Accueil » Univers Graphiques » Chroniques Graphiques » Corto Maltese, Fable de Venise (Pratt) – Altaya – 12.99€

Corto Maltese, Fable de Venise (Pratt) – Altaya – 12.99€

Parution : 04/2019

Résumé
Cette aventure se déroule à Venise en 1921 dans un climat où émergent la franc-maçonnerie et le fascisme naissant. La réalité temporelle se confond avec les nombreux motifs ésotériques qui appartiennent, du reste, à l’histoire même de Venise. Corto Maltese y arrive pour trouver une émeraude à laquelle serait liée une formule magique, la « clavicule de Salomon », qui se réfère ici à une oeuvre occulte qui prétend ouvrir les portes de la magie. Cette quête de l’émeraude avait été initiée par le Baron Corvo (nom sous lequel se cache l’écrivain anglais Frederick Rolfe). On y retrouve également un autre personne ayant réellement existé : le poète Gabriele D’Annunzio et deux figures féminines y sont caractérisées : Hipazia et Louise Brookszowyc. La premier est inspirée du roman historique de Charles Kingsley (Hypatia), la seconde de l’actrice américaine Louise Brooks.

Notre avis
25e aventure de Corto Maltese, écrite et dessinée par Hugo Pratt, « Fable de Venise », « Sirat Al-Bunduqiyyah » en arabe, se déroule du 10 au 25 avril 1921 avec pour  toile de fond la montée du fascisme en Italie dés la fin de la Grande guerre. Sous la surveillance du D.ieu Abraxas, une transcription altérée d’origine hébraïque, dont l’interprétation isopséphie, attribution d’une valeur numérique aux mots selon les lettres qui les composent, à 365. On retrouve ce nom gravé sur différentes amulettes qu’on appelle Abraxas par métonymie, des loges maçonniques et des milices fascistes, Corto Maltese est sur la piste de la « Clavicule de Salomon». Une très belle histoire qui commence comme un récit d’aventure, se poursuit comme un enquête policière avant de nous entraîner dans le rêve et la magie d’une cité entre orient et occident. Hugo Pratt démontre une nouvelle fois la puissance de son talent de  narrateur,  nous montre son extraordinaire imagination et le brio de son dessin, surtout lorsqu’il nous entraine dans sa ville d’origine, la  mystérieuse Venise qui devient  l’un des personnages principaux de cette fable. Venise, « la cité d’opale sertie dans la lagune de saphir », est bien plus que le lieu des aventures du Franc-Marin Corto. Elle est la véritable source de l’imaginaire de Hugo Pratt, derrière les masques, au-delà du labyrinthe de canaux, de rivières, d’îlots et de cours, où, enfant, il réinventait assurement déjà le monde. Une Venise flamboyante, ésotérique, posée entre ciel et mer, riche d’une histoire sulfureuse, une ville inventée par les hommes pour rêver ; ce que nous invite à faire Le Maestro italien, dans ses pas, au détour d’un passage dérobé, dans une ruelle étroite ou sur une place, dans un palais ou une église, une ruelle du ghetto pour franchir le cap d’un simple récit, pour voyager dans un univers géographique dont la carte n’est que poésie, un voyage dans l’intimité et le passé recomposé de l’auteur. Rassurez vous, tous les ingrédients d’un roman d’aventure sont bien présents : une énigme, une émeraude légendaire, des femmes mystérieuses, des aristocrates déchus, des « camicie nere ou squadristi », des loges maçonniques, des sociétés secrètes et les lieux magiques de Venise. L’auteur offre ici ses souvenirs de jeunesse et l’expérience de son vécu. Dans l’introduction, Pratt évoque sa grand-mère maternelle, Genero, d’origine sefarado-marrane, leurs visites au ghetto juif de son enfance, les biscuits sans sel de Madame Bora Levi, dont le nom s’est retrouvé après guerre sur une plaque commémorative à la Schola Espanola. Il se souvient de son attrait irrésistible pour les jeux dans des lieux remplis de mystères, en compagnie de « filles aux sourires inquiétants, à l’ombre dorée des greniers ». c’est logiquement que l’on retrouve dans son histoire, des sociétés secrètes, des chemises noires,  des scélérats, des complots et des chats … Enormément de chats dans les planches de Venise ... Comme des gardiens immobiles, comme les spectateurs d’une pièce qui se joue sous leurs yeux…Oscar Wilde a écrit « Le monde est un théâtre mais la pièce est mal distribuée ». Il aurait adoré rencontrer Pratt.

