Accueil » Univers BD Européenne » Interview BD européenne » Rencontre avec Joël Callède et Gihef – Auteurs de Haute-sécurité

Rencontre avec Joël Callède et Gihef – Auteurs de Haute-sécurité

« Voilà la réalité du Temple: un lieu de violence et de mort… Cette énergie négative imprègne chaque pierre de ces bâtiments! Elle pénètre à l’intérieur de chacun de nous! Elle finira aussi par te contaminer, Aleks, ce n’est qu’une question de temps… »

Lors de la rentrée, Joël Callède et Gihef ont fait fort pour satisfaire leurs fans. Au lieu d’un album, ce sont deux qui sont sortis simultanément, permettant de rapidement conclure le premier cycle de leur nouvelle série carcérale. Les deux auteurs ont accepté de nous parler de la naissance de ce projet.

Chronique du cycle 1 ici.

Retrouvez les premières pages des deux albums et les crayonnés du tome 3 à venir à la fin de l’interview.


Bulle d’Encre : Bonjour ! Après une série intitulée Enchaînés, voici Haute-sécurité. Le rapprochement est volontaire ou vous aimez les menottes ?
Joël Callède : On n’aime pas seulement les menottes, on aime aussi les fouets, le cuir, le latex…
Gihef : Moi j’ai une nette préférence pour le spandex, mais le latex me va très bien aussi !
JC : Plus sérieusement, entre chaînes, barreaux et menottes, ces séries montrent, sous un aspect thriller, les prisons symboliques et psychologiques que peuvent se créer les êtres humains. On voit bien dans ces deux séries les blocages intérieurs que peuvent vivre tous les personnages, quels que soient leurs positions sociales.

BDE : Dans ces deux albums, Gihef croque quelques gueules du cinéma. Etait-ce prévu dans la conception des personnages ou est-ce venu au moment de les dessiner ? Ces personnages font référence à des goûts communs ou est-ce la liberté du dessinateur ?

JC : En général, je fournis à Gihef une description écrite des personnages, en parlant de leur psychologie, de leur vie de famille… Et très souvent, je lui suggère une « gueule » de cinéma pour s’en inspirer. Parfois, c’est lui qui me propose un type d’acteur pour un personnage. Nous sommes tous les deux des grands fans de cinoche, et c’est un peu un plaisir pour nous de faire notre casting idéal en élaborant nos BD et en « embauchant » des acteurs qui coûtent quelques millions de dollars à Hollywood !
Mais bon, il s’agit de s’inspirer d’un « morphotype » particulier, sans chercher à tout prix à faire des sosies absolument ressemblant : pour le héros, Aleks, l’inspiration vient de Ethan Hawke, mais le résultat graphique est au final assez éloigné et très personnel.
G : Je dois avouer que je me fais surtout plaisir, étant grand fan de nombreux acteurs. Néanmoins, il ne s’agit réellement que de modèles, et en aucun cas de reproduction réaliste et fidèle. Je me souviens que le personnage de Skinner, qui prend pour modèle l’acteur John Goodman dans The Big Lebowski est le premier à avoir été défini. Il est tombé comme une étrange évidence dans nos esprits à tous les deux. Il demeure d’ailleurs mon personnage préféré.
Comme le précise Callède, plus qu’un hommage, c’est une façon assez rapide de créer un personnage et de le faire sonner juste dès le départ. Et je n’ai pas l’impression que l’on ait fait d’erreur de « casting » sur un de nos personnages…

