Accueil » Univers Manga » Chroniques Manga » Adieu, mon utérus (Okada) – Akata – 8,05 €

Adieu, mon utérus (Okada) – Akata – 8,05 €

Parution : 02/2019

Résumé
Yuki Okada, à 33 ans, avait tout pour être comblée : mariée et heureuse, mère d’une petite fille, et exerçant le métier qu’elle aime – autrice de mangas. Aussi, quand elle consulte son médecin pour un simple retard de règles, elle ne se doute pas de la terrible nouvelle qui l’attend : malgré son jeune âge, elle développe en effet un cancer du col de l’utérus. Chamboulée et perdue, elle ne saura d’abord pas comment réagir, et affronter cette épreuve que la vie lui impose… Pourtant, très vite, elle comprend qu’il lui faudra faire des choix. Mais entre les avis de ses proches et du corps médical, comment savoir ce qu’elle souhaite vraiment ?.

Notre avis
Le troisième opus d’une série de one shots en février, pour les éditions Akata. Après « La Métamorphose » et « Le Secret de l’amitié », voici donc la dernière publication qui rejoindra le catalogue de la maison d’édition ce mois-ci. A l’instar d’un ouvrage comme « Mon père alcoolique et moi », « Adieu, mon utérus », trouvera, hélas, une forte résonance dans le quotidien de très nombreuses personnes puisque il aborde le thème délicat du cancer. Autobiographique, cet ouvrage affronte, sans concession, tout ce qui entoure cette maladie, ce qui est encore pour beaucoup, une maladie que l’on ne nomme pas, une maladie honteuse. Au fil des pages, on découvre finalement le véritable combat quotidien à mener : la réaction de l’entourage, le quotidien, le(s) traitement(s), les relations entre patients et avec le corps médical, le regard des autres. Yuki Okada se délivre littéralement et nous raconte son expérience et son vécu à la manière du mangaka qu’elle est, qu’elle devient, avec un style graphique simple, presque naïf, ne se voulant ni alarmiste, ni propagandiste, ni anxiogène ce qui rend son ouvrage poignant et sincère, presque pédagogique mais toujours positif . Il n’y a pas de voyeurisme ou de volonté de noircir le tableau mais de partager avec le lecteur une expérience surmontée à force de courage et d’abnégation en toute humilité et par le biais de sa passion pour le dessin. さよならしきゅう, « Sayonara Shikyû vo » est prépublié en 2017 chez l’éditeur Kōdansha, l’une des plus grosse maison d’édition japonaise, œuvrant notamment en matière de littérature et de manga, et est licencié en France aux éditions Akata. Une opération de mécénat associatif avec Rose Up est menée conjointement à la sortie de ce manga et jusqu’au 31 juillet 2019, 5% des recettes générées par le vente de ce manga seront reversés à l’association. Rose up, née en 2011, accompagne, informe et défend les droits des femmes touchées par le cancer. Une belle idée pour une bande dessinée qu’il faut saluer et une habitude remarquable chez Akata à souligner. Yuki s’est levée, ( rose up) et a gagné son combat, elle montre un chemin en exemple.

En deux mots
L’ histoire vraie d’une jeune femme confrontée au cancer et son combat quotidien dans un manga témoignage courageux et poignant. Une thérapie du corps et de l’ame en partage.

Jean-Claude Attali

Lien vers la page des Éditions Akata de « Adieu mon utérus »

Acheter sur bdfugue


Feuilletez des milliers de BD sur Bulle d'Encre avec Sequencity

Tags : , , , , , , , , , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*