Accueil » Univers Graphiques » Interview Graphiques » Rencontre avec Michel-Yves Schmitt – Auteur de Ainsi danse

Rencontre avec Michel-Yves Schmitt – Auteur de Ainsi danse

Rencontré un peu par hasard au détour d’une séance de dédicace organisée en librairie, Michel-Yves Schmitt et son dernier album ont tout de suite su attirer mon regard. Finalement aucun regret et surtout une énorme envie de vous faire partager le plaisir que j’ai eu à lire Ainsi danse, un récit intimiste qui gagne à être connu.

Chronique de l’album

Retrouvez quelques planches à la fin de l’entrevue.

Bulle d’Encre : Deux mois après la sortie de votre album Ainsi danse, quels ont été les retours de la part du public et des professionnels ?
Michel-Yves Schmitt : Depuis sa sortie, j’ai eu quelques articles sympathiques sur divers sites BD où l’album semble bien apprécié, sur la forme comme sur le fond. La galerie de personnages parle apparemment à tous, ce qui me touche beaucoup. De la part des lecteurs aussi, lors de séances de dédicaces, certaines personnes ont même perçu des intentions que je n’avais pas forcément abordées, du moins consciemment. C’est troublant de voir le point de vue d’un lecteur sur un trait de caractère que je n’avais pas eu besoin d’exprimer.

BDE : Ainsi danse est votre second album en tant qu’auteur, sur quels points pensez-vous avoir progressé depuis Dérives ?
MYS : Je pense avoir amélioré aussi bien le scénario que le dessin. Mon trait est devenu plus réaliste, c’est certainement une conséquence d’avoir moins la trouille de dessiner les anatomies des personnages. Je me lâche aussi plus dans l’encrage et essaie de faire le moins de croquis possible pour garder la fraîcheur du trait.
Pour le scénario, j’aime particulièrement l’élaboration des dialogues, ça me motive et je peaufine à la virgule près avant d’être satisfait.
Mais avant tout, j’espère avoir surtout progressé dans la perception du sentiment humain, dans l’observation de la vie quotidienne des personnes qui nous entoure. Je tente de cerner ce qui parle à tous, ce qui arrive dans la vie de chacun, et j’espère que ça se ressent dans Ainsi danse.

BDE : Vous avez écrit à nouveau un récit sur la vie quotidienne, le thème de l’amour ne vous semble–t-il pas avoir été maintes fois développé par le passé ? Pour quelles raisons avez-vous choisi ce thème en particulier ?
MYS: Oui, l’amour est le sujet universel depuis la nuit des temps. Mais en a-t-on fait le tour pour autant ? Je ne sais pas. Les situations changent dès que l’on varie le point de vue. J’ai donc mis des personnes ordinaires dans un climat conflictuel à un moment charnière de leurs vies, où chacun, tentant de se dépatouiller de ses comportements naturels, prend plus ou moins conscience de ses faiblesses.
Le thème de l’intime me touche énormément. Voir vivre les gens et analyser leurs réactions face aux épreuves habituelles m’a toujours intrigué. On se retrouve forcément dans son