BDE : On voit souvent revenir Prison Break ou Oz dans les commentaires sur la série. On pourrait aussi penser au film Les Evadés. Etes-vous êtes flattés, amusés, agacés par ces comparaisons ?
JC : Bof, ces comparaisons sont inévitables, on fait avec. Dès le début, en 2004, lorsque Gihef m’a fait part de son envie de traiter un univers carcéral, il m’avait cité Oz comme référence. On connaissait et on appréciait aussi pas mal de films se déroulant dans une prison. Mais mon parti pris de scénariste a été de mettre l’accent, non pas sur les prisonniers comme on le voit habituellement, mais plus sur les gardiens, des types « normaux » plongés dans un univers clos et violent. Haute-sécurité tient autant du genre thriller que de la chronique sociale d’un milieu professionnel atypique. Ce choix, qui peut ne pas plaire, a au moins le mérite de démarquer la série d’autres œuvres existantes. Le point de vue des prisonniers n’est pas occulté, comme on le verra dans le cycle 2, mais il côtoie la vision forcément différente des gardiens; ça permet de ne pas tomber dans un manichéisme outrancier.
Quant au phénomène Prison Break, la série n’est sortie que lorsque nous terminions notre premier cycle; elle n’a donc été en aucune façon une source d’inspiration. Mais son succès nous servira peut-être, bien malgré nous, à vendre notre série auprès d’un public qui s’est subitement mis à trouver « glamour » un univers jusque-là marginal.
G : Pour ma part, je dois bien avouer que ça m’agace un peu. Pourquoi devrait-on à tout prix comparer une œuvre issue d’un medium particulier avec une autre issue d’un medium différent ? Si on va dans ce sens-là, on pourrait faire le parallèle entre Rapaces et Les Prédateurs (le film avec Deneuve et Bowie), Le Prince de la Nuit avec les Vampire Chronicles d’Ann Rice, ou Murena avec la série télé Rome… Ce serait ridicule, car le seul point commun à tous ces exemples de face à face est l’univers décrit.
Une bonne fois pour toutes, nous ne faisons PAS l’adaptation en BD de Prison Break ! Notre univers a été créé de toutes pièces, et si certaines références sont inévitables, nous avons pris soin de les réécrire de façon très personnelle. Car je pense que tout a déjà été fait, que ce soit au cinéma, en littérature, télé ou bande-dessinée… Le vrai challenge, c’est de renouveler un genre en y apportant une touche très personnelle et un style narratif qui nous sont propres.

BDE : A l’inverse de ces références, le point de vue du narrateur vient d’un gardien. Est-ce un milieu que vous connaissiez ? Vous êtes-vous documentés ou avez-vous laissé une part importante d’imagination ?

G : Graphiquement, je puise essentiellement ma doc dans les films. J’ai quelques films de chevet du genre en magasin, et je m’en sers pour créer mes décors.
JC : Pour le scénario, je me suis pas mal documenté en regardant des reportages fouillés sur les prisons américaines, sur une ville comme Huntsville, au Texas, où toute l’économie tourne autour du pénitencier voisin. J’ai regardé aussi des reportages sur les prisons françaises, j’ai lu des bouquins, j’ai consulté pas mal de sites comme celui de l’Office International des Prisons… Au final, la série est un mixe de toutes ces références, un mélange imaginaire mais crédible entre prisons américaines et françaises. Mais je précise qu’il ne s’agit en rien d’une série à vocation « documentaire », on peut nous prendre en défaut sur pleins d’aspects (et c’est dingue comme beaucoup ne se gênent pas pour le faire; tous les fans de Prison Break se sont auto-proclamés « grands spécialistes des prisons américaines » et ne se privent pas de nous faire la leçon sur tel ou tel aspect… C’est amusant !).

BDE : L’univers carcéral n’a jamais ou presque donné lieu à des BD. L’idée de départ est-elle partie de là ?
JC : Comme dit plus haut, l’envie initiale vient de Gihef. Attiré par les huis-clos, je l’ai suivi sur cette idée, avec quelques réticences au départ, je l’avoue ! Je ne pensais pas qu’un univers carcéral puisse plaire au plus grand nombre… Mais chez Dupuis, notre actuel directeur de collection a très vite été séduit par le projet, et nous a poussé dans cette voie. L’originalité initiale peut passer aujourd’hui pour un effet de mode, mais nous n’y sommes pour rien ! L’idée devait être dans l’air du temps, c’est tout.
G : L’univers carcéral est un thème qui m’a toujours attiré. J’ai l’impression que la vraie nature de l’homme ressurgit réellement lorsqu’il se retrouve entouré de tueurs entre 4 murs ! En prison, il n’y a aucune échappatoire à un problème. On finit toujours par payer le prix fort pour nos erreurs. Si on est pris à parti avec un gonze quatre fois plus large et dangereux que soi, il n’y a pas moyen de lui échapper, il vous retrouvera toujours. Dans le monde « libre », il est toujours possible de trouver une échappatoire…
Lorsque la série Oz a été diffusée sur Canal+ à la fin des années 90, j’ai tout de suite été mordu. Contrairement aux films, le concept d’une telle série permet de faire évoluer une trentaine d’intrigues différentes sur plusieurs saisons, en prenant bien le temps de s’installer. Comme la BD fonctionne un peu sur les mêmes principes de narration, je me suis dit que ça me plairait bien de faire une série carcérale en BD. J’en ai parlé à plusieurs scénaristes avant de travailler avec Callède, et il fut le premier à me répondre oui, malgré quelques légères réticences. Il a décidé d’axer les récits selon le point de vue des matons, pour éviter de refaire une énième histoire de taulards, vue, lue, ou entendue un millier de fois…

