Accueil » Univers Graphiques » Interview Graphiques » Rencontre avec Martin Vidberg – Auteur du Journal d’un remplaçant

Rencontre avec Martin Vidberg – Auteur du Journal d’un remplaçant

Le Journal d’un remplaçant vient de paraître aux éditions Delcourt, dans la collection Shampooing dirigée par Lewis Trondheim. Alors que je m’informais des dernières parutions BD, mon libraire me parle de cet album. Je feuillette, je lis, j’examine. Ni une ni deux, voilà mon nouveau coup de cœur ! Je file sur le blog de l’auteur, que je ne connaissais donc pas et ce que j’y trouve confirme mon sentiment.
Et comme j’aime partager, voici l’interview d’un auteur à découvrir au plus vite, sans trébucher sur une patate !

Chronique de l’album

Vous avez commencé à travailler sur ce projet en octobre 2004 et votre album Le Journal d’un remplaçant vient de paraître. Qu’est ce que cela fait de devenir « auteur papier » pour un album de cette importance ?
J’avais publié intégralement le récit sur internet, et comme il s’agissait de mon premier album j’étais très content de l’avoir mené à son terme. Je n’ai pas l’impression d’avoir changé de statut en devenant « auteur papier », je le vis plutôt comme une formidable récréation puisque cet album m’amène à voyager et à découvrir des festivals et des gens que je n’aurais pas pu croiser en restant derrière mon ordinateur. Evidemment, j’ai également beaucoup de plaisir à tenir l’album !

Pensiez-vous que cela puisse devenir un album un jour ?
Pas du tout au début et peut-être que c’était mieux ainsi puisque cela m’a conduit à faire des choix qui ne sont pas vendeurs, comme celui du noir et blanc ou la présence de nombreux textes. J’ai commencé à y penser vers le milieu du récit alors que les lecteurs me demandaient de plus en plus souvent où trouver la version papier.

Est-ce Delcourt qui vous a contacté ou l’inverse ? Comment s’est passé votre rencontre et votre collaboration ?
C’est Delcourt qui m’a contacté ainsi que 4 autres éditeurs plus ou moins prestigieux. Je n’ai donc pas eu besoin d’envoyer de dossier et j’ai quand même eu le choix. J’ai cru comprendre que les éditeurs étaient de plus en plus attentifs à ce qui se passe sur internet. La collaboration s’est déroulée ensuite exclusivement par mail (j’habite dans une campagne très reculée) et je n’ai rencontré l’équipe pour la première fois qu’à l’occasion du festival d’Angoulême.

Vous abordez le quotidien d’un remplaçant dans une école avec un nombre très restreint d’élèves. C’est un récit inspiré de votre vie quotidienne (votre troisième année d’enseignement) : vous aviez envie de partager simplement des ambiances et des sentiments ou plutôt un message à faire passer ?
J’ai commencé le récit sans savoir sur quel poste je serais nommé. J’avais donc surtout besoin de raconter mon métier en utilisant l’autobiographie comme un prétexte mais je n’avais pas de message particulier à transmettre. Ce n’est surtout pas une bande-dessinée militante et je ne cherche pas à donner des leçons !

J’ai beaucoup ri en lisant votre album, pourtant les situations ne s’y prêtaient pas forcément – si l’on rapporte cela à la réalité, certains moments ne devaient pas être faciles… Vous vouliez dédramatiser la chose ?
Non, les choses se sont vraiment passées comme cela ! Même sur un poste difficile, il y a des moments agréables et des événements amusants. Je tenais à ce que cela soit le cas aussi dans mon récit et c’est en partie pour cela que j’ai opté pour ces personnages patates qui permettent d’alterner entre le rire et les passages plus durs. Dans une première version, j’avais commencé ce récit avec des humains et le résultat me semblait beaucoup moins intéressant.

Vous mêlez l’humour au sérieux, des scènes difficiles à des moments plus tendres. Est-ce difficile à scénariser, monter, mettre en scène, etc. ?
J’ai fait le choix du journal qui permet de scénariser les planches presque indépendamment, qu’elles soient légères ou difficiles. Je n’ai donc pas rencontré beaucoup de difficultés sur ce point.

La première page en couleur était un simple test ? Que vous apporte le noir et blanc ? C’était votre intention de travailler de la sorte dès le début ?
C’était un test peu concluant d’après les échos, et surtout il me fallait presque autant de temps pour coloriser la planche que pour la dessiner. Le noir et blanc permet donc surtout de produire plus rapidement, c’est la raison pour laquelle tous les mangas paraissent en noir et blanc.

Avez-vous eu des échos de collègues sur votre livre ? Comment la profession perçoit votre album ?
A priori, les échos sont plutôt favorables, mais je suis de nature discrète et je n’ai pas été au devant des gens pour tester leurs réactions. J’imagine que j’aurais probablement plus de retours dans les semaines qui viennent.

