Accueil » Univers Graphiques » Chroniques Graphiques » Le Prince et la Couturière (Jen Wang) – Akiléos – 22 €

Le Prince et la Couturière (Jen Wang) – Akiléos – 22 €

Parution : 05/2018

Résumé
Le prince Sébastien cherche une fiancée, ou plutôt ses parents cherchent une épouse pour lui. De son côté, Sebastian, lui, est trop occupé à cacher sa vie secrète à tout le monde. Quand vient la nuit, il revêt d’audacieuses robes et revêt les tenues les plus folles pour courir  les nuits parisiennes sous l’identité de la fabuleuse Lady Crystallia. Sébastien a une arme secrète : sa couturière, Francès. Elle est  une des deux seules personnes à connaître son secret, et aussi sa meilleure amie. Mais elle rêve de s’accomplir par elle-même, et rester au service du prince lui promet une vie dans l’ombre… pour toujours. Combien de temps Francès supportera‑t-elle de vivre dans le boudoir de Sébastien en mettant ses rêves de côtéune jeune et brillante couturière, une des deux seules personnes qui connaissent la vérité : parfois ce garçon porte des robes. Mais Frances, qui a toujours eu le rêve de devenir une grande couturière ne peut se satisfaire de cette situation. Combien de temps pourra-t-elle différer ses rêves pour protéger le secret son ami ?

Notre avis
Prix Jeunesse 2019 du FIBD 2019 (Festival International de la Bande Dessinée d’Angoulême) .

  • 2014 : Prix Cybils (en) du meilleur roman graphique pour Dans la vraie vie.
  • 2018 : Prix Harvey  du meilleur livre pour enfant ou jeune adulte pour Le Prince et la Couturière

 

Jen Wang n’en est donc pas à sa première récompense. Elle publie des bandes dessinées indépendantes autonomes, comprendre  ne formant pas de séries, ou One-Shot ; ses publications les plus connues sont Koko Be Good en 2010, et IRL (In Real Life) en 2014 même si ses premières publications datent de 2007. L’Américaine est aussi  la co-fondatrice et organisatrice du festival Comic Arts LA, un festival de bande dessinée à Los Angeles. Le Prince et la Couturière a connue une première vie en anglais sous le titre The Prince and the Dressmaker, ce qui explique l’avertissement en fin d’album sur les personnages n’ayant jamais existé …  N’oublions pas que l’Amérique du Nord est plus tatillonne avec les fables même lorsqu’elles se revendiquent d’en être. Dans ce conte de fées unique et moderne, une belle histoire se révèle au lecteur sur le fait d’être fidèle à soi-même dans douze chapitres s’enchainant avec une fluidité impressionnante. La rencontre entre une jeune fille, Francés, qui rêve de créer des robes depuis qu’elle sait tenir un crayon et un jeune prince, Sebastien,  héritier du trône de Belgique, qui se sent incapable de prendre la charge qui lui incombe et préfère sortir sous les traits d’une Lady extravagante est un prétexte superbe à ce très beau récit sur l’amitié et la différence, dans deux mondes qui semblent s’opposer. William Shakespeare a écrit :  » On peut faire beaucoup avec la haine, mais encore plus avec l’amour.  » et ce volume respire l’amour, ce qui explique peut-être son succès. Les dessins autant que les couleurs vous feront découvrir la relation, simple et sincère, qui se développe  tout au long de ces 277 Pages, avec des expressions qui m’ont renvoyé aux Disney de mon enfance. Le trait est simple mais joyeux et expressif, un festin visuel, rempli de charme exubérant et de personnages délicieux…  » barba non facit philosophum  » (Plutarque)  et  » il faut toujours être soi même puisque les autres sont déjà pris  » (Oscar Wilde)  pourraient être la moralité de ce story-telling dessinée. Un One-Shot avec une fin à l’américaine – qui laisse sur sa faim – qui mériterait bien une adaptation cinématographique… On prend le pari ?
Un très joli cahier graphique clôture l’album pour découvrir la naissance et le travail qui ont rendu possible cet album dans l’intimité de l’auteure. Un album de très belle facture et richement décoré qui aura une place de choix dans votre bibliothèque et il faut saluer le travail constant des Editions Akileos . Et dire que j’ai réussi à placer Plutarque, Wilde et Shakespeare dans une seule et même chronique.

A noter, la très belle idée des Editions Akileos qui vous permet de découvrir les premières planches de cet album sur le site (lien en fin d’article)

En deux mots
Une belle histoire, un conte de fées sans fée où la magie est une affaire de réciprocité. La candeur des rapports humains empreints d’une naïveté douce et intelligible donne du Bonheur en BD et beaucoup de douceur à partager.

 

 

Jean-Claude Attali

Lien vers la page Akileos de Le Prince et la Couturière


  

Acheter sur bdfugue


Feuilletez des milliers de BD sur Bulle d'Encre avec Sequencity

Tags : , , , , , , , , , , , , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*