Turcos, Le Jasmin et La Boue (Mouellef, Tarek, Batist) – Tartamudo – 14€ – Bulle d'Encre - L'actu BD en un clic !

Accueil » Univers BD Européenne » Chroniques BD européenne » Turcos, Le Jasmin et La Boue (Mouellef, Tarek, Batist) – Tartamudo – 14€

Turcos, Le Jasmin et La Boue (Mouellef, Tarek, Batist) – Tartamudo – 14€


Parution : 10/2011

Résumé
Allouache Ahmed Saïd Ben Hadj est né en 1884 à Saint Arnould, commune de Constantine. En 1912 il incorpore dans l’armée française  le fameux 11e régiment de tirailleurs algériens, digne héritier des Turcos. Dès la déclaration de guerre, le 3 août 1914, il rejoint son unité en métropole. Il sera de tous les combats avec ses camarades jusqu’en 1918 pour défendre « la mère patrie ». Emprunt d’espoir malgré l’horreur, celui que l’on peut trouver dans le jasmin qui conserve l’âme et protège le corps.

Notre avis
Basé sur les parcours de l’arrière grand-père de Kamel Mouellef, et son arrière grand-oncle, Turcos nous raconte tout d’abord l’histoire des poilus. Kamel Mouellef rencontre le dessinateur Batist Payen puis le scénariste Tarek, auteur de Sir Arthur Benton et le projet d’une Bd pédagogique prend vie grâce aux éditions Tartamudo
L’exotisme du recrutement et de l’uniforme des troupes coloniales suscita au XIXe siècle l’engouement de la fine fleur de la peinture et de la littérature française mais faire découvrir, en cette année du centenaire de l’armistice de 14-18, une autre facette de la Der des Der au travers de l’aventure militaire des Turcos reste une mise au point historique nécessaire. Les Turcos ne sont pas des Turcs mais des Tirailleurs Algériens. Ce surnom vient de la bataille de Sébastopol, durant la Second Empire. Ils chargent vaillamment les Russes qui les prennent pour des Turcs et fuient en criant « Turcos ! ». On passera volontiers sur quelques erreurs dans le récit  mais il est bon d’avoir à l’esprit que depuis 1912, les indigènes d’Algérie sont soumis à l’obligation du service militaire sans citoyenneté et que l’apport des forces coloniales fut considérable dans ce conflit.
Pour être complet, fermons cette page d’Histoire avec la France déclarant la guerre à la Prusse et ses alliés le 19 Juillet 1870, alors que les Zouaves et autres tirailleurs coloniaux existent depuis prés de 40 ans et la présence coloniale en Afrique de la France. Ce récit fictif se basant sur une biographie réelle, a donc pour trame la guerre de 1914-1918. Le dessin est clair, même si il manque de précision parfois, la pédagogie souhaitée trahissant la fluidité du récit dans un scénario délicat. Il faut néanmoins reconnaître qu’il s’agit là probablement d’une volonté de passer plus un message dans cette œuvre que de concurrencer un Tardi sur le sujet. Les confrontations de ces soldats de l’Orient avec les conscrits Français et l’autorité militaire donnent néanmoins une perspective des plus intéressantes, mais trop rares, sur ces événements tragiques. Une mise en relief différente qui lève le voile sur une part d’ombre, un côté méconnu, peut-être oublié, de ce terrible conflit. Préfacé par Yasmina Khadra et richement documenté par un cahier didactique sur les Turcos, cette histoire dans l’Histoire nous permet d’entrer dans les méandres oubliés de la première guerre mondiale. Retrouver ici l’interview de Yamina Khadra par Jose Jover des Éditions Tartamudo.

 

En deux mots
Un plaidoyer pour la paix, un hymne à la mémoire pour ceux qui se sont battus contre un ennemi devenu compagnon d’infortune mais aussi une formidable leçon de courage et d’abnégation dans un esprit de réconciliation. C’est la volonté des auteurs.

Jean-Claude Attali

Lien vers la page Tartamudo de « Turcos, le Jasmin et la boue. »

Pour aller plus loin La Mission Centenaire 14-18 et sur Facebook

Page 9

Page 14

Page 31

Acheter sur bdfugue


Feuilletez des milliers de BD sur Bulle d'Encre avec Sequencity

Tags : , , , , , , , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*