La sortie du Journal d’un remplaçant vous a permis de faire un tour à Angoulême sous un statut différent ! Vos impressions quant à ce festival ? Les « petits plus » d’auteurs ?
Je n’avais jamais eu l’occasion de m’y rendre en tant que dessinateur, je ne suis pas certain que j’aurais aimé d’ailleurs. Comme il s’agissait de mon premier festival, j’ai découvert tout cela avec beaucoup de curiosité et d’amusement. Pour le moment je ne suis pas encore lassé et je dois avouer que je ne regrette pas du tout d’avoir publié chez Delcourt : les repas étaient formidables (et gratuits :o)

Quelles sont vos techniques de travail (plutôt ordinateur ou plutôt crayon et stylo) ? Que faites-vous pour passer du scénario à la planche virtuelle ?
Je travaille uniquement en traditionnel avec un véritable crayon en bois et du vrai papier. L’ordinateur ne me sert qu’à la diffusion des planches, c’est un outil de communication extraordinaire quand on habite à la campagne et que son emploi du temps n’autorise pas de sortie le week-end…

Votre blog est maintenant ouvert depuis environ 2 ans. Quels sont les avantages que vous en tirez ? Comment a-t-il évolué ?
Il est ouvert en réalité depuis octobre 2000 ce qui en fait probablement l’un des plus anciens d’internet. La formule ayant changé plusieurs fois, mes archives ne remontent pas aussi loin. Il me sert aujourd’hui un peu de carte de visite et beaucoup de champ d’expérimentation avec un vrai public. N’importe quel dessin posté sur le blog est davantage consulté que ne sera lue la version papier de l’album !

Tous vos personnages sont des patates ! Tant dans le Journal d’un remplaçant que dans vos planches « sportives ». C’est votre style de dessin qui s’est imposé comme cela ou c’est un choix de dessiner des cucurbitacées sympathiques ?
Un peu des deux. J’ai testé d’autres types de dessin et j’ai d’autres envies, mais en tant que lecteur je trouve que c’est le style qui me réussit le mieux et par lequel je sais exprimer le plus de choses. Donc j’y reviens presque toujours…

Vous rendez une patate avec deux billes pour les yeux si expressive ! C’est un régal de lire et relire vos planches et gags. Des cours de dessin sont passés par là ?
Non, surtout de longues heures d’ennui durant mes études de géographie dans le fond des amphithéâtres. C’est peut-être la meilleure école pour apprendre à dessiner :o)

Des auteurs BD en particulier vous ont inspirés ?
Surtout Lewis Trondheim dont les inspirations me fascinent systématiquement. C’est un auteur qui a montré que l’on pouvait raconter de longs récits sans être un grand dessinateur. Il a contribué à décomplexer de nombreux auteurs comme moi. Au niveau du dessin, j’admire beaucoup de personnes mais je ne crois pas avoir d’influences conscientes. Je dessine toujours au plus simple sans chercher à copier.

Sur votre blog, vous mettez en scène Batman, le Capitaine Nemo, Robin des Bois, une bien étrange planète… Il y a aussi un espace intitulé Patate Douce (que j’invite les lecteurs à aller découvrir !). Vous jouez avec les noirs et blancs, mais surtout avec les cases elles-mêmes, la feuille de papier, les espaces… Vous incluez des jeux où la fin n’est pas forcément là où on l’attend et où toutes les cases sont en interaction les unes avec les autres ! Cette Patate Douce est un lieu d’expérimentation ?! Un jeu ?
C’était ma première bande-dessinée en ligne. Je ne me considère pas comme un dessinateur mais plutôt comme quelqu’un qui utilise le dessin pour raconter des histoires. C’est la narration qui me passionne en bande-dessinée et Patate Douce était effectivement un jeu sur le thème de la narration. Au-delà, j’ai toujours joué avec les codes de la BD jusque dans Le Journal d’un remplaçant.

J’ai vu que vous faisiez équipe avec Matthieu Pierangelo, qui, lui, est au dessin. Vous uniquement au scénario ! Comment est né ce projet ?
Matthieu habite à 20 km de chez moi, c’est un bon copain. Il cherchait un scénario et j’avais cette histoire en tête que je n’avais pas le temps de dessiner. C’est souvent comme cela que débutent les collaborations : beaucoup d’amitié et une envie commune.

D’autres albums à l’horizon ? Des envies ?
Beaucoup d’envies et de projets, mais il paraît qu’il ne faut pas trop en parler avant de les avoir commencés. J’ai 4 ou 5 scénarios en cours pour différents dessinateurs et presque autant d’idée pour moi. J’espère que certains seront de nouveaux édités.

Que diriez-vous à vos élèves s’ils découvraient votre album ?
Je ne sais pas. Sans doute rien de particulier, j’en dis déjà tellement dans l’album !

Merci à vous, on vous souhaite toute la réussite possible !

Propos recueillis par Candice Dhô

Interview réalisée le 23 janvier 2007.

Tags : ,

2 Commentaires

  1. Posté 1 février 2007 at 21 h 52 min | Permalink

    J’avais déj

  2. Posté 24 février 2007 at 20 h 45 min | Permalink

    Un album très agréable

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*