Accueil » Univers Graphiques » Chroniques Graphiques » Haddon Hall (Néjib) – Gallimard – 19€

Haddon Hall (Néjib) – Gallimard – 19€

Parution : 01/2012

Une haute et grande demeure victorienne. David Robert Jones et sa femme Angela Barnett y trouvent refuge ou alors est-ce plutôt eux qui viennent réconforter cette vieille bicoque désuète. Quoi qu’il en soit, c’est au creux de cet énorme écrin qu’ils décident d’expérimenter l’idéal de vie hippie et de création artistique à laquelle ils aspirent tant. Car David est musicien et son talent le pousse dans toutes les directions. Haddon Hall, et son studio installé à la cave, sera sans doute le bon moyen d’atteindre le nirvana de sa génération : changer le monde en musique. Mais pour ce faire, rien de tel que le succès. Cette gamme d’accord-là, il ne la connaît pas sur le bout des doigts. Bien qu’ayant eu quelques coups de chance en sortant Space Oddity dans la foulée du premier homme sur la Lune, notre olibrius n’atteint pas encore le palier des étoiles qu’il convoite tant. Pourtant, Londres à l’aube des années 70 est un terreau fertile pour les jeunes pousses comme Marc Bolan, l’ami et concurrent de David, qui cherchent le zénith à l’ombre des aînés. David découvre, à la cime de cette frondaison bruissante et bigarrée, un John Lennon trop conscient de son essence populeuse et qui pâlit dans l’obscurité d’une réalité qui le pousse loin du charmant bosquet originel de Liverpool. Mais les vieux bois laissent places aux jeunes arbustes et David continue son ascension jusqu’à l’éclosion glam du luxuriant… Bowie.
Un album d’une grande qualité, très attrayant, tant pour les néophytes que pour les amateurs de Bowie. En mettant Haddon Hall en situation de narrateur omniscient, Néjib passe à la loupe deux années décisives dans la carrière du chanteur. Il dresse ainsi un portrait artistique, familial, personnel et sensible de l’artiste. Par son trait simple et son esthétique épurée, par sa coloration de quelques couleurs par pages dans les tonalités des seventies et quelques évocations poétiques, le dessinateur donne corps et sens à une mutation artistique qui pourrait a priori ne sembler que vestimentaire. Mais que le bleu layette, le rose bonbon, le jaune flashy et le violet profond ne trompent pas le lecteur, il s’agit bien de la maïeutique du mythe, de la béatification de l’icône, d’une éruption tellurique qui parcourt frénétiquement l’inflammable Londres avant d’embraser le monde.

Le talentueux Néjib rend grâce à Haddon Hall, la lettre majuscule d’un des plus grand nom de l’histoire du Rock n’ roll.

Alain Lamourette



8.1 Bouton Commandez 100-30

Tags : ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*