Accueil » Univers BD Européenne » Interview BD européenne » Rencontre avec Pierre-Paul Verelst – Scénariste du Passeur

Rencontre avec Pierre-Paul Verelst – Scénariste du Passeur

Passionné de BD depuis toujours, Pierre-Paul Verelst a fait le choix à 34 ans de se lancer dans le grand bain tout en poursuivant son travail dans la finance. Trois séries à son actif plus tard, Bulle d’Encre a décidé d’en savoir un peu plus sur cet auteur belge à l’occasion de la sortie récente de sa nouvelle série, Le Passeur.

Chronique du Tome 1

Retrouvez des extraits de l’album à la fin de l’entrevue.


Bulle d’Encre : On a plus souvent l’habitude de lire des histoires sur la seconde guerre mondiale du côté des Alliés ou des Allemands mais jamais du côté des « neutres ». Comment t’es venue l’idée de développer ce récit original ?
Pierre-Paul Verelst : Pierre Paquet a eu l’idée d’un aviateur suisse faisant sortir des enfants juifs d’Allemagne. Il m’a demandé de créer une histoire autour de cela, et voilà ce qui est sorti de mon imagination. Je me suis documenté sur le rôle douteux de la Suisse avant et pendant la guerre, sur le sort réservé aux Juifs, sur le rôle des banques, et tout de même un peu aussi sur les avions…

BDE : Les premiers retours, que ce soit du côté de la presse ou du public, semble plutôt positifs. Qu’en est-il du côté de la Suisse ?
PPV : Je n’en sais strictement rien, mais cela m’intéresserait de l’apprendre… Le thème du rôle de la Suisse durant la guerre est je crois un peu tabou, même si il y a des livres, des documentaires et aussi des BD sur le sujet ! Les deux premiers IRS en parlent, mais se limitent au rôle des banques.

BDE : Tu ne te spécialises pas dans un thème précis puisque tu as trois séries à ton actif pour trois genres différents. Comment choisis-tu les thèmes à aborder pour les scénarios sur lesquels tu travailles ?
PPV : Il y a toujours des histoires d’argent (propre ou sale) dans mes récits et, comme je travaille dans le secteur financier depuis une dizaine d’années, je m’inspire de ce que je lis…

BDE : Romain Hugault a conseillé Brice Bingono au niveau du dessin aéronautique, t’a-t-il également conseillé en tant que directeur de la collection Cockpit au niveau du scénario ?
PPV : Romain a suggéré le Caudron Goéland comme avion du Passeur et m’a donné des renseignements techniques sur les engins que je mettais en scène (du genre l’autonomie, maniabilité : pas question de faire un looping vertigineux avec un Caudron, par exemple).

BDE : Le Passeur est ta troisième série aux éditions Paquet, tu deviens un scénariste incontournable de cette maison d’édition. Tu privilégies de travailler uniquement pour cet éditeur ou as-tu d’autres projets ailleurs ?
PPV : Un jour Pierre Paquet m’a dit : « je sais que tu as envie d’être édité chez un grand éditeur, mais moi je fonce. » Ma réponse a été : « j’ai envie d’être édité tout court, et c’est justement parce que tu fonces que je te fais confiance. » Cela ne m’empêche pas de humer l’herbe d’autres pâturages que ceux de Genève, et en ce moment j’ai un projet qui se présente plutôt bien chez un gros éditeur franco-belge. J’attends une réponse incessamment sous peu…

BDE : Le Tome 1 du Passeur paru en mai est déjà ton troisième album de l’année. As-tu d’autres titres à paraître pour 2008 ?
PPV : Oui, Think Tank T2, pour la fin août. C’est de l’action pure, avec toujours sa toile de fonds économico-financière. Le lecteur ayant aimé le Tome 1 adorera le Tome 2, et ce qui ne gâche rien c’est que Walther Taborda a donné le meilleur de lui-même sur ce coup là !!!

BDE : Merci à toi !!!

Propos recueillis par Nicolas Vadeau.

Interview réalisée le 12 juin 2008.

Extraits du Tome 1

© 2008 Paquet/Verelst/Bingono
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags : , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*