rendez-vous incontournable. L’espace consacré à la culture traditionnelle asiatique mérite à lui seul le détour. En cela, la Japan Expo répond toujours à l’appel mais elle a effectivement dû s’adapter.

Alors oui, la Japan Expo a changé mais nous prenons toujours plaisir à y retourner. Tout simplement parce qu’il n’y a pas d’équivalent en France et que pendant quelques jours, sont concentrés plusieurs facettes de la culture Japonaise (moderne, populaire, traditionnelle et contemporaine).

On ne peut toutefois qu’espérer que sur le moyen terme, la Japan Expo saura se renouveler suffisamment pour continuer à susciter l’intérêt, tout en ne sombrant pas à l’excès dans le mercantilisme.

Réponse dans les prochaines éditions.

Anthony Roux & Julien Jaccone 

 

Plus de photos :
Bulle d'Encre Facebook

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*