Accueil » Univers BD Européenne » News BD européenne » Tardi refuse La Légion d’honneur !

Tardi refuse La Légion d’honneur !

Jacques Tardi, né le 30 août 1946 à Valence, est un auteur de bande dessinée et illustrateur français. Son œuvre, traduite en plusieurs langues, lui a valu une certaine notoriété et une reconnaissance critique au-delà même du monde de la bande dessinée. Le septuagénaire s’explique sur son refus de recevoir la légion d’honneur :  » j’ai appris avec stupéfaction par les médias, au soir du 1er janvier, que l’on venait de m’attribuer d’autorité, et sans m’en avoir informé au préalable, la Légion d’honneur ! » L’auteur aux multiples succès précise : « Etant farouchement attaché à ma liberté de pensée et de création, je ne veux rien recevoir, ni du pouvoir actuel ni d’aucun autre pouvoir politique, quel qu’il soit. C’est donc avec la plus grande fermeté que je refuse cette médaille ». Il termine son propos avec la truculence qu’on lui connait : « Je n’ai cessé de brocarder les institutions. Le jour où l’on reconnaîtra les prisonniers de guerre, les fusillés pour l’exemple, ce sera peut-être autre chose … Je ne suis pas intéressé, je ne demande rien et je n’ai jamais rien demandé. On n’est pas forcément content d’être reconnu par des gens qu’on n’estime pas. »

Certes, c’était en 2013 mais à lire la promotion civile du 1er janvier 2020, on se demande qui de Gilbert Montagné, de Chantal Lauby ou pour rester dans la Bd de Bernard Goetlib ou encore de Dominque Brechoteau aura ce courage … La liste des Promus 2020 ? Suivez le guide !

Les refus de la Légion d’honneur ne sont pas rares. De La Fayette à Jean-Paul Sartre et Simone de Beauvoir, de Marie Curie à Brigitte Bardot, de Louis Aragon à Albert Camus ou de Bourvil à Bernard Pivot, des dizaines d’hommes et de femmes ont refusé le ruban rouge du prestigieux Ordre de la Légion d’honneur  créé en 1802 par Napoléon Bonaparte. Si certains se sont estimés indignes de cette distinction, plusieurs ont voulu protester contre le pouvoir, d’autres ont affirmé leur opposition de principe ou s’en sont moqué. Georges Brassens en a même fait une chanson et Léo Ferré fustigeait « ce ruban malheureux et rouge comme la honte ».

Florilège des refus :

  • Le comédien et humoriste Coluche avait prévenu: « Si on voulait me donner la Légion d’honneur, j’irais la chercher en slip pour qu’ils ne sachent pas où la mettre ».
  • Le compositeur Hector Berlioz, auquel l’Etat voulait payer une messe de Requiem avec le ruban rouge, au lieu de lui verser les 3.000 francs promis, s’écria : « Je me fous de votre croix. Donnez-moi mon argent! »
  • A ceux qui la lui proposaient, l’écrivain Marcel Aymé répondit en 1949, dans un article, qu’ils pouvaient « se la carrer dans le train ».
  • Philippe Séguin, premier Président de la Cour des Comptes, décédé en janvier 2010, ne voulut pas la recevoir, jugeant qu’elle aurait dû revenir à son père, mort en 1944 pour la France.

« Vanitas, vanitatum, et omnia vanitas = vanité des vanités, tout est vanité. » L’Ecclésiaste. Ou pas …

Jean-Claude ATTALI

Tags : , , , , , , , , , , , , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*