Accueil » Univers BD Européenne » Interview BD européenne » Rencontre avec Kris – Scénariste de Notre mère la guerre

Rencontre avec Kris – Scénariste de Notre mère la guerre

Comme chaque année, Bulle d’Encre a envoyé ses plus fins limiers au festival d’Angoulême. Parmi eux, l’« envoyé pas très spécial », un agent infiltré, a pour première mission de rencontrer Kris, le scénariste de la série Notre mère la guerre, Svoboda ou Les Brigades du temps, entre autres. Compte-rendu à chaud.

Chronique du Tome 3

Retrouvez des extraits en fin d’interview.

Bulle d’Encre : La série Notre mère la guerre met en scène le chassé-croisé du Lieutenant Vialatte entre histoires d’amour et enquêtes policière sur fond de Première Guerre Mondiale. Quelle était l’envie initiale ?
Kris : C’était vraiment d’essayer de comprendre ce que peuvent être des hommes en guerre. J’ai pris la Première Guerre Mondiale parce que, pour moi, c’est la mère de tous les conflits à venir et sans doute un point de jonction de tous ceux qui l’ont précédé. Elle démarre encore dans le côté « guerre du XIXe siècle » : ce n’est plus la guerre en dentelle mais elle a encore un aspect quasi « napoléonien » par certains côtés (les fameux pantalons rouges par exemple), et on n’a pas encore compris que la guerre pouvait être à ce point-là meurtrière et qu’elle allait concerner un pays tout entier. En même temps, elle est la genèse, non seulement de la Seconde guerre évidemment, mais elle porte également en germe tous les conflits qui ont suivi au XXe siècle, s’accompagnant notamment de la « brutalisation » du combattant et de cet aspect « guerre totale ». Du coup, le but était d’évoquer ces hommes en guerre et de comprendre comment ils ont tenu… Mais plus que ça, et à mon avis il y a de multiples réponses possibles que j’essaie de mettre en scène, je voulais comprendre ce que ça peut faire, dans les corps et dans la tête, d’avoir vécu ça pendant des mois, voire des années. C’est pour cela que le récit démarre après la guerre. Qu’est-ce qu’il en reste après de ces hommes-là, une fois qu’ils s’en sont soi-disant sortis ? Il y a une phrase dans le tome 3 qui illustre ça assez bien. On voit le père d’un des gamins, le père de Jojo, qui s’est engagé à la mort de son fils pour le remplacer. Son boulot est d’enterrer les cadavres et il « aime » ça. C’est le seul endroit où il se sente bien… Alors qu’il est vraiment dans la pourriture et dans la mort ! Mais son fils n’ayant pas eu de sépulture (on n’en a rien retrouvé), il a le sentiment de combler ce trou énorme qui lui reste dans le bide, en offrant une tombe à des soldats qui pourraient être son fils. C’est ce qu’il évoque en affirmant : « On saura à peu près combien de morts il y a eu pendant la guerre, mais on ne saura jamais combien elle en a fait après. » Ça c’était l’une des choses que je voulais chercher, d’aller essayer de comprendre le deuil que cela a pu être. Car quand je dis que ça porte en germe les conflits à venir, c’est ce deuil non accompli de la Première Guerre Mondiale dont je parle. Je voulais donc aller voir les conditions de ce deuil et ce que ça a fait. Je ne pensais pas trouver des réponses mais au moins les chercher, poser des questions et les mettre sous forme de récit. Voilà grosso-modo l’ambition.

