Accueil » Univers Graphiques » News Graphiques » Les Événements Marcel Pagnol 2019, Mercredi 10 avril, Cinéma « Le Pagnol » à Aubagne, Regain d’après Jean Giono

Les Événements Marcel Pagnol 2019, Mercredi 10 avril, Cinéma « Le Pagnol » à Aubagne, Regain d’après Jean Giono

C’est un événement exceptionnel que nous propose le cinéma « Le Pagnol » avec cette projection du film culte de Marcel Pagnol de 1937 en version restaurée et numérisée. Une Projection qu’il faudra découvrir avec la Nostalgie d’un souvenir collectif d’un monde, peut-être, aujourd’hui, en voie de disparition mais figé dans la pellicule du maitre provençal pour l’éternité.

Regain nous conte, avec poésie, l’histoire d’un village de Haute-Provence qui revient à la vie. Il ne reste que trois habitants dans Aubignane, un village isolé perché sur un plateau rocheux. Un beau jour, le vieux forgeron Gaubert quitte le village pour rejoindre son fils, laissant derrière lui Panturle, un chasseur robuste et bourru, et la Mamèche, une paysanne italienne très âgée et restée solitaire au village après la mort de son mari dans l’éboulement du puits qu’il était en train de creuser. D’après celle-ci, « si Panturle trouve une femme à marier, le village pourra renaître ». Elle part donc dans la plaine chercher l’élue et s’arrangera, avant de mourir, pour effrayer Gédémus, le rémouleur itinérant, afin qu’il se dirige vers le village avec Arsule, une femme misérable qu’il a recueillie, mais qu’il traite comme une bête de somme pour tirer sa charrette. Panturle et Arsule vont faire renaître les prochaines moissons de ce sol aride.

Grâce à une restauration menée de main de maître, une projection sur grand écran du film culte de Marcel Pagnol tourné en 1937 à Aubagne et dans les collines nous est proposée. Un Marcel Pagnol nous offrant une véritable leçon de cinéma : jeux de comédiens hors pair, cadrages magnifiques et plans inoubliables. Hasard ou fabuleux signe prémonitoire, le petit Marcel est né en 1895, année de l’invention du cinéma par les frères Lumières, à quelques encablures de la célébre gare de la Ciotat dont la légende erronée raconte qu’elle fut le théâtre du premier film animé… Enthousiasmé par « Broadway Melody », l’un des premiers films parlants, à Londres en 1930, il prédisait déjà l’avènement du septième art. Nous reviendrons, dans un prochain article, sur les studios Marseillais, 12 impasse des peupliers et 111 rue Jean Mermoz, où furent tournées certains intérieurs de « Regain » entre autres… Ou encore les studios de la Buzyne et l’aventure Ricard…

Séduit par cette technologie d’avenir, l’écrivain décide naturellement de se diriger vers cette nouvelle forme d’Art. C’est en autodidacte qu’il débute sa carrière, séduit par les lumières de Provence et des Martigues en intégrant des équipes de professionnels qui vont le pousser a sortir le théâtre des salles obscurs pour la lumière extérieure d’un autre univers, universel ; c’est pour Pagnol, une occasion exceptionnelle de rendre son œuvre immortelle. Ce sera « Marius » en 1931, aux cotés d’Alexandre Korda, puis Louis Gasnier dans « Topaze » et enfin Marc Allégret dans « Fanny » en 1932. En 1933, aguerri et reconnu pour la qualité de ses collaborations, il signe son premier long métrage « Le Gendre de Monsieur Poirier » où il dépeint la lutte des classes sous la Restauration. Epoque bénie où le réalisateur-écrivain, comprend très vite qu’il lui faut prendre toutes les casquettes du métier pour aller aux bout de ses envies. il deveint rapidement producteur, possède ses propres studios, son équipe technique, ses comédiens, et même ses agences de distribution. Il invente un cinéma, son cinéma, empreint de poésie et d’amour, de saga et de quotidien qui, il le sait déjà, deviendra un témoignage truculent pour les générations futures. Adapté du roman éponyme de Jean Giono, l’histoire de ce village résolument moderne et bouleversante trouve aujourd’hui tout son écho. Fabuleux Fernandel en Gédémus, talentueuse Orane Demazis au jeu décalé, irrésistible Edouard Delmont en père Gaubert. Nous aurons du plaisir et de l’émotion en reconnaissant Aubagne, Eoures et Aubignane, ce village que Marcel Pagnol a fait spécialement construire pour le tournage, par son ami le maçon Marius Brouquier.

Une Projection à 19h, précédée d’un entretien avec Nicolas Pagnol sur le tournage, l’historique et la restauration de « Regain ». La grande force de Marcel Pagnol est avant tout d’être l’inventeur d’une mythologie provençale dans ses écrits bien sûr mais aussi avec la façon magistrale du testament visuel qu’il nous lègue dans son cinéma. A cela il faudrait ajouter la formidable peinture du contexte marseillais retranscrit dans l’inoubliable triptyque « Marius, Fanny, César », mais cela reste réducteur de l’œuvre immense de l’ecrivain qui se rêvait réalisateur … Réducteur ? L’œuvre exceptionnelle aurait probablement pu être projetée dans une salle plus spacieuse avec une foule dense et une organisation artisanale frisant l’amateurisme  pour cette projection qui aura vu refusé bon nombre d’aficionados du maître provençal. Mais ne boudons pas notre plaisir de voir une salle pleine qui appèlera peut être à d’autres projections de ce film remasterisé.

 

 

 

Réalisation, scénario et dialogues :

Marcel Pagnol, d’après le roman éponyme de Jean Giono publié en 1930.

Distribution :

 

Jean-Claude Attali

Entrée libre dans la limite des places disponibles

Tags : , , , , , , , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*