Accueil » Autour de la BD » Les coulisses » Les Petits Mickeys ne se cachent plus pour mourir

Les Petits Mickeys ne se cachent plus pour mourir

Si vous fréquentez les réseaux sociaux, vous avez certainement vu des Mickeys morts. Ici, pas de grogne contre Disney mais l’expression « dessinateur de Petits Mickeys » pris à la lettre… dessinateur qui va devenir un métier de plus en plus difficile si le gouvernement continue sur cette voie.
A titre personnel, il m’aurait semblé plus judicieux de mettre en scène un livre « humanisé », détruit pour l’occasion plutôt que Mickey, dont la mort peut être interprétée d’une toute autre façon (lutte contre la mondialisation par exemple).

Quoi qu’il en soit, cette revendication s’explique ainsi : les organisations représentatives des artistes auteurs ont été invitées au Ministère de la Culture le 21 juin (jour de la Fête de la Musique… on voit les priorités…).

Pour une concertation ?
Pas du tout ! Il s’agissait tout simplement de l’exposé des décisions prises sur la réforme de la sécurité sociale URSSAF-AGESSA-MDA.

Et on ne peut pas dire que les revendications aient été entendues ! Les artistes perdent leurs interlocuteurs spécialisés au profit de l’URSSAF, leurs droits de formation sont remis en cause, la hausse de la CSG n’aura pas la compensation spécifique demandée, le prélèvement à la source ne tiendra pas non plus compte du caractère aléatoire de leurs revenus…

Bref, la situation s’empire !

La désillusion est grande pour les artistes. Ils attendaient une concertation promise mais ils se sont retrouvés au pied du mur, devant subir des décisions ne prenant pas du tout en compte leurs spécificités et leurs difficultés actuelles.

C’est d’autant plus préoccupant que le Ministère de la Culture est actuellement occupée par une éditrice, l’excuse de l’ignorance n’est donc pas de mise.

Sans les autrices et les auteurs, il n’y a pas de livres. C’est donc tout un pan de notre économie qui est en train d’être détruit.

Nous rappelons que le candidat Macron avait dans ses promesses de campagne la défense des auteurs et de leurs droits, comme nous l’avions évoqué durant les Présidentielles

L’exception culturelle française va, à ce rythme, devenir une extinction culturelle française.

Anthony Roux

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*