BDE : Les prochains cycles seront-ils aussi en deux tomes ? Et les deux volumes sortiront-ils toujours ensemble ?
JC : Oui, ils seront en deux tomes également. Et non, ce sera un tome à la fois désormais.
G : Il faut préciser que c’est un peu dû au hasard aussi… Lorsque nous sommes arrivés au terme du tome 1, nous étions toujours à la recherche d’une coloriste pour la série. J’avais vraiment envie de trouver une coloriste traditionnelle qui travaillerait les ambiances « à l’ancienne ». Il est en effet assez difficile de trouver une coloriste informatique qui parvienne à rendre des effets de matière et des gammes de couleur « salies », et à mon sens, c’était un atout majeur pour finir de poser l’ambiance que je voulais dès le départ.
Dina Kathelyn s’est très rapidement imposée comme le choix incontournable, et lorsqu’elle a eu terminé la mise en couleur du tome 1, j’avais quasiment terminé le tome 2. L’éditeur s’est donc dit que ce ne serait pas mal d’attaquer la mise en couleur du tome 2 dans la foulée et de jumeler les sorties.

BDE : Justement, quelles sont les contraintes et les avantages de sortir deux tomes différents le même jour ?

JC : Ca permet au lecteur d’avoir une histoire complète; ça permet à l’éditeur de faire une offre promotionnelle groupée et de donner une bonne visibilité au titre; et ça permet aux auteurs, au final, de gagner deux fois de sous (si, si, on y croit !)…
G : Pareil. Surtout pour les sous. Enfin j’espère… :o)

BDE : On sent que la série va évoluer autour du personnage d’Aleks. Pour l’instant, on ne sait rien de lui. Les révélations sur son histoire vont-elles servir de fil rouge au cours des cycles ?
JC : Oui, on en apprendra plus sur lui par la suite… mais pas vraiment dans le prochain cycle. Il restera encore assez secret, et on le verra surtout vivre « au présent » entre sa vie professionnelle, sa vie sentimentale… Le cycle 3 tournera autour de lui et de son passé qui ressurgira.

BDE : Pour finir, sur quelle(s) série(s) auriez-vous rêvé de travailler ?
JC : En tant qu’historien à la base, j’aurais adoré écrire des séries « classiques » comme Murena, Sambre, Les Passagers du Vent… Du côté des comics américains, j’aurais adoré reprendre Daredevil dans la veine noire de Bendis !
G : Pour ma part, j’aurais également bien aimé reprendre Daredevil dans la veine graphique de Maleev. On aurait encore bossé ensemble en fait… :o) J’ai également beaucoup d’admiration pour le travail de Marini, en particulier sur sa série Rapaces. Et pour revenir aux comics, ça m’aurait bien fait kiffer d’être à l’origine de l’univers de Sin City de Miller…

BDE : Merci à vous deux.

Propos recueillis par Arnaud Gueury.

Interview réalisée le 12 octobre 2007.

Retrouvez plus d’infos sur le blog de Gihef et le site de Dina Kathelyn.
Découvrez aussi des dessins originaux en vente ici.

Premières pages du Tome 1

Premières pages du Tome 2

Crayonnés du Tome 3

© Dupuis 2007/Callède/Gihef
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags : , , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*