Accueil » Univers Manga » Interview Manga » Rencontre avec Fabio Diniz Pinto pour son projet Flesh Of God

Rencontre avec Fabio Diniz Pinto pour son projet Flesh Of God

Fabio Diniz Pinto est graphiste et mangaka. Il sera présent à la Japan Expo 2018, sur le stand Yureka Edition chez qui il sortira son projet Flesh Of God, un manga de type seinen. Il est également sur Tipeee où il collecte des fonds afin de financer du merchandising, ses déplacements,…

Bulle d’Encre : Bonjour Fabio. Avant de nous parler davantage de ton projet, peux-tu te présenter à nos lectrices et lecteurs ?
Fabio Diniz Pinto : Bonjour, alors je m’appelle Fabio Diniz Pinto et je suis originaire de Lisbonne, je suis arrivé en France à l’âge de 3 ans. Ma mère m’a initiée au dessin dès mon plus jeune âge. J’ai commencé par copier des dessins de Dragon Ball, puis à partir de mes 14 ans j’ai commencé à créer mes propres personnages. Ce n’est qu’à partir de 20 ans que j’ai fait ma première tentative de création d’une BD manga avec une histoire intitulée GOLDEN AGE, un Shonen inspiré de Dragon Ball et de Hunter X Hunter. J’avais réussi à boucler mon premier volume mais avec le recul, même si l’histoire est intéressante, les dialogues ainsi que les dessins n’étaient pas assez travaillés. Je me suis donc beaucoup investi dans de la recherche concernant les sciences physiques, l’astronomie, l’anthropologie, les structures narratives et le cinéma. Entre temps, j’ai eu des soucis de santé mais ceux-ci m’ont donné le temps de la réflexion pour créer le projet de ma vie, le manga Flesh Of God. J’ai initié le projet à partir de 2016 en réunissant les informations nécessaires à sa création, cela m’a pris 1 an et demi pour préparer le récit de Flesh Of God correctement. Aujourd’hui, je suis en train de finir le volume 1 et je compte bien changer la vision de la BD numérique et créer une nouvelle façon de traiter une histoire mais je ne peux vous en dire plus pour l’instant sinon ça gâcherait la surprise à tout le monde.


BDE : Tu définis Flesh Of God comme un manga s’inscrivant dans la veine d’Akira, Gunnm, Berserk,… Tu peux nous en dire plus ?
F : Tout à fait, dans l’ordre, je commencerais par dire qu’Akira de Katsuhiro Otomo est une de mes influences principales. L’aspect cyberpunk/Post apocalyptique d’Akira rentre parfaitement dans l’approche « œuvre d’anticipation » que je souhaitais développer. Akira traite de sujets important vis-à-vis de la société, de la drogue consommée par les classes les plus pauvres, les guerres de gangs et les rapports de force entre les nations du monde. Pour Berserk, c’est l’aspect humain qui m’a influencé, la souffrance et la vie de Guts cristallise parfaitement ce qu’un être humain pourrait devenir dans une société ou un monde dénué de principes et de moral. Et la relation entre Guts et Casca qui est remplie de traumatismes et de malheurs, les unissent et démontrent que c’est dans les pires moments qu’on se rend compte de qui sera toujours présent pour nous. (Un élément très important qui sera capital dans mon récit)
Et pour finir, Gunnm, Gally transcende l’image de l’être humain malgré son apparence de cyborg, qu’on soit un homme ou une femme, on ne peut que s’identifier en elle. C’est un symbole de ce que nous avons tous de similaire dans nos joies et nos souffrances. Elle nous réunit face à un monde qui nous divise, une chose essentielle pour moi que je compte bien introduire dans mon manga Flesh Of God.

BDE : Comment êtes-vous arrivé sur ce projet ?
F : YouTube est un tout petit monde et en devenant YouTuber je me suis fais très vite des amis. Le premier d’entre eux fut Anthox Colaboy à qui j’avais réalisé une bannière pour habiller sa chaîne. Comme cela s’est fait très remarquer, ses amis Absol Vidéos et Sir Gibsy m’ont demandé à leur tour de leur en faire une. Ensuite, on est tous devenus très potes et de délires en délires, Anthox avait lancé l’idée de faire un dessin où ils seraient tous les trois mis en scène en mode chevaliers repoussant une horde de haters.
C’est là où je leur ai proposé qu’au lieu de faire qu’un petit dessin, pourquoi pas en faire une BD !