BDE : Le tome 3 démarre au lendemain de la prise de Craonne, sur le plateau de l’Aisne, c’est le tournant de cette Première Guerre, avec les premières mutineries d’ampleur. Nivelle est débarqué et Pétain arrive pour remettre tout le monde dans le rang. Les deux personnages centraux de cette histoire sont Desloches et le père de Jojo qui structurent ce récit. C’est une opposition entre le vivant et le mort tout au long de l’album. Desloches prend conscience que les gens qui continuent à vivre normalement à l’arrière et ignorent la mort qui sévit sur le front. Il nourrit un malaise parce que l’écoute ne lui semble pas suffisante et il pressent qu’on ne saura ni l’entendre ni l’écouter suffisamment. Le père de Jojo rompt ce malaise et ce silence par deux phrases assez cinglantes : « Si la guerre dure tant, c’est que, lorsqu’elle vous a touché, c’est elle qui vous nourrit et vous ne pouvez plus vivre sans. » et la deuxième : «,Quand elle s’arrêtera, elle fera encore plus de mort après. On les verra moins, c’est tout ». Une vraie synthèse du sentiment de malaise que nourrit Desloches. Peut-on dire qu’à partir de ce moment-là de la série, l’horreur devient plus sociétale, elle qui jusqu’alors était vivante, palpable et charnelle ?
Kris: Oui, plus psychologique aussi, et moins visible. Comme aujourd’hui, dès qu’il y a un conflit, avec ce qu’on appelle le côté « zéro mort ». Deux soldats français morts en Afghanistan, c’est un deuil national et on met en place des cellules psychologiques pour leurs camarades et leurs familles. Or, en 1914-1918, c’est une mort de masse qui survient et qui n’a pas du tout été appréhendée. Ce sont durant les premiers mois de la guerre qu’il y a eu le plus de morts : 400 000 victimes. Ensuite, la moyenne par mois (désolé d’être si grivois…) baisse d’année en année. Petit à petit, cette guerre commence à s’installer. Elle fait partie de la vie des gens. En 1917, tout le pays est organisé autour de la guerre, qu’on la fasse ou pas. Tout tourne autour de ça. Ce que j’avais envie de montrer c’est cette donc cette guerre, cette chose qu’on ne voit plus, tellement présente qu’elle fait partie de la vie de tous les jours. Aujourd’hui par exemple, cela fait presque quarante ans qu’il existe un chômage endémique de masse et personne ne dirait : « Tout le monde travaille ». On a intégré le phénomène, le fait qu’il y ait des millions de chômeurs. Du coup, c’est comme si on ne les voyait plus. On oublie qu’à un moment donné il n’y avait pas trois millions de chômeurs… Pour la guerre, telle qu’elle se déroule en 1917 et toutes proportions gardées, le phénomène est identique : elle imprègne tout à tel point qu’on ne la voit plus. C’est ce qu’on essaye de montrer dans ce tome 3. C’est pour ça que Desloches ne meurt pas pendant une attaque ou lors d’un fait de guerre. Il meurt en se tirant une balle ! Mais c’est la même réponse. Il y a les soldats qui meurent en montant au front et ceux qui meurent de n’être pas mort et parce qu’ils ont compris que, malgré tout, ils ne sont déjà plus vivants. Le père de Jojo symbolise également ça, bien que lui meurt d’un fait de guerre, dans un bombardement. Mais c’est ce qu’il était venu chercher sans doute. Desloches, lui, se donne la mort mais aussi à cause d’un concours de « circonstances ». Ceci dit, même s’il avait tenu plus longtemps, il se serait tiré une balle une fois que la guerre se serait arrêtée. Il ne serait pas revenu. Pour beaucoup, en réalité, on n’en revient jamais…

BDE : Ces personnages ont une analyse très pertinente de l’impact de la guerre sur la société. Ils sont très lucides, c’est le tournant du tome 3. Les soldats qui se demandent comment le monde va digérer le conflit… C’est également une transition historique entre le Paris du début du siècle, celui des apaches, et une période plus moderne. De plus, cet album est conclusif de l’histoire d’amour et de l’enquête de Vialatte. Qu’est-ce qui nous attend dans le tome 4 ?
Kris: Le cheminement intérieur de Vialatte est fait. Il est parti au combat avec ses idées sur la guerre et sur son utilité. Au bout de ce tome 3, il en est revenu même s’il n’a pas encore franchi le cap d’être contre la guerre. Par contre, c’est ce qui est en train d’arriver à Desloches. Sauf qu’avec tout ce qu’ils ont fait avant, ils ne peuvent pas en sortir et s’arrêter là. Vialatte n’a pas encore accepté au fond de lui-même que c’est foutu. Il va devoir continuer à faire la guerre alors qu’il ne le peut vraiment plus, c’est ce que l’on verra après, alors qu’on pensait qu’il en avait fini avec elle. La mort de Desloches lui met quand même un vrai coup ! A la fin du récit, il est en convalescence et il n’est certainement pas très en forme, psychologiquement. Mais ce n’est pas encore terminé pour lui, loin de là… Il est toujours vivant et il va devoir aller au fond de ce qu’il a vécu depuis trois ans et des conséquences que cela aura pour lui-même. Je me sers une fois de plus de l’enquête qui reprend. On découvre que Peyrac est encore en vie, il y a un truc pas net. Comment se fait-il qu’il soit encore en vie ? On devrait le savoir, il a une femme. Ah ! Sa femme a disparu… Tout d’un coup, un type au-dessus de tout soupçon devient un personnage qui peut encore relancer l’enquête. En reprenant du service, Vialatte va découvrir ce qui s’est réellement passé, car il y a vraiment un assassin. Je n’en dis pas plus car je pense que personne n’a vu venir ce qui va tomber dans le tome 4 ! Ça va l’amener au bout de l’enquête. Mais on va comprendre à quel point ça va toucher Vialatte. Par ce qu’il voit, par ce qu’il est, par ses proches. Il ne faut pas oublier que c’est une confession : l’histoire de Notre mère la guerre, c’est un type qui décide 20 ans après, juste avant de crever, de raconter. Dans le tome 4 on va comprendre pourquoi depuis le début c’est lui qui nous raconte cette histoire. Qu’est-il est en train de confesser ? C’est un enquêteur, il pourrait raconter. Mais non, il se confesse…

