Accueil » Univers BD Européenne » Chroniques BD européenne » Empire USA T5 & T6 (Collectif) – Dargaud – 11,99€

Empire USA T5 & T6 (Collectif) – Dargaud – 11,99€

Parution T5 : 11/2008 ¤ T6 : 12/2008

La saison 1 d’Empire USA trouve son terme au sixième tome et, comme cela le laisse supposer à la fin de cet album, il y aura une seconde saison. Je concentrerai ma critique sur cette première saison partie sur les chapeaux de roues. Bien que l’idée de publier une série dans un court laps de temps ait déjà été éprouvée, nul éditeur n’avait pourtant publié autant d’albums en si peu de temps. Empire USA m’a semblé, dans un premier temps, soulever l’enthousiasme en montant crescendo, puis le soufflé est retombé petit à petit pour conclure son intrigue quasiment au ras des pâquerettes. D’un côté, ce sentiment m’est donné par une intrigue qui a complètement dérapé avec des révélations sur le personnage principal assez consternantes mais également par le fait que l’éditeur ait réalisé une énorme promo autour de la sortie de cette série mais n’a pas semblé la suivre dans le temps, la conclusion de cette dernière se faisant dans le quasi anonymat.
Une série au fort potentiel qui risque pourtant de ne pas rester dans les annales.

Nicolas Vadeau

On ne sait trop que penser en définitive d’Empire USA. Opération éditoriale d’envergure des éditions Dargaud qui essaye d’adapter de tous les points de vue à la bande dessinée le rythme trépidant des grandes séries télé américaines ? La découverte des deux derniers tomes, me donne l’impression d’avoir été quelque peu floué.
L’avant-dernier tout d’abord, qui met fin au suspens existant quant au suicide du héros Jared dès les premières pages à peine le résumé habituel de l’intrigue fait, déçoit. Graphiquement, le style de Daniel Koller se révèle moins bon que ceux des autres dessinateurs, le découpage très cadencé supposé faire monter la pression se voit atténuer par des personnages masculins principaux visuellement très ressemblant, ce qui nuit à la compréhension générale. Le développement ésotérique esquissé est quant à lui traité de façon déplorable pour ne pas dire qu’il passe à la trappe purement et simplement. Stephen Desberg en a sans doute trop fait ! Ces personnages finalement manquent d’épaisseur et restent archétypaux, avec les défauts déjà soulignés.
Le sixième épisode, qui curieusement apparaît autonome, nous réconcilie quelque peu avec ces mauvaises impressions, plus agréable à l’œil (c’est Henri Reculé qui reprend les opérations en main, sans arriver au niveau des premiers volumes de Griffo par exemple). Il réintroduit un sentiment de calme susceptible d’encourager les lecteurs à lire un second cycle déjà annoncé.
Assurément une série qui aura su décontenancer les amateurs de BD.

Ludovic Grignon

La première saison de la série Empire USA se termine avec ces deux tomes. Stephen Desberg met, dès le début de l’avant-dernier volume, fin au suspens sur le suicide de Jared et révèle même l’identité d’une des vies antérieures du héros. En contrepartie, il rajoute un nouvel élément surprise : mais où va avoir lieu l’attaque terroriste ? La secte islamiste prend finalement le contrôle de la situation et réussit à doubler les fanatiques américains désirant créer un Empire étasunien, sous la coupe de la loi divine. Les deux tomes sont une véritable course contre la montre pour éviter que le pire se produise.
Revenons maintenant à notre histoire de réincarnation. A part l’effet de surprise sur la révélation de cette identité (une identité d’ailleurs trouvée d’un battement d’un cil), on peut se demander quel est l’intérêt de la chose. Certes, il y a le côté rédemption mais quand même… La vie de plusieurs milliers de personnes en jeu suffit amplement à motiver un héros sans qu’on soit obligé de lui coller une quelconque dimension ésotérique. Surtout que la veine n’est pas vraiment exploitée (peut-être une piste pour la saison 2 ?). A part cet aspect, le lecteur est invité à plonger dans une grande machination où les enjeux politiques font et défont des vies humaines. Un peu trop caricatural à mon goût cependant.
La première saison d’Empire USA a le mérite de proposer un concept atypique dans le monde de la BD mais il aurait mieux valu ne pas trop s’engouffrer dans les stéréotypes, quitte à mettre un peu plus de temps entre deux volumes.

Anthony Roux

Empire USA nous a embarqué dans une grande course contre la montre où il aura fallu toute la détermination de Jared et de ses coéquipiers, des rencontres improbables et incroyables, des retournements de situation extrêmes, des victimes et des meurtriers. Il aura aussi fallu passer par une dimension ésotérique un brin décalée dans ce monde ultra réaliste.
Alors que j’étais quelque peu dubitative sur le « mais où va-t-on » de cette série, j’ai été surprise par la conclusion de cette première saison. Au final, ces six tomes auront permis de développer un scénario proche de ce qu’on peut découvrir en série télé, cette impression de vitesse, cette volonté de toujours aller de l’avant, de mettre de côté ses regrets et ses questionnements (même si Jared revient sur son passé quelques fois). Bref, toujours plus vite. Le seul vrai défaut que je trouve à cette série est l’inégalité au niveau des dessins et cette volonté de créer un décor un peu trop géométrique, trop froid. Ceci dit, cette atmosphère quelque peu aseptisée se rapproche encore une fois de certaines séries télé.
Alors, Empire USA saison 1, à lire ou pas ? Empruntez le premier tome et voyez si vous accrochez à l’univers. Si cette histoire de suicide et d’attentat contre les Etats-Unis vous intrigue, tentez l’expérience

Anna Sam

Le dénouement tant attendu arrive enfin ! Jared va-t-il se suicider ? La bombe va-t-elle exploser ? Les réponses sont dans les tomes 5 et 6. On pouvait légitimement penser que ces deux derniers albums seraient les plus fracassants, et qu’ils offriraient les meilleurs rebondissements. En les lisant, on se rend compte que ce n’est pas le cas. La résolution de l’intrigue est honnête, mais pas exceptionnelle, si bien qu’on en vient à préférer le suspense instauré dans les premiers épisodes. Certes, l’idée globale de Stephen Desberg était bien trouvée, et le mélange entre une trame réaliste (les espions contre les terroristes) et la science-fiction, qui était assez osé voire casse-gueule au départ, est plutôt bien maîtrisé. Le problème vient plutôt des grosses ficelles scénaristiques qui viennent tirer d’affaire nos héros. En cela, la série BD se rapproche bien des séries TV qu’elle a voulu imiter, en se souciant moins du réalisme de certaines scènes que de l’action et du sang. C’est sans doute volontaire mais un peu dommage car, du coup, on peine parfois à y croire et la série perd en crédibilité. Un mot enfin sur le dessin, qui reste disparate étant donné l’alternance entre les illustrateurs, mais qui, plus grave, donne parfois le sentiment d’être un peu bâclé. Si on voulait faire un mauvais jeu de mot, on dirait qu’il empire.
La première saison d’Empire USA touche à sa fin, et nous, on reste un peu sur notre faim.

Nicolas Raduget

Chronique des Tomes 3 & 4



8.1 Bouton Commandez 100-30



8.1 Bouton Commandez 100-30

Tags : , , , , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*