Accueil » Univers BD Européenne » Interview BD européenne » Rencontre avec Sylvain Runberg et Serge Pellé – Auteurs d’Orbital

Rencontre avec Sylvain Runberg et Serge Pellé – Auteurs d’Orbital

« Donnez-moi vos grenades offensives. Si j’arrive à approcher cet animal avec l’un des véhicules en enclenchant les grenades au bon moment, la déflagration causée par le trélium le tuera sur le coup!
– Et toi avec! C’est du suicide?!
– Non. C’est de la survie. »

Suite et fin du premier cycle d’une série qui aura beaucoup fait parler d’elle, avec raison. Orbital est sans nul doute une des séries de SF les plus innovantes de ces dernières années, alliance d’un scénario fin et complexe et d’un graphisme irréprochable. Orbital a de beaux jours devant elle, le concept « un cycle=une mission » étant de nature à proposer bon nombre d’histoires différentes. Pour discuter de ce succès mérité, allons donc voir les auteurs…

Chronique du premier cycle ici.

Retrouvez des extraits des albums et des recherches sur les personnages pour le tome 3 à la fin de l’entrevue.

Bulle d’Encre : Bonjour ! Le premier cycle d’Orbital s’est conclu avec la parution du tome 2. Quel bilan tirez-vous de ce premier (grand) pas commun ?
Sylvain Runberg : Pour moi, ce n’est que du positif. Dès les premiers essais, ça a tout de suite très bien fonctionné avec Serge et ça n’a pas cessé depuis. Au final, je suis vraiment content de ces deux albums. D’un point de vue plus général, les éditions Dupuis nous ont soutenus dès le début, et ce premier cycle a été favorablement accueilli par la critique comme par le public puisque les ventes sont bonnes. Et les deux albums viennent même d’être publiés en Espagne, aux Pays-Bas et en Allemagne ! Alors voilà, que du bonheur…
Serge Pellé : On s’amuse, c’est le principal !

BDE : Vous avez tous les deux eu un parcours varié et des premières œuvres de genres différents. Dans quel registre vous sentez-vous finalement le plus à l’aise ?
SR : Honnêtement, j’aime bien varier les plaisirs, je n’ai donc pas de préférence particulière vis à vis de mes différents projets. C’est agréable de changer d’univers, même si au bout du compte, ils ont tous pour moi un point commun : le récit passe toujours par les personnages et leur vécu, leur ressenti, quel que soit les contextes dans lesquels ils évoluent.
SP : Moi j’aime dessiner, et si l’histoire me plaît, alors je peux me sentir à l’aise avec pas mal de genres. Aujourd’hui, je ne travaille quasiment que sur Orbital mais j’ai des projets qui sont bien loin de son univers, tant dans le graphisme que dans la forme du récit. J’espère un jour les pousser plus loin et pourquoi pas les faire éditer…

BDE : Etes-vous parvenus à développer toutes les idées prévues dans ce cycle ou certaines serviront-elles par la suite ?
SR : Oui, avoir deux tomes complets pour traiter d’une seule histoire permet quand même d’approfondir le propos. Et le principe d’ Orbital, c’est de faire vivre et évoluer nos personnages au travers de différentes missions diplomatiques, qui correspondent à chaque fois à des cycles autonomes de deux albums. Nous avons posé certaines bases dans ces deux premiers tomes, qui seront approfondies et développées dans les cycles suivants. Un lecteur pourra donc commencer directement par le deuxième cycle sans avoir à lire le premier pour en comprendre les grandes lignes, mais ceux qui auront lu les deux premiers albums auront en revanche une vision plus globale et plus affinée de ce qui s’y passe.

BDE : Comme dans beaucoup de récits de SF, les situations sont prétextes à des messages personnels (politique, environnement, racisme…). Pensez-vous que les vôtres ont été bien compris par les lecteurs ?
SR : A vrai dire, je n’écris jamais avec l’intention de faire passer un message. A mon sens, ce n’est pas le rôle premier d’un récit de fiction. En revanche, s’inspirer de la réalité, c’est quelque chose que j’affectionne beaucoup. Et si certains de ces éléments poussent le lecteur à la réflexion sur le monde qui nous entoure, tant mieux.

