Accueil » Univers BD Européenne » News BD européenne » Petit Paul et grosse Popaulémique

Petit Paul et grosse Popaulémique

Nous vous en avions parlé dans un précédent article et, pas raté, on avait tapé juste « A voir comment ce récit sera traité car mettre en scène un enfant et des adultes sous un angle sexuel peut, à juste titre, susciter de nombreuses réactions indignées. »

De quoi parlions-nous ? De la BD Petit Paul qui inaugure la collection Porn’Pop chez Glénat, une BD réalisée par Bastien Vivès. La BD raconte l’histoire d’un garçon de 10 ans au sexe énorme et arrosant copieusement quiconque le tripotant. Oui, oui, vous avez bien lu : on parle ici de sexualité avec un garçon de 10 ans !

Chez Bulle d’Encre, on ne peut pas dire que nous soyons des adeptes de la censure ou des gardiens de la pensée, mais, pour cet album, il y a quand même de quoi s’interroger.
D’ailleurs, nous ne sommes pas les seuls à nous poser des questions : les réseaux Cultura et Gibert Joseph ont annoncé qu’ils retiraient l’album de leurs magasins tandis qu’une pétition sur Internet a recueilli en une journée plus de 2000 signatures.

Concrètement, quel est le souci ?
Pour les défenseurs de l’album, il n’y a pas de problème. Vivès met en scène un gamin doté d’un énorme pénis et enchaîne les situations volontairement loufoques et provocatrices. C’est de l’humour qui se frotte aux tabous : religion, pédophilie, inceste, zoophilie,…
Pour ses détracteurs, il n’y a pas d’humour mais bien de la pédopornographie.

Allez, un peu de droit : c’est quoi la pédopornographie ?
Un tour chez Légifrance et nous trouvons l’article 227-23 du Code Pénal, modifié par la loi n°2013-711 du 5 août 2013 : « Le fait, en vue de sa diffusion, de fixer, d’enregistrer ou de transmettre l’image ou la représentation d’un mineur lorsque cette image ou cette représentation présente un caractère pornographique est puni de cinq ans d’emprisonnement et de 75 000 euros d’amende. Lorsque l’image ou la représentation concerne un mineur de quinze ans, ces faits sont punis même s’ils n’ont pas été commis en vue de la diffusion de cette image ou représentation.
Le fait d’offrir, de rendre disponible ou de diffuser une telle image ou représentation, par quelque moyen que ce soit, de l’importer ou de l’exporter, de la faire importer ou de la faire exporter, est puni des mêmes peines. »
Image ou représentation d’un mineur. Caractère pornographique. Ne serions-nous pas en plein dedans justement ?

En plus, pour couronner le tout, Vivès, dans une interview au Huffington Post déclare : « J’ai fait avec les fantasmes qui m’excitent personnellement. Si on n’a pas les mêmes – ce que je peux bien entendu comprendre- c’est plus compliqué. […] Difficile de se dire qu’on va faire bander la Terre entière. Si ce n’est pas excitant, j’espère au moins que les lecteurs se marreront. » Ses propos sont brandis comme des preuves par les détracteurs de l’album. Sa bibliographie est également évoquée parmi les critiques.

Et là, vous allez nous dire : mais est-ce que concrètement l’album est si trash que ça ?
Quelques exemples : L’institutrice de Petit Paul l’oblige à réciter sa poésie tout en lui pratiquant un cunnilingus… Deux femmes musulmanes se changent devant lui et il se retrouve à en pénétrer l’une d’elle avant de jouir sur le visage d’un homme… Un fermier a une relation sexuelle avec une vache et la ferme devient une partouze géante où Petit Paul se retrouve à pénétrer Magalie, sa propre sœur… On vous laisse vous faire votre propre opinion sur le sujet.

Provocation assumée et joli coup commercial ?
En tout cas, les ventes grimpent sur fond de polémique et cette collection bénéficie pour son lancement d’une énorme audience médiatique. C’est difficile de penser que Glénat n’ait pas prévu le coup et ne se soit pas blindé juridiquement parlant avant de sortir cet album.

En attendant, l’éditeur a publié ce communiqué : « Suite aux récentes et vives attaques à l’encontre de l’ouvrage Petit Paul de Bastien Vives, nous avons tenu à réagir. Premièrement, il est important de souligner que Petit Paul est un ouvrage exclusivement destiné aux adultes (l’album est vendu scellé, sous blister, avec un sticker avertissant distinctement de la teneur de son contenu pour public avertis) et que sa mise à disposition est, par conséquent, interdite aux mineurs.
Par ailleurs, nous réfutons fermement et catégoriquement les accusations de pédopornographie dont Petit Paul fait l’objet. Aussi obscène et provocatrice qu’on puisse la considérer, cette œuvre de fiction n’a jamais pour vocation de dédramatiser, favoriser ou légitimer l’abus de mineurs de quelque manière que ce soit. Il s’agit d’une caricature dont le dessin, volontairement grotesque et outrancier dans ses proportions, ne laisse planer aucun doute quant à la nature totalement irréaliste du personnage et de son environnement. L’aspect de Petit Paul ne peut en aucun cas être tenu pour la représentation fidèle d’un mineur ; ni les situations extrêmes et absurdes qu’il vit pour des situations réalistes.
Si notre maison laisse libre cours à la liberté de ton, l’audace et la créativité, elle est également particulièrement attentive à ce qu’elle publie et assume l’ensemble de ses choix éditoriaux. Jamais elle n’aurait autorisé la publication d’une œuvre allant à l’encontre de la loi, ou présentant la moindre ambiguïté sur un sujet aussi grave.
Merci de votre vigilance. Les éditions Glénat. »

L’association internationale des victimes de l’inceste a de son côté annoncé qu’elle porterait plainte. Si la plainte va jusqu’au bout, les propos de Vivès risquent fortement de le desservir face à la justice.

Anthony Roux

Tags :

2 Commentaires

  1. Une victime de pédophilie
    Posté 25 septembre 2018 at 12 h 26 min | Permalink

    J’aimerais aussi signaler que cette personne a participé à un forum dans les années 2011 2012, où il demandait aux habitués dudit site du contenu pédopornographique. Il y avoue être attiré par les enfants de 10-12 ans. C’est en tout cas ce qu’il ressort des recherches poussées autour de ses productions. Ne pas le mentionner dans votre article me semble dérangeant.

    https://twitter.com/marieboiseau/status/1043168564360957953

  2. Posté 25 septembre 2018 at 13 h 42 min | Permalink

    Bonjour,

    Merci d’avoir ajouté cette précision. J’avais également cette information mais faute de sources fiables (il s’agit d’un forum avec un individu parlant sous pseudonyme), j’ai préféré ne pas faire un procès à charge et me baser uniquement sur des éléments concrets et vérifiables.

    Néanmoins, si une action en justice venait à être lancée par rapport à cela, les propos tenus sur ce forum seront très certainement ajoutés à l’instruction (après les vérifications quant à l’identité de celui qui les a écrits)

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*