Accueil » Univers Comics » Chroniques Comics » Batman : Prédateurs nocturnes (Grayson & Lieberman, Dzialowski) – Semic – 9,90€

Batman : Prédateurs nocturnes (Grayson & Lieberman, Dzialowski) – Semic – 9,90€

Parution : 01/2005

Nul n’ignore que Gotham City est une ville où les prédateurs sont légion. Qu’ils aient les cheveux verts et le sourire aux lèvres ou qu’ils surplombent la ville assis sur une gargouille (ou un poteau électrique) habillés en chauve-souris, ils sont bien présents ! Mais parmi cette faune nocturne, on peut en observer de moins nuisibles, tel le tailleur, devenu fournisseur de costumes pour les drôles d’oiseaux qui peuplent la ville où le taux de criminalité est le plus haut des Etats-Unis. Ce dernier, alors qu’il aspire à une vie normale, une fois récupérée la garde de sa fille, voit son passé brusquement resurgir. La chair de sa chair est prise en otage dans le métro par un de ses anciens acolytes, persuadé qu’il a dissimulé le magot qui lui a valu à lui et aux autres un séjour en prison. Batman intervient, mais très vite le tailleur se retrouve seul pour régler ses comptes !
L’incursion de Jean-Jacques Dzialowski dans l’univers DC, si elle n’apparaît pas comme véritablement franche (en effet rares sont les vignettes où on le voit dessiner Batman), n’en est pas moins une réussite. Associé à deux ténors, A.J Lieberman et Devin Grayson, scénariste et romancier habitués des intrigues policières, il tire son épingle du jeu en illustrant des histoires certes mineures et isolées de la continuité de la série de l’alter ego de Bruce Wayne, mais qui n’en restent pas moins originales. Que ce soit en mettant en scène le tailleur ou bien Catwoman dans la seconde histoire qui compose ce recueil, il remplit amplement sa mission : montrer qu’il a du talent, qu’il est fan de comics (il a longtemps travaillé pour Semic) et tout à fait capable d’offrir un travail de qualité susceptible de plaire outre Atlantique. Son style qui s’est encore affiné depuis (on en attend la confirmation l’année prochaine avec l’édition des deux prochains épisodes de Groom Lake), colle particulièrement bien à l’ambiance glauque et urbaine du récit.
Un travail qui méritait amplement d’être mis sur le devant de la scène chez nous !

Ludovic Grignion

8.1 Bouton Commandez 100-30

Tags : , , , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*