Accueil » Autour de la BD » Crazy Theory : un jeu de Christian Rubiella et Fabrice Andrivon, inspiré de la BD Zaï Zaï Zaï Zaï de Fabcaro

Crazy Theory : un jeu de Christian Rubiella et Fabrice Andrivon, inspiré de la BD Zaï Zaï Zaï Zaï de Fabcaro

Cet avis a pris un peu plus de temps que prévu : déjà, fallait être assez pour le tester, dans le calme, sans avoir des enfants guettant le moindre gros mot et sans avoir le pénible ne comprenant rien au règle qui veut passer à autre chose de plus simple… Ensuite, il fallait prendre le temps d’écrire cet avis (je vous laisse deviner ce qui a été le plus long finalement). Puis, bon, les Illuminatis Reptiliens ont certainement un lien avec tout ça.
Mais c’est bon, nous y sommes ! Sauf si la loge franc-maçonnique de la Creuse en décidait du contraire.

Crazy Theory est un jeu de société édité chez Le Droit de Perdre. Ce jeu, vendu pour la modique somme de 19,90€ est signé par Christian Rubiella et Fabrice Andrivon et inspiré de la BD à succès Zaï Zaï Zaï Zaï de Fabcaro. Il propose 60 complots, 120 complices et 59 coupables.

Le principe ? Vous jouez entre 3 à 6 personnes (conseil : le jeu est beaucoup plus amusant à 5 ou 6 qu’à 3). Vous débutez la partie en cachant une carte dans un étui, soit côté illuminati, soit côté reptilien. Personne ne sait qui sera derrière tout ça, à part Lui, le Tout-Puissant… et les participants en fin de partie.
Ensuite, la partie commence.
Chacun jouera à tour de rôle le Grand Architecte et pose autour de lui un complot, deux complices et deux coupables. Les joueurs notent ensuite, sur papier, une association de mots en démarrant du complot (choix entre deux mots), en passant systématiquement par les deux complices et en désignant le coupable de son choix.

Exemple. Vous démarrez avec la configuration suivante :
Complot : « Comme d’habitude, la file choisie par les autres voitures dans un bouchon avance plus vite ! »
Complices : Blanche-Neige et un tapis
Coupables : Fast-food et Big Pharma

Un esprit tordu ferait ainsi :
Bouchon => Bouteille => Cidre => Pomme => Blanche-Neige => Disney => Aladdin => Tapis => Moquette => Drogue => Big Pharma

On vous laisse deviner le sens. De toute façon, dans le jeu, il ne faut rien expliquer.

Les joueurs qui ont choisi le même coupable que le Grand Architecte reçoivent un jeton ainsi que celui qui a l’association coup de cœur. Les jetons sont ensuite retournés comme vous le souhaitez, soit côté Illumati, soit côté Reptilien… Et en fin de partie, la carte mystère du début est dévoilée et le gagnant est celui qui aura le plus de jetons du bon côté.

Le jeu est fun, se joue assez vite et reste accessible (les plus hermétiques aux jeux, qui ne jurent que par le Monopoly ou les Petits Chevaux, devront quand même faire un tour pour rien pour bien assimiler les règles). Généralement, selon l’état d’esprit des joueurs (et leur état tout court), les associations ont tendance à être rapidement très peu politiquement correctes (d’où le fait de ne pas y jouer avec des oreilles trop chastes dans le coin).

Seul bémol : la conclusion de la partie avec les jetons retournés n’apporte pas grand chose et ne sert finalement qu’à conclure le jeu, pour désigner un gagnant. Vous pouvez donc sans problème vous passer des jetons si cet aspect vous dérange… Mais gardez-le pour vous, les murs ont des oreilles.

Anthony Roux

Lien vers la page du Droit de Perdre : Crazy Theory

Tags : , , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*