Accueil » Univers BD Européenne » Interview BD européenne » Rencontre avec Marion Mousse – Auteur de Frankenstein

Rencontre avec Marion Mousse – Auteur de Frankenstein

« Si la mort n’est pas l’effet d’un choix, la vie aussi! Je veux dire… Dieu n’existe pas, et la vie… n’est qu’un processus défait de toute volonté! De là, ce n’est pas Dieu qui donne la vie, pas plus qu’il ne donne la mort! Je sais ce qu’il y a de sacrilège en de tels propos… mais croyez-moi j’avais vu juste… Le secret de la vie n’est pas au ciel… mais sous nos yeux. »

Quelques jours après la sortie du deuxième volume de l’adaptation du classique de Mary Shelley, nous vous proposons d’en rencontrer l’auteur. Dans une collection de grande qualité, cette série se distingue par son style et sa narration, mais surtout par ses dessins, mélange de douceur et de violence. Venez lire ce qu’en dit Marion Mousse.

Chronique du Tome 1

Retrouvez des extraits du Tome 2 à la fin de l’entrevue.


Bulle d’Encre : Bonjour ! Avec la sortie du Tome 2 de Frankenstein, on va enfin pouvoir découvrir le visage du monstre, qui nous était audacieusement caché jusque-là. As-tu eu du mal à en trouver une représentation personnelle ?

Marion Mousse : Pas vraiment. Dans le sens où même si il s’agit de deux lignes, il existe dans le livre une description de la créature : très grande, cheveux noirs fins et longs, dents blanches, teint pâle et yeux jaunes. A vrai dire, ce qui effrayait à l’époque n’est plus le cas aujourd’hui, il fallait donc se concentrer sur un physique de taille démesurée et un teint de peau de moribond.

BDE : J’imagine que le tome 3 est déjà bien avancé. Comment vis-tu l’adaptation de ce roman que tu ne connaissais pas forcément avant ?
MM : Le tome 3 est quasi terminé, j’ai fait tout d’un bloc pour ne pas perdre le fil de l’histoire et de l’ambiance. Je vis très bien cette adaptation car, par rapport à des projets personnels, ça me repose et permet d’affiner encore mon travail d’écriture et la forme de mon dessin. Et ce n’est pas du luxe.

BDE : Frankenstein est considéré comme un des premiers romans fantastiques, avec un fond historique et gothique d’avant-garde. Cet aspect était-il l’un des critères qui ont guidé ton choix ?
MM : Ce n’est pas vraiment l’un des premiers romans fantastiques à ma connaissance. C’est un roman qui s’inscrit directement dans la mouvance romantique de l’époque où le fantastique et l’aspect gothique étaient des éléments souvent inhérents au genre. Par contre, il est reconnu comme l’un des premier romans de science-fiction, qui vient de son rapport à la science et à son potentiel. Mais c’est davantage le regard d’une époque nouvelle sur la religion et la place de l’homme vis à vis de la nature qui m’intéressait : davantage les affres de Victor que de sa créature, en somme.

BDE : Ton graphisme fin et tes personnages chaleureux et doux contrastent avec la noirceur du récit. As-tu accentué cet aspect « à la Mignola » de ton style ou est-ce naturel ?

MM : J’ai accentué la noirceur et l’aspect gras du trait pour un ambiance lourde et sombre et pour que cela contraste avec un dessin que je sais par nature assez naïf. C’est ce contraste que j’aime. Je voulais que mes personnages restent, par le trait, dans cette « douceur » dont tu parles, précisément pour que leur coté « noir » contraste et puisse ressortir encore davantage.

BDE : Les regards de tes héros sont particulièrement saisissants. On ressent notamment toute la détresse, la détermination puis la folie de Victor rien que dans ses yeux… Quel est ton secret ? Ces « détails » sont-ils importants dans la recherche graphique d’un personnage ?
MM : Le regard est bien sûr l’une des chose les plus importantes pour moi. On sait que c’est une fenêtre sur l’âme, aussi c’est bien pratique pour exprimer les émois et le ressenti d’un personnage ( avec l’attitude du corps, etc.), mais dire que j’ai travaillé la chose, non. J’ai toujours fait des yeux relativement énormes par rapport au reste du corps et on me l’a bien souvent reproché, mais je pense sincèrement que ça sert l’expression et l’impression de vie même si ce n’est pas réaliste.

BDE : Tu réussis ainsi à retranscrire en quelques planches ce qui doit correspondre à plusieurs pages de description dans le roman. Etait-ce facile pour toi de découper le livre en 3 tomes de BD ?

MM : C’est la construction même du roman qui a décidé du nombre de tomes. On pouvait dégager dans ce dernier trois phases essentielles que Mary Shelley découpe par le biais des différents narrateurs. L’idée est très bonne, je l’ai gardée !

BDE : Tu avais déjà vécu une adaptation de classique avec Fracasse, plus libre peut-être. L’expérience a-t-elle été la même cette fois-ci ?
MM : Fracasse était effectivement une adaptation très très libre. D’ailleurs, le Tome 2 n’existe absolument pas dans le récit originel et je me suis fais bien plaisir. Frankenstein était dès le départ entendu comme une adaptation fidèle, il ne s’agissait d’un travail différent. Les personnages et le concept de base sont beaucoup plus engagés que dans Fracasse, même si Shelley a su faire passer le tout sous couvert d’une histoire pleine de péripéties et de suspens. La différence la plus marquée était de bien cerner l’aspect philosophique du roman à travers l’attitude et la posture des personnages. A ce niveau, il s’agit bien sûr de mon interprétation personnelle. Je ne dis pas que c’est celle de Shelley, et encore moins que c’est la bonne !

BDE : Comme pour Fracasse, tu t’es adjoint les services de Marie Galopin pour les couleurs. Partage-t-elle les mêmes goûts graphiques que toi ? Pourrais-tu prochainement faire toi-même la colorisation ?

MM : Marie s’adapte à mes goûts, ce qui ne l’empêche pas de mettre son grain de sel. Parfumé, inspiré. Elle est capable, et son travail en est la preuve, d’adapter ses couleurs en fonction du fond, du genre et du dessinateur, tout en gardant sa façon d’aborder les ombres, les aplats, les effets… Je ne suis pas certain d’avoir le sens de la couleur, mais j’aimerais bien m’y frotter dans l’avenir…

BDE : Après Frankenstein, as-tu une autre envie qui entrerait dans le cadre de la collection Ex-Libris ? J’ai entendu parler d’un grand classique français connu dans le monde entier…
MM : Pour l’instant rien n’est fait, aussi bien du coté de l’éditeur que de moi. Je ne veux pas m’enfermer dans le carcan de la seule adaptation, aux dépens de mes propres histoires. Pour autant, je retiens surtout de ce travail d’adaptation qu’il est le meilleur moyen d’apprendre mon métier tout en étant publié. Or il est certain que j’ai encore besoin d’apprendre la BD aussi bien du point de vue du scénario que du dessin. Ce qui est certain, c’est que si adaptation il y a, elle se fera dans la forme sous une autre facture : exit le pinceau !

BDE : Merci à toi !
MM : Pas de quoi !

Propos recueillis par Arnaud Gueury.

Interview réalisée le 12 février 2008.

Extraits du Tome 2

© Guy Delcourt Productions/Mousse
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags : , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*