Accueil » Univers BD Européenne » Chroniques BD européenne » Lovecraft (Lovecraft, Culbard) – Akileos – 29,50 €

Lovecraft (Lovecraft, Culbard) – Akileos – 29,50 €

Parution : 11/2016

Résumé
La Quête onirique de Kadath l’inconnue, L’Affaire Charles Dexter Ward, Les Montagnes hallucinées et Dans l’abîme du temps, quatre des plus célèbres récits du maître de l’horreur et du fantastique superbement mis en scène par Ian Culbard.

Notre avis
Vous reconnaîtrez, peut-être, Lovecraft dessiné sur la couverture cartonnée de cet opus de 165×241 à glisser dans votre sac. Il fallait oser le pari complexe que de donner vie à des personnages de fictions ancrées dans les imaginaires de tout amateur de SF. Culbard réussit l’exploit de nous entraîner dans l’imaginaire de Lovecraft sans dénaturer l’univers de l’auteur. Le dessin est recherché, les couleurs harmonieuses. L’artiste fait preuve d’un vrai talent pour planter une ambiance en quelques planches et susciter la curiosité du lecteur. L’album est servi par des scénarii parfois difficiles mais d’une qualité que le temps n’a pas érodé. La simplicité du dessin donne au récit une grande fluidité et permet au lecteur de se laisser porter, sans avoir la tentation de décortiquer chaque case. Superbe. Un magnifique travail d’adaptation pour celui qui recevait le Prix British Fantasy du Meilleur comics ou roman graphique pour son adaptation des Montagnes hallucinées.

L’univers de Lovecraft est un mélange de mythologies européennes et du Proche-Orient où il n’a eu de cesse de créer – ou de recréer – un panthéon de Dieux anciens et cosmiques monstrueux avec une apparence humanoïde mais à l’aspect totalement inconcevable. Inconcevable ? Cthulhu a une tête de pieuvre et de grandes ailes filandreuses, par exemple, et il est vénéré par des créatures dégénérées, thème récurrent dans l’œuvre de Lovecraft. Cthulhu inspire également les rêves des hommes, élargissant ainsi le cercle de ses adorateurs ;  là est le secret de l’écrivain. Son œuvre n’a eu de cesse de s’incrémenter donnant quasiment une impression de réalité historique à ses créations. Avec le temps, toute une mythologie s’est donc inventée autour de son imaginaire tentaculaire avec plus ou moins de bonheurs. Howard Philips Lovecraft (1890-1937) a créé dans ses œuvres des archétypes qui perdurent et influencent tous les arts, du cinéma à la bande-dessinée en passant par les jeux vidéos ou les jeux de rôles. Il reste l’un des plus grands auteurs de littérature fantastique du XXème siècle et l’instigateur involontaire, mais inventeur, d’un véritable univers au sein duquel trône un mystérieux livre, le Necronomicon qui n’a jamais existé. Enfin… Tout dépend…  Le Necronomicon – guide de l’Empire des morts – est un ouvrage ésotérique, mais pas n’importe lequel. Il révèle des incantations secrètes capables d’invoquer et de soumettre les forces anciennes qui auraient peuplé la terre avant l’arrivée des hommes. Lovecraft fit référence à cet ouvrage pour la première fois dans une nouvelle écrite en 1922. Aussitôt, les libraires furent submergés de commandes. Pourtant, il aura fallu attendre plus d’un demi-siècle pour qu’une édition du Necronomicon soit disponible. L’identité de son auteur, ainsi que l’époque à laquelle il aurait été écrit sont encore plus mystérieuses que son contenu. Le public est généralement divisé en deux écoles : les rationalistes ou disciples du professeur S.T. Joshi qui voient en lui le plus pur produit de l’imagination de Lovecraft, et les ésotéristes ou occultistes qui croient en son existence bien réelle, ainsi qu’en celle de son auteur, Abdul al-Hazred, poète arabe dément qui l’aurait écrit en 730 à Damas. De la même manière, d’autres auteurs ont inventé des livres fictifs. Véritable mise en abyme, le lecteur lit un livre qui parle d’un livre. Et malheureusement, il ne le lira jamais ! Une redondance… Cultiver le mystère, de manière noire et crépusculaire. Il y a un coté encore plus sombre chez l’auteur, raciste et malsain, qui laisse à penser que ces monstres n’étaient, en réalité, qu’une adroite interprétation de ces phobies xénophobes… Ou d’une folie destructrice et chaotique. Toute une cosmogonie a survécu à son œuvre qui n’a pas connu le succès de son vivant. Certains auteurs, prolifiques, sont peut-être destinés à être des ordures…

 

 

 

En deux mots
Quatre classiques de l’horreur à savourer dans l’univers immersif des 520 pages ésotériques et fantastiques, ciselées de main de maître, par un Culbard au sommet de son art. Howard Phillips Lovecraft ne pouvait rêver d’une meilleure réalisation de ses nouvelles en Bande Dessinée. Ph’nglui mglw’nafh Cthulhu R’lyeh wgah’nagl fhtagn !!!

Jean-Claude Attali

Lien vers la page Akiléos de « Lovecraft » (Bonus Collector)

 

 

 

Acheter sur bdfugue


Feuilletez des milliers de BD sur Bulle d'Encre avec Sequencity

Tags : , , , , , , , , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*