Accueil » Univers BD Européenne » Chroniques BD européenne » Empire USA T3 & T4 (Collectif) – Dargaud – 10,40€

Empire USA T3 & T4 (Collectif) – Dargaud – 10,40€

Parution T3 : 10/2008 ¤ T4 : 11/2008

On continue sur le feuilleton BD de la rentrée de Stephen Desberg avec la sortie de deux nouveaux tomes. Pour le troisième, c’est Eric Juszezak qui s’y colle tandis que Griffo reprend du service sur le quatrième volet. J’évite de vous infliger une nouvelle fois le résumé complet de l’histoire (existant déjà dans chacun des opus de façon bien développée : une attaque terroriste, les USA deviennent un Empire et attaquent les autres nations et un homme peut l’empêcher mais il va se suicider) pour vous parler véritablement du contenu.
Premier point positif : Duane, le collègue du héros, a abandonné son parler Yoda particulièrement agaçant et peu crédible (des terroristes nous tuer vont, la vitesse-lumière enclencher nous devons… mourir si parler comme un con toi continuer). Second point positif : l’histoire avance mais il reste encore pas mal de zones d’ombre, surtout que le scénariste en ajoute de nouvelles, telles les pièces de monnaie ou la mort du Christ en flashback. Une dimension ésotérique serait-elle ajoutée ? Troisième point positif : Les personnages sont davantage creusés, bien qu’on reprochera d’en avoir un peu trop (moins que dans le bottin, certes, mais il y en a quand même pas mal à suivre).
Pour conclure : le terme série n’a jamais été mieux porté. Malgré des défauts évidents et bien visibles, on n’a qu’une envie… connaître la suite !

Anthony Roux

Les récentes élections outre-atlantique nous amènent à poser un regard différent sur le scénario du belge Stephen Desberg (Le Scorpion). En effet, la victoire de Barack Obama éloigne un peu le lecteur de l’Amérique puritaine des WASP mis en scène respectivement, dans ces troisième et quatrième tome, par Eric Juszenak (Dantès, Le Méridien des brumes) et Griffo (Ellis Group). Il n’en reste pas moins que l’on reste accroché à Empire USA dont tous les développements mis en place explorent les différentes facettes de la nation susnommée.
L’interrogation réaliste sur la problématique du terrorisme se voit quelque peu mise de coté par un retour sur les événements mystérieux présentés dans le premier tome déjà co-signé par Griffo. Outre la véritable nature de la pièce trouée que lui a légué sa mère, Gail Jared voit également ressurgir de son passé une femme aussi dangereuse et venimeuse que la dernière dont il s’est éprise, de quoi effectivement se tirer une balle sans parler de ses autres soucis avec IPCON ! Les conversations métaphysiques de Duane à propos de Star Wars, et les malheurs conjugaux de Saskia allègent l’ambiance lourde d’un récit qui louche de plus en plus vers fantastique et le religieux.
Empire USA se confirme comme une excellente série, une entreprise éditoriale pertinente. Vivement l’intégrale qui, espérerons, nous verra dispensés des pages de résumés à rallonge !

Ludovic Grignion

Ces deux tomes intermédiaires d’Empire USA remplissent très bien leur rôle. Je m’explique. D’un côté, on s’est habitué à la ribambelle de personnages qui nous sont plus familiers que dans les deux premiers titres. Du coup, l’histoire est plus agréable à suivre. De l’autre, l’intrigue évolue de manière à faire monter le suspense, et les interrogations du lecteur trouvent progressivement leurs réponses, jusqu’au cliffhanger du quatrième tome qui prépare à merveille le dénouement final. Là-dessus, le scénario est parfaitement maîtrisé par Stephen Desberg, qui échelonne bien les révélations et les coups de théâtre. Ce qui est bien également, c’est que, malgré la tonalité très sérieuse de l’ensemble, quelques pointes d’humour bien senties viennent efficacement agrémenter la lecture et dédramatiser certaines situations. En ce qui concerne le résumé présent au début de chaque opus, il est un peu agaçant car pas très varié, mais il accentue volontairement la ressemblance avec une série TV. C’est juste dommage qu’il prenne une trop grande place, même s’il est mieux amené dans le quatrième épisode, ce qui nous laisse un espoir pour la fin.
Un mot enfin sur le dessin, assez inégal, mais c’est logique puisque nous avons affaire à deux dessinateurs différents d’un album à l’autre. Chacun a ses qualités, mais le trait de Griffo étant légèrement plus fin que celui de Juszezak, le graphisme des personnages centraux s’en ressent. Ceci étant dit, ça ne constitue pas pour autant une gêne énorme à la compréhension de l’histoire.
Deux très bons épisodes qui font avancer le schmilblick tout en entretenant quelques zones d’ombre. Le dénouement promet d’être haletant !

