Billet d’humeur : Richard Corben, #balancetonGrandPrix – Bulle d'Encre - L'actu BD en un clic !

Accueil » Autour de la BD » Les coulisses » Billet d’humeur : Richard Corben, #balancetonGrandPrix

Billet d’humeur : Richard Corben, #balancetonGrandPrix

Dans l’imagerie du grand public, l’amateur de BD a deux profils : soit l’enfant, soit l’adulte aux traits caricaturaux. Oublions l’enfant et concentrons-nous sur l’adulte : les clichés du lecteur de BD en font un homme blanc, chauve ou à cheveux gras, généralement bedonnant, mal habillé, à la vie sexuelle proche du néant, à part celle qui est fantasmée… On imagine le Vendeur de BD des Simpson (même s’il est jaune). Ce lecteur, forcément, va aimer les BD avec de grands guerriers virils sauvant de belles soumises aux formes dépassant toutes les lois de la physique et de la gravité… Et généralement, en les sauvant, il y a un grand facteur chance à ce qu’elles se déchirent leurs vêtements dans des ronces, prennent une douche sous une cascade ou se font plus ou moins tripoter et plus ou moins avec leur consentement.

Vous voyez le tableau ?

Maintenant, un petit tour sur un quelconque moteur de recherche et tapons le nom de Richard Corben, le nouveau Grand Prix… Des gros seins. Des fesses pulpeuses. Des mâles musclés. Des créatures fantastiques, parfois dans des positions suggestives. Idem dans sur les réseaux sociaux. Idem dans les médias traditionnels.

Richard Corben a été préféré à Chris Ware et Emmanuel Guibert et devient le cinquième Américain distingué après Will Eisner (1975), Robert Crumb (1999), Art Spiegelman (2011) et Bill Watterson (2014).

Bien évidemment, Corben n’a pas été choisi parce qu’il dessinait des gros seins mais bien par rapport à l’ensemble de son œuvre. Pilier de magazines d’horreur US, connu pour son esthétique si particulière conjuguant culture pulp et bestiaire fantastique (il a notamment travaillé sur Conan le Barbare), réalisée à l’aérographe, présent en France dans Métal Hurlant avec sa série Den, mélangeant érotisme et fantastique… mais n’ayant finalement jamais réussi à toucher le grand public, à la différence d’un Watterson pour ne citer que lui.

Bref, son titre n’est pas du tout usurpé… mais, il y a malgré tout un souci de temporalité.

Outre le fait que Corben n’est pas forcément connu par la jeune génération d’auteurs (et encore moins du grand public) – Corben est plutôt suivi par un public ayant lu la BD des années 70 -, il véhicule une imagerie qui va totalement à contre-courant de notre évolution sociétale, du moins en apparence.
Alors oui, ses fans diront que Corben dénude l’ensemble de ses personnages et pas seulement les femmes, que ses personnages féminins ont un caractère puissant… mais pour le savoir, il faut déjà se plonger dans cette lecture et pas seulement rester uniquement sur la première impression.
Et c’est bien là le fond du problème…
Angoulême, à part la sortie de quelques grosses productions, est le seul moment de l’année où les médias traditionnels s’intéressent à la BD et où le grand public découvre qu’il existe autre chose que les inévitables meilleures ventes franco-belges ou les adaptations Marvel au cinéma.
Or, alors que d’autres industries culturelles, après différents scandales, dénonciations, libération de la parole, commencent (enfin) un grand ménage (même si c’est encore lent), le monde du Neuvième Art semble retourner quelques décennies en arrière… ou en tout cas renvoie cette image, un comble pour un secteur reposant entièrement sur l’image.

Alors, est-ce que la temporalité devait l’emporter sur la légitimité ?
Difficile de trancher… Le processus de désignation du Grand Prix a évolué au fil du temps : d’abord par un jury, puis par d’autres Grands Prix, pour enfin arriver au système actuel avec le vote des auteurs.
Ce dernier système montre finalement ses limites : les auteurs (sous réserve que leurs éditeurs aient faits les démarches en ce sens…) votent librement ; trois noms arrivés en tête ressortent et font l’objet d’un nouveau vote qui désignera le Grand Prix.
Trois noms, finalement, ce n’est peut-être pas assez. Un panel plus large permettrait aussi à des autrices d’être primées, à des scénaristes, à des mangakas.

En tout cas, l’exposition consacrée à Corben, l’année prochaine, sera très certainement un exercice acrobatique : restituer fidèlement l’œuvre de l’auteur sans pour autant tomber dans l’imagerie, en apparence, macho et sexiste. Un sacré casse-tête.

Anthony Roux

Tags :

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*