BDE : Tu es sur Tipeee depuis mai 2017 et ton projet sortira cette année chez un éditeur de mangas. Bien souvent, les auteurs optent pour ce type de financement pour des projets qu’ils auto-éditent, pourquoi avoir fait le choix de signer chez un éditeur ?
F : Mon compte Tipeee me permettra de financer une partie des goodies et autres cadeaux collectors pour les lecteurs. Il me permet de rester proche de la communauté qui se créera autour du manga et pour finir, il financera certains de mes déplacements en France et à l’étranger afin d’être présent à certains festivals notamment quand Flesh Of God sera traduit et diffusé à l’international. Et dans l’éventualité où mon compte Tipeee me rapporterait un excédant, celui-ci me servira à travailler à plein temps sur le manga et à réduire les deadline de sortie. La maison d’édition est assez souple vis-à-vis de ce genre de financement extérieur. Un auteur de bande dessinée ou de manga ne gagne pas beaucoup d’argent, en tout cas, pas suffisamment pour pouvoir vivre de ce métier donc un compte Tipeee est un plus pour palier à ce problème.

BDE : Tu comptes malgré tout assurer le merchandising, ta promo en te déplaçant sur des salons, quel sera finalement le rôle de l’éditeur ?
F : L’éditeur se chargera de l’impression des exemplaires des volumes, de ma présence dans les salons (sans que j’ai à traiter avec les organisateurs et à payer le stand) ainsi que d’une partie de la distribution et de la communication, ce qui est une opportunité non négligeable pour moi et pour Flesh Of God.

BDE : Est-ce que le public « seinen » est réceptif à ce mode de financement ?
F : L’avantage, c’est que le genre Seinen est surtout dirigé vers un public adulte et donc ceux-ci sont plus susceptibles de comprendre les contraintes du métier d’auteur et ce sont eux aussi qui ont les moyens de soutenir le projet financièrement dans une certaine mesure. S’impliquer dans le projet leur permettra d’influencer la vitesse de sortie de chaque volume et aussi de recevoir des cadeaux exclusifs à l’effigie de Flesh Of God. Mais la raison principale de mon choix d’œuvre seinen est surtout un besoin de créer une œuvre d’anticipation afin de prévenir des dangers du transhumanisme et de la destruction des liens sociaux.

BDE : Dans tes rêves les plus fous, généreux mécène ou multiples donateurs, qu’espères-tu atteindre comme objectif(s) avec ton Tipeee ?
F : Sur Tipeee, je n’ai pas vraiment de maximum de financement. A dire vrai, si le Tipeee atteint des financements record, je compte bien engager un ou une assistante pour m’aider et aussi un ou une comptable ce qui me permettra d’avoir plus de temps pour travailler sur le manga. Plus j’aurais de l’argent sur Tipeee plus mon travail sur le manga sera efficace.

BDE : On te laisse désormais convaincre nos lectrices et lecteurs de venir te donner un coup de pouce sur ton Tipeee. As-tu un message à leur faire passer ?
F : Mesdames et Messieurs, Flesh Of God est une œuvre d’anticipation qui a pour ambition de traiter des sujets d’actualités et des relations humaines. Les thèmes abordés sont les suivants : la sociologie, la famille, le bien et le mal, la morale, l’éthique, les valeurs humaines, la violence, la fatalité, l’espoir, les sciences, l’entropie sociale, les troubles psychiques, les traumatismes humains et bien d’autres. La manière qu’aura le récit d’aborder ces sujets sera assez unique car les conditions des personnages et les événements que ces mêmes personnages vont vivre les obligeront à traverser l’identité de leur monde à l’image d’une fresque. C’est une histoire de fin du monde, le tout est de savoir pourquoi et si les échappatoires sont vraiment nécessaires. L’être humain mérite-t-il la planète sur laquelle il vit et si oui mérite-t-il d’exister alors que celui-ci tue ses frères et sœurs pour des raisons futiles. Flesh Of God est mon ultime cri de détresse envers vous mes amis, l’heure est grave et il est temps que les choses changent avant qu’il ne soit trop tard.
Tipeee Flesh Of God

Interview réalisée par Anthony Roux le 14 février 2018
© Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leurs accords.

Tags : , , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*