Nicolas Raduget

L’avenir du monde dépend de Jared et de sa propension à appuyer sur la gâchette pour se suicider… ou pas. Telle la ritournelle, cette introduction se retrouve à chaque début d’album, s’enfonçant toujours un peu plus dans les souvenirs et les explications de plus en plus complexes des origines de ce monde qui tourne mal. Cette fois-ci, le passé du héros va ressurgir par l’intermédiaire d’une pièce trouée datant de plusieurs milliers d’années et l’origine de cet objet indiquerait une dimension ésotérique fort surprenante !
L’action continue à fortement dominer la série, les scènes se suivent à une vitesse effrénée, les plans changent aussi vite que l’on tourne les pages. Les lieux, les personnages, les époques, tout s’imbrique et donne parfois le tournis tellement cela va vite. Heureusement, les personnages qui gravitent autour de l’intrigue ne sont pas trop nombreux, évitant ainsi au lecteur de se perdre entre les différentes actions. Bien que dessinés par des auteurs différents à chaque tome (Eric Juszezak pour le Tome 3 et Griffo pour le 4), les traits gardent un rythme élancé et s’encombrent toujours aussi peu de décors trop détaillés. On se retrouve plongé dans l’action comme dans les séries télévisées où les détails de moindre importance sont mis de côté.
Empire USA est sombre, noir et met mal à l’aise par son réalisme… Dans l’air du temps…

Anna Sam

Les deux premiers tomes nous mettaient dans le bain, les deux suivants sont du même acabit et classent d’ores et déjà cette série dans la catégorie des thrillers haletants. Le casting des dessinateurs semble être réussi, les prestations se succèdent et offrent une certaine homogénéité malgré les différences caractérisant chaque auteur. Le récit, mêlant brillamment politique et action, tient en haleine le lecteur et remplit ainsi son objectif qui est de donner envie au lecteur de connaître la suite trois semaines plus tard. Le scénario de Stephen Desberg comporte malgré tout deux points faibles qui sont, à mes yeux, surprenants pour un auteur expérimenté. Le premier est qu’à chaque début de tome on a droit à un résumé qui utilise un nombre de pages qui aurait très bien pu servir dans une scène importante du récit. Le second point faible concerne les personnages secondaires et plus particulièrement les co-équipiers de Jared. En effet, Duane parlait à la façon de Yoda dans les deux premiers albums, même s’il a stoppé en partie de parler ainsi, son sujet de conversation principal n’a lui pas changé d’un iota : les Jedi. Quant à Saskia, sa situation de femme divorcée n’arrivant pas à gérer vie privée et vie professionnelle est caricaturée à l’extrême. Cela a pour effet de rendre ces personnages antipathiques alors que ce n’était certainement pas l’objectif.
Plus que quelques semaines avant de savoir si Jared appuiera ou non sur la détente et surtout si le jeu en valait vraiment la chandelle de suivre cette série, jusque là l’ensemble est convaincant.

Nicolas Vadeau

Chronique des Tomes 1 & 2

8.1 Bouton Commandez 100-30

8.1 Bouton Commandez 100-30

Tags : , , , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*