Tag : Céka

Contes Arabes en bandes déssinées (Gaët’s, Ceka, Mabel, Collectif) – Petit à Petit- 14,90€

Parution : 02/2017 Résumé Dix Contes Arabes mis en lumière et en bandes dessinées, accessibles aux plus jeunes avec des parcours thématiques qui se veulent pédagogiques et intelligibles, pour les enfants mais pas seulement. Notre avis Découvrir le monde arabe au travers de ses contes ancestraux mis en images est à n’en pas douter une excellente idée. S’ouvrir […]

Artips – Histoire(s) de l’Art en BD (Céka, collectif) – Petit à Petit – 16,90 €

Parution : 12/2016 Résumé Quinze anecdotes mises en images sur des artistes et des œuvres, de Léonard de Vinci à Andy Warhol. Chaque historiette est présentée en trois pages, suivi de deux pages documentaires. L’ensemble est scénarisé par Céka et confié à des dessinateurs différents. Notre avis L’Histoire de l’Art et la culture générale sont […]

Le Procès (Céka, Clod) – Akileos – 14€

Parution : 02/2016 (réédition) Résumé Mais quelle crime a bien pu commettre Joseph K., premier fondé de pouvoir d’une grande banque, pour que des agents ne s’invitent à son domicile au petit matin ? Autour de lui, tout le monde semble savoir mais personne ne veut faire lumière sur l’affaire. « Arrêté mais pas accusé […]

L’Homme de l’année T6 (Céka, Tandiant) – Delcourt – 14,50€

Parution : 04/2014 Résumé Christophe Colomb a découvert l’Amérique en 1492. C’est ce que nous racontent tous les livres d’histoire. Mais cette route qui l’a mené aux Amériques, comment l’avait-il trouvé seul ? Alors qu’ils vont voir pour la première fois les côtes américaines, l’équipage du bateau de Colomb découvre des cercueils cachés au fond des […]

EgoVox T2 (Céka, Yigaël, Nikopek) – Akileos – 13,50€

Parution : 02/2008
Milk Shake, Wooker et Leïto ont quitté EgoSfer pour rejoindre une base rebelle. Le seul fait de quitter la cité est un choc pour l’ancien bureaucrate qui a toujours cru les mensonges d’Ego One, le premier étant que toute vie en dehors de la ville était impossible. Remettre en cause le fonctionnement de sa vie est une dure épreuve, trouver sa voie sera donc son nouveau but. Mais laquelle ? Pourquoi pas celle d’un combattant ? Car les Ego Opposants se sont mis d’accord sur le fait que leur avenir passe par la destruction de l’ordinateur central. Une expédition va alors partir, avec Wooker à sa tête. Ce sera le moment ou jamais pour savoir s’il a fait le bon choix…
Après un tome d’introduction plutôt sympathique, cette suite se révèle plus stéréotypée et moins originale. Céka offre une histoire de rébellion plus classique (comment ne pas voir d’allusions à Star Wars ?) mais cette fois c’est le dessin qui impose son style. Yigaël semble déjà plus confiant en son trait, peut-être parce qu’il a laissé la couleur à Nikopek. Le trait est plus assuré, le large encrage est moins gênant et ses personnages souffrent de moins d’irrégularités. Cette maturité qu’on espère encore plus présente dans le volume final assure à l’album une meilleure cohésion.
Suite et fin dès le prochain tome qui s’annonce puisque Yigaël vient tout juste d’en finir l’encrage.
Arnaud Gueury

Chronique du Tome 1
Nouvelle page 1

8.1 Bouton Commandez 100-30

Cliquez sur « En savoir plus » pour découvrir les premières pages de l’album

EgoVox T1 (Céka, Yigaël) – Akileos – 13,50€

Parution : 06/2006
Dans la cité géante d’EgoSfer, les Humains vivent au rythme d’Ego One, une intelligence artificielle qui dicte leur vie. Wooker est l’un d’eux, son quotidien lui est annoncé chaque matin dans un journal qui lui annonce ce qu’il fera heure par heure. Aucune surprise à attendre donc et même l’envie de voir sa belle collège Leïto croiser sa vie ne le pousse pas à remettre en cause l’organisation de la société et lutter contre son destin. Et pourtant… Son robot personnel, Milk Shake, tente de le convaincre de rejoindre les Ego Opposants, qui tentent de prouver l’existence d’androïdes voulant asservir l’humanité. Par un concours de circonstance, il sera seul porteur des espoirs des rebelles et va entraîner son maître dans la clandestinité. Mais comment vivre par soi-même quand on a toujours tout décidé à votre place ?
Avec cette série de pure SF, les auteurs semblent se faire plaisir en jouant avec les codes du genre qui rappelleront forcément aux amateurs les romans de Philip K. Dick ou des films de référence. La meilleure idée est d’avoir échangé les rôles de héros entre l’Humain et le robot, puisque c’est finalement ce dernier qui tire les ficelles et figure au premier plan. Le dessin et la couleur, eux, sont plus naïfs et tendent à faire de la série une œuvre tout public, facilement comprise par les plus jeunes. On aurait pu espérer quelque chose de plus sombre mais ce parti pris est respectable. Le jeune dessinateur nordiste Yigaël, pour sa première BD, montre déjà un bon coup de crayon, encore perfectible mais plein d’espoir. Il semble apprécier les robots, les vaisseaux et les décors futuristes, et avec un peu plus d’expérience il nous surprendra surement.
Un premier tome encourageant qui possède de bonnes idées et un style rafraichissant.
Arnaud Gueury
Nouvelle page 1

8.1 Bouton Commandez 100-30

Cliquez sur « En savoir plus » pour découvrir les premières pages de l’album

Double Assassinat dans la rue Morgue (Céka, Clod) – Akileos – 14€

Parution : 09/2007
Paris, première moitié du XIXème siècle. Le meurtre sauvage et inexpliqué de deux femmes habitant la rue Morgue fait la une des journaux. La police, dépassée, tente de rassurer le public en accusant un innocent. Mais Auguste Dupin, lui, réclame la vérité et fera la lumière sur cet impénétrable mystère grâce à son seul esprit analytique et aux déductions logiques qui découlent des traces du crime.
Comment se fait-il que personne n’y ait pensé plus tôt ? Adapter cette nouvelle d’Edgar Allan Poe, considérée comme le premier roman policier moderne, semblait une évidence. Grâce à Céka et Clod, c’est enfin chose faite. Et bien faite. Car les auteurs ont su rendre avec une parfaite fidélité l’ambiance de l’œuvre originale, les répliques de Dupin et de son ami anglais mettant une pointe d’humour bienvenue (et chez Poe, c’est chose rare). Les dessins, faussement naïfs, parviennent à mettre du rythme par leurs cadrages audacieux dans une histoire où l’enquête avance doucement et sans effets superflus. Cet album est par ailleurs un bon moyen de découvrir ce roman, qui inspira tant d’auteurs policiers, à commencer par Arthur Conan Doyle, dont le Sherlock Holmes est si proche de Dupin et Watson du narrateur, et dont l’apologie de la déduction analytique face à l’action brute allait marquer des générations et transformer les polices du monde entier.
C’est une réussite magistrale pour une œuvre incontournable. Après cela, l’énigme de la rue Morgue n’aura plus de mystères pour vous !
Arnaud Gueury
Nouvelle page 1

8.1 Bouton Commandez 100-30

Cliquez sur « En savoir plus » pour découvrir les premières pages de l’album