Accueil » Univers Graphiques » Chroniques Graphiques » Je suis rivière (Luec) – Tartamudo – 19 €

Je suis rivière (Luec) – Tartamudo – 19 €

Parution : 06/2019

Résumé
Cette fiction repose sur l’idée d’assimiler la Bièvre à une femme, Louise : de la pureté initiale de sa source à la pollution par l’activité humaine et industrielle.Le récit nous conte l’histoire de la belle Louise, perdant peu à peu sa naïveté et subissant les épreuves mises sur sa route par l’activité des hommes. Au milieu du XIXe siècle, Louise, toute jeune paysannenative de Buc, part à la recherche d’Arthur, qui l’a secourue lors d’une agression, ce qui eut pour effet d’éveiller un sentiment amoureux. Elle remonte le cours entier de la Bièvre, jusqu’à Paris. Les aventures de Louise épousent les méandres de la rivière, se fondant en eux. Tout comme le cours d’eau, elle commence son parcours au sein d’une nature sauvage et sera ensuite utilisée comme force de travail, jusqu’au point de rupture.

Notre avis
Nina Luec est illustratrice depuis une dizaine d’années. Baignée toute son enfance dans un milieu artistique et littéraire, elle a une double activité de guide conférencière agréée et de plasticienne. En 2010, elle illustre et conçoit des livrets-jeux pour la ville d’Art et d’histoire de Guérande. Par la suite, elle confectionnera affiches, dessins, flyers, livrets-jeux, outils pédagogiques, maquettes et illustrations pour de nombreux partenaires. En 2012, elle participe à la bande dessinée collective Rhapsode puis en 2014 publie la bande dessinée Yan’Dargent aux éditions L’œuf. Elle fait également depuis 2014 des ateliers plastiques au Musée d’Orsay – L’Orangerie et au château de Versailles. Nina apprécie par ailleurs les collaborations, fondant avec sa partenaire céramiste Seija la marque « NIseija, les céramiques illustrées » en 2013. Elles exposeront en 2016 au Salon International des métiers d’art. De 2013 à 2016, Nina dessine de manière hebdomadaire pour le site de France Inter, sur le site de l’émission « Les femmes, toute une histoire » et « Autant en emporte l’histoire ». C’est l’époque « Frisotte’. En 2015 elle crée une courte bande dessinée dans la collection BN de Jarjille, « Pêt Spoulitch ». Depuis 2016, elle anime des conférences et évènements en dessinant en direct des supports de communication et dessins projetés sur écran. Nina s’ouvre aussi au street art grâce à son frère, Troya, qui l’initie à peindre à la bombe : ils exposent au Pavillon de l’eau à Paris en 2018 lors de l’exposition collective « L’eau dans la ville ». Leur toile à quatre mains reprend la thématique de « Je suis rivière », roman graphique qu’elle publie en 2019 aux éditions Tartamudo. Je suis rivière, je suis la Bièvre. Une allégorie fascinante pour ce psycho-drame qui se déroule au fil des pages et de l’eau. Ce cours d’eau tire peut-être son nom du latin biber, bièvre, désignant jadis le castor, disparu au 13ème siècle dans ce secteur, mais beber signifie aussi : de couleur brune, comme ses eaux. En 1787, la dénomination de cette rivière était « ruisseau des Gobelins ». ces créatures issues du folklore médiéval européen. La Bièvre est indiquée sous ce nom sur la carte du Plan d’Intendance de Guyancourt, où elle nait pour se jeter dans le collecteur principal des égouts de Paris.(Elle se jetait, autrefois, dans la Seine et a quasiment disparu sous les pavés de la capitale). Mais la légende est bien jolie même si il est plus probable que la rivière tient son surnom de Jehan Gobelin, « taincturier en escarlate »,  un flamand venu s’installer au bord de la Bièvre en 1443, premier d’une longue dynastie de teinturiers à l’origine du quartier de la manufacture des Gobelins. Une Bande dessinée qui va au-delà de la simple allégorie, du parallèle entre la vie de son héroïne a la recherche de son grand amour, et l’histoire d’une rivière. Véritable plaidoyer en faveur d’une prise de conscience des dégâts de la modernité sur une nature riche et luxuriante, le lecteur aura une double lecture de cet album entre écologie et conditions de la femme. La femme est l’avenir de l’home disait le poète et il a surement encore raison … Il y a plus que de l’onirisme dans cet album, il y a un réel ensorcellement à suivre le voyage de Louise sur les méandres de la rivière et les rivages de sa vie. Un très joli cahier graphique clôture cet album entre les personnages, l’histoire et la géographie de cette rivière en cours de réhabilitation. Du grand art dans une fiction qui dépasse peut-être la réalité  … Je vous invite à découvrir ce joli travail empreint d’une poésie dramatique.

Préambule du catalogue de la maison littéraire de Victor Hugo :

« Le premier écrivain peut-être, en tout cas le seul à notre connaissance dont le jugement lointain – il date du XIVe siècle – soit parvenu jusqu’à nous, est le poète Eustache Deschamps.

« Qui veut voir très jolie maison

En lieu plaisant et de belle ordonnance …

Et au droit cuer du royaume de France

Boys et Yaüe, jardin en abondance

De tous oisiaux le mondain paradis

Des fontaines la beauté et le bruit

A Bièvre voit, à trois lieues de Paris… »

Voilà qui nous convient mieux ! Combien d’autres… poètes, peintres, médecins, militaires, célèbres en leurs temps, mais dont le souvenir nous est encore proche, ont apprécié avant nous le charme de la Vallée, cette « Vallée au cœur charmant (où) … la Bièvre coule et se découle comme un ruban » disait Jean Moréas au début de ce siècle. » »

 

 

En deux mots
Cette bande dessinée atypique est un cri d’alarme et d’espoir sans concession sur la préservation de notre bien le plus précieux, la terre. Une très belle allégorie …

Jean-Claude Attali

Lien vers la page Tartamudo de « Je suis rivière »

Pour aller plus loin sur l’histoire de cette rivière : La Bièvre.

 

Acheter sur bdfugue


Feuilletez des milliers de BD sur Bulle d'Encre avec Sequencity

Tags : , , , , , , , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*