« TOCK! TOCK!
– Qui est là ?
– Corto Maltese. Je quitte cette histoire de « Sirat Al-Bunduqiyyah » et je demande à entrer dans une autre histoire dans un autre endroit. »

Les acteurs ont quitté la scène. La cour est déserte. Mais deux chats, eux, sont toujours là car cette fable réunit finalement l’ensemble de ses protagonistes, comme pour finir ce rêve éveillé en apothéose. Magistrale ! Du coup, nous avons caché une vidéo bonus dans cette chronique avec cette petite énigme pour la découvrir : « c’est au milieu des points que vous me trouverez. ».

 

 

Corto Maltese entre définitivement dans la légende dorée avec cet album, il y a de l’intangible et du réel, du fantastique mêlé à un onirisme incroyable empreint d’un réalisme personifié dans une ville devenant un theatre, celui d’un voyageur immobile comme le fut Pratt, d’un sédentaire apatride, d’un insatiable baroudeur, curieux de tout et à la reconquête d’une vie rare et difficile qu’il aura apprivoisé avec courage, abnégation et talent. On peut sans aucun doute dire que Corto et Hugo ne formait q’une seule et même âme et comme Flaubert disait  de Madame Bovary, « Emma, c’est moi … » on peut dire aussi que Corto Maltese, c’est Hugo Pratt. Un auteur qui dira lui même de son album : « C’est le témoignage de mon amour pour Venise. » Le livret de Michel Pierre, agrégé d’Histoire, licencié en histoire de l’art et en archéologie complète cet album. Michel Pierre est l’auteur de nombreux livres sur l’Histoire contemporaine. En complicité avec Hugo Pratt, dont il fut ami, il a publié Corto Maltese. Mémoires en 1988 et Les femmes de Corto en 1994. Des cahiers didactiques en fin d’album qui éclairent judicieusement le propos puisqu’ils abordent Venise sous le fascisme, Venise et ses symboles et la célèbre Loge Hermés où Pratt reçoit la lumière et  devient apprenti en 1976, tout en corrigeant les erreurs de son père en ramenant un artefact historique de cette loge, mais c’est une autre histoire qui elle, n’est pas une fable. A suivre …

En deux mots
Une visite adroite et captivante, en compagnie du franc-marin pour découvrir, en partie, certains secrets de celle que l’on appelle aussi la « Cité des Doges », la « Sérénissime », la « Reine de l’Adriatique », la « Cité des Eaux », la « Cité des Masques », la « Cité des Ponts » ou encore la « Cité flottante ». A∴ L∴ G∴ D∴ G∴ A∴ D∴ L∴ U∴ ! *

 

Jean-Claude Attali

Le site officiel de Corto Maltese.

Lien vers la page des Éditions ALTAYA de « Tout Pratt, Édition Collector »

Retrouvez les chroniques des albums précédents sur notre site.

* : « A La Gloire Du Grand Architecte De L’Univers » est une formulation maçonnique utilisée en Loges lors des travaux de celle-ci.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Info édition : ©Altaya 2018. © CONG SA, Suisse. Pour les histoire de la série Corto Maltese : Corto Maltese ® et Hugo Pratt ™ © CONG SA-Tous les droits réservés. © CASTERMAN Postfaces : Michel Pierre © 2018 EDITORIAL PLANETA DEAGOSTINI POUR LA PRÉSENTE ÉDITION ISBN : 978-84-684–5720-8 (œuvre complète) ISBN : 978-84-684-5731-4. DÉPÔT LEGAL EN ESPAGNE : B 11636-2018 DÉPÔT LEGAL EN FRANCE : A PARUTION Dos toilé bleu. En fin d’album, un cahier inédit de 6 pages sur l’univers de l’auteur.

Acheter sur bdfugue


Feuilletez des milliers de BD sur Bulle d'Encre avec Sequencity

Tags : , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*