Accueil » Autour de la BD » Expos-Salons » Exposition Permanente Musée de Région Auguste Chabaud – Graveson

Exposition Permanente Musée de Région Auguste Chabaud – Graveson

Il est de ces peintres qui ont marqué leur territoire aux pinceaux, de ceux qui laissent une empreinte indélébile sur leur village rayonnant au delà des collines, au delà des champs, aux limites des frontières de notre imaginaire. Un ancrage viscérale, de celui qui n’empêche pas la notoriété. Auguste Chabaud est de ceux là. Peintre, Sculpteur, Poète, il a allègrement traversé les époques auprès des plus grands gardant une fidélité absolu au village de ses racines, GRAVESON. Derain, Picasso … La tentation du fauvisme, de l’expressionnisme… L’envie de création. Celui qui, très tôt, s’engage comme pilotin pour vivre l’aventure d’une vie est très vite ramener à terre, sur ce sol qui l’a vu naitre, son père vient de mourir dans des circonstances troubles. On dit qu’il se serait suicidé après la ruine de sa vigne (phylloxera). Il revient au pays des croquis dans les poches, de ruelles orientales et de grands hommes en uniformes coloniaux. Paris s’estompe, la Tunisie aussi mais il sera artiste … Même si il doit encore peindre sur du papier de boucherie, ne pouvant s’offrir les toiles avec ses maigres moyens. Mais Auguste a du talent, et une solide formation en Arts, de la ressource et cent fois sur le métier il va remettre son ouvrage. Insatiable, affamé, gourmand, vorace et inassouvi il reste d’une humilité déconcertante malgré les succès rencontrés. Il s’éteint dans ce village, qu’il a vu naitre, à l’âge de 73 ans, nous sommes en 1955 et le monde le découvre toujours et encore lui le talentueux protéiforme. « Dans l’œuvre de Chabaud, la somme des teintes se fond en un magma bleu, ardente pâte créatrice qui se veine d’un noir intense et tranchant comme l’ombre aux heures les plus étincelantes du jour. Le blanc, utilisé pur avec parcimonie ou plus souvent grisé, complète la trilogie de tons dominants qui exaltent la nature provençale. De retour auprès de sa mère, au Mas de Martin, toujours à Graveson, à mille lieues de l’enivrement des cafés et des fêtes parisiennes, du délassement suave et salutaire apporté par les filles des maisons closes, le peintre affirme sa vocation dans l’observation des scènes de la vie rurale. Les bergers et paysans, le travail à la ferme, les animaux de basse-cour remplacent la chanteuse de cabaret, la fille de joie, les escaliers réverbérés de Montmartre. Le bon cheval de trait remplace le cadavérique cheval de fiacre. La volupté se change en rusticité. C’est aussi la disparition d’un univers grinçant, démesuré, impitoyable et malsain, déconnecté de la terre, pour l’avènement d’un monde rural où le labeur s’écoule au rythme des saisons, dans un ordre naturel et contemplatif. Le mas familial, cette gangue de rigueur, de parcimonie, c’est le bon pain de sa vie. Il est aussi bien sa prison de tempérance que son terroir fertile, la terre nourricière de son œuvre. Criante de vérité, saisissante de modernité, enracinée dans la terre comme la vie elle-même. L’essence de l’œuvre de Chabaud pourrait résider en ces termes. Magistrale cependant qu’elle est humble, à l’image de l’artiste qui lui donne corps en lui consacrant son âme. Profondément humaine, cette œuvre instinctive, rugueuse, invoque en nous des sensations primitives, un archaïque et informe désir. Sondant la vie, elle s’attache à la sexualité qui en est l’immuable mystère, tout en scrutant la mort qui en est l’inéluctable terme. »

De lui, il disait : « Le peu que je sais, je l’ai appris non dans les ateliers suffocants où je n’ai pu vivre, et je m’en fais gloire, mais en suivant les laboureurs et les bergers. J’ai dessiné ce que j’ai vu autour de moi… Ces dessins de campagne ont été faits d’un cœur candide, loin de toutes fréquentations esthétiques. Ils sont comme le bosquet assez agréable dont est sortie la forêt plus farouche de mon œuvre proprement dite. »

C’est une « renaissance » pour ce musée en quête de reconnaissance et qui devrait rapidement obtenir la label musée de France – accordée aux principaux musées français, lorsque la conservation et la présentation au public de leurs collections revêt un intérêt public – pour la richesse de son travail muséographique et la constance et la qualité du travail accompli sur ses expositions . Une collection permanente enrichie de nouveaux prêts, provenant de grandes collections à la fois muséales et privées. Les murs des trois étages de ce magnifique lieu de culture se sont enrichis de l’exceptionnel fonds Chabaud, provenant de la collection du FRAOP (Fonds Régional d’acquisition des Oeuvres Provençales de la régie culturelle) , riche collection Marseillaise. Cette collection dotée des grands noms de la Peinture Provençale, de la fin du XIXème au début du XXème dont Guigou, Loubon, Seyssaud, Verdilhan, Camoin, Ziem et bien d’autres, résume dans son intégralité, cent ans de création provençale, période décisive de l’histoire de l’art où nous verrons naître et s’affirmer la modernité et ou nous pénétrerons aussi dans l’intimité de nos contemporains du passé comme dit le poète. Une association d’une qualité exceptionnelle . Ce fonds Chabaud réunit donc, les œuvres emblématiques des grandes périodes picturales de l’artiste, celle de Paris, d’Afrique et de Provence, révélant son fauvisme provençal et parisien, son expressionnisme, avec des œuvres fortes en couleur comme « Le spahi », « La gitane » ou « Le fiacre » ainsi que sa période cubiste des années 10 avec de nombreux bronzes. Vous pensiez connaître Chabaud, vous n’avez pas idée de l’étendue de son talent …

 

Nous ne saurions trop vous inviter au parcours pédestre sur les pas d’Auguste Chabaud. Un parcours pédestre réalisé dans le centre du village de Graveson. Ce circuit vous emmènera du musée aux ruelles du village, ou inversement, pour y découvrir ses œuvres reproduites in situ sur lave émaillée (Une plaquette avec plan, reproductions et citations de l’artiste est en vente et vous permet de faire cette visite en toute autonomie). Je suis parti à la découverte de ce musée en plein air, m’arretant par ci, par là, pour marcher dans les pas de l’artiste. Quel bonheur ! Une approche complémentaire, différente dans une flânerie très agréable.

Petit bonus en HD : Affiche 2019 exposition permanente Musée Auguste Chabaud

Plongez dans l’univers d’Auguste CHABAUD , c’est l’assurance d’émerveillement et de surprises constantes. On navigue finalement à sa place entre la Tunisie et la Métropole, Entre Paris et la Provence, entre la notoriété et l’anonymat de ses débuts. Ne vous y trompez pas, cette région est de celle qui forgent les légendes, avec des traditions centenaires et des histoires à raconter au coin du feu. Une collection d’exception pour un homme qui ne l’était pas moins dans une région tant aimée par nos artistes d’aujourd’hui comme par ceux d’hier. Si vous passez en Provence, passez donc par Graveson, pour découvrir la chaîne des Alpilles, la culture du Félibrige et tant d’autre choses exceptionnelles. Au détour d’une ruelle, vous rencontrerez ce grand artiste …

En partenariat avec La ville de Graveson, Le Département des Bouches du Rhône, La Région Sud Provence Alpes Cote d’Azur, La Régie Culturelle Régionale.

Jean-Claude Attali

Site officiel de l’exposition

 

 

 

 

Tags : , , , , , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*