BDE : Dans votre procédé narratif, vous avez pour habitude d’avancer masqué : il y a toujours un rideau derrière le rideau qui s’ouvre. Il y a par exemple cette idée de laïcité et de religion, une ficelle qui sera tirée ou non, et puis Vialatte, qui a complètement craqué. On pourrait attendre de ce personnage, jusqu’ici très pondéré et même de nature réservée, bien qu’efficace dans l’action, qu’il soit plus violent puisque nourri de pulsions de mort puissantes, non ?
Kris: Il arrive encore à combattre sa haine pour l’instant. Au début son humanisme reste là, ce qui ne sera plus du tout le cas, bientôt. L’idée de religion n’est pas poussée dans son opposition à la laïcité. C’est un truc autour duquel je tournais. Pendant longtemps j’ai également failli faire de Janvier un Juif. Les Juifs sont très importants dans la Grande Guerre. Avant de s’en prendre plein la gueule 20 ans après, c’est le moment où ils s’intègrent définitivement à la nation française et cela, par le feu. Il y avait des choses qui auraient pu être intéressantes là-dedans mais cela risquait de m’éloigner du propos initial sur les hommes en guerre. Alors, au final, j’ai fait de Janvier un protestant, aux idées certainement laïques même si cela apparaît assez peu. Quant à notre gendarme Vialatte, c’est un humaniste évidemment mais il l’est par Dieu, par un cheminement intérieur dû à sa foi. Il le dit dans le récit : c’est Péguy qui l’a fait républicain. Alors qu’en partant de la même opinion et des mêmes constats, Vialatte pourrait être proche de l’Action Française, de la droite dure, traditionnelle et nationaliste. Mais non, c’est clairement un homme de centre-gauche, un républicain chrétien, aujourd’hui, on dirait « un chrétien démocrate ». C’est un type profondément croyant, qui n’a pas besoin de démonstrations de grenouilles de bénitier pour croire profondément en Dieu, pour croire à sa bonté et pour croire au monde dans lequel il vit. C’est tout ça qu’il va prendre en pleine gueule à la fin de l’enquête car il n’y a pas de Dieu possible dans un monde comme celui de la guerre des tranchées.

BDE : Quand le tome 4 va-t-il sortir ?
Kris: Début octobre. Je pense que la date est déjà arrêtée, peut-être le 12 octobre. Comme Maël est un métronome, il n’y a pas de soucis, on finit toujours pile-poil. Pour dire clairement les choses, je suis à la page 27 et lui à la page 23. Je tenais absolument à « fermer toutes les portes », c’est pour ça que j’ai rajouté un tome 4 car j’aurais été un peu « serré » sinon. Ce tome 4 se justifie largement pour le bien du récit. Il est plus facile à écrire car on n’a plus à se demander vers quoi on peut aller et quelle porte on peut ouvrir. On a tout ouvert et là, on referme. On démarre encore très lentement, comme j’aime bien le faire d’habitude, on écarte les rideaux tranquillement et, tout d’un coup, tu verras toute la grande salle de ce qu’on a mis en place depuis le début… Et elle est horrible, cette salle ! Là, ce sera une vingtaine de pages qui feront très, très mal ! J’ai toujours aimé mettre une note d’optimisme ou des petites touches de bons moments dans mes récits. Un homme est mort est un récit optimiste malgré le coté dramatique. Notre mère la guerre, ce ne sera pas le cas… Il y a des personnages qui, je l’espère, sont attachants et parfois drôles : les gamins de la section Peyrac, Desloches… Je suis très content de ce dernier, qui n’apparaît que dans un tome. Idem pour le père de Jojo qui n’apparaît que 4 pages, mais qui, je pense, existe réellement durant ces 4 pages. Bref, je suis content de tous ces personnages-là. Mais bon, la fin est terrible car personne ne sera sauvé…

Propos recueillis par Alain Lamourette.

Interview réalisée le 27 janvier 2012.

Extraits de l’album

© Futuropolis 2011/Kris/Maël
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags : ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*