BDE : Comment avez-vous procédé pour la création des personnages, notamment des races extra-terrestres ?
SR : Qu’ils soient humains ou aliens, je décris surtout quelles sont leurs caractéristiques psychologiques, à quels types de mondes ou de cultures ils appartiennent, leur rôle dans l’histoire, mais c’est Serge qui s’occupe d’imaginer leur aspects physique, les spécificités architecturales de leur environnement, les designs des véhicules utilisés. C’est aussi une façon pour moi d’être surpris en permanence, puisque même si l’on discute des directions à prendre, je ne sais jamais vraiment à quoi m’attendre au final !
SP : C’est une partie assez libre et je m’y amuse beaucoup. C’est aussi là que j’apporte ma contribution aux mondes que sont amenés à traverser nos héros. Mais le procédé n’est jamais le même, c’est difficile pour moi de te donner un exemple précis. Pour chaque personnage, il y a un trajet d’élaboration, qui d’ailleurs n’est pas fini pour la majorité ! La création des personnages d’Orbital est perpétuelle, je ne veux pas les figer tout de suite. Peut-être en décideront-ils même à notre place, il faut se méfier, ils sont parfois plus vivants qu’on le croit !

BDE : Avez-vous profité de ces deux albums pour y glisser des références plus ou moins cachées ? Lesquelles, si on peut savoir ?
SR : Je peux au moins vous en donner une : il s’agit de la pilote stellaire Nina Liebert, dont on sait qu’elle a vécu en Allemagne avant de devenir une « extractée ». Son nom est une référence au personnage d’Anna Liebert, un des personnages de Monster, la série de Naoki Urasawa, qui est un auteur que j’apprécie énormément. Et Anna Liebert a justement vécu en Allemagne et s’est fait appelée pendant une période Nina Fortner. Voilà donc l’origine du nom de la pilote d’Angus dans Orbital, un croisement de ces deux noms !
SP : Et Angus, c’est pas grâce a AC-DC, hmm ?
SR : Oui, mais là, ce n’est pas caché, c’est une évidence !

BDE : Pas trop marre de toute cette pluie ? L’album suivant sera-t-il plus ensoleillé ? Peut-on déjà avoir quelques révélations sur les événements à venir dans le prochain cycle ?
SR : La pluie, c’est la vie ! Encore que sur Senestam, ça se discute… Plus sérieusement, c’était intéressant de développer un récit dans un cadre où les conditions de vie étaient difficiles. Ca cadrait aussi avec cette tension constante qui régnait dans cette colonie humaine, recluse sur une lune inhospitalière et lointaine. Cela dit, ça va changer du tout au tout dans le deuxième cycle, dont la première partie s’appelle Nomades, puisque l’histoire va se dérouler sur Terre, dans une région au climat équatorial. Et ce que je peux déjà vous dire, c’est qu’il y sera toujours beaucoup question d’Aliens et que l’on en apprendra plus sur le passé de Caleb et Mézoké, les deux personnages principaux de la série.
SP : Il fera bon vivre dans Nomades, mais on regrettera peut-être Senestam !

BDE : L’univers que vous avez créé est très riche, avec des personnages forts et intéressants. Pourrait-on un jour voir des séries dérivées raconter leurs histoires, comme cela se fait parfois ?
SR : Non, tout ce que nous avons à dire sur Orbital sera développé au sein d’Orbital. En revanche, je prépare une série à paraître en 2008 appelée Hostile, avec Niko Henrichon au dessin, et qui se déroule dans le même univers, mais deux siècles auparavant. Mais c’est vraiment un projet complètement autonome, ni une préquelle, ni un spin-off. Absolument aucun des personnages d’Orbital n’y apparaîtra et le style graphique de Niko sera très éloigné de celui de Serge. Et à la différence d’Orbital, on sera beaucoup plus proche de l’anticipation que de la science-fiction.
SP : On en est au début de l’aventure, mais dans trente ans, pourquoi pas pour nous payer une retraite ?

BDE : Pour finir, quel est le plus beau compliment qu’on vous ait fait pour la série ?
SP : Euhh… j’ai une mémoire de playmobil…
SR : Le journaliste du quotidien Le Monde qui y est chargé de la science-fiction depuis des années a tenu à nous rencontrer dans le cadre d’un festival, simplement pour nous dire qu’Orbital avait été une de ses meilleures lectures depuis longtemps. Ca fait toujours plaisir…

BDE : Merci à vous deux !

Propos recueillis par Arnaud Gueury.

Interview réalisée le 6 décembre 2007.

Extraits du Tome 1

Extraits du Tome 2

Recherches pour le tome 3

© Dupuis 2007/Runberg/Pellé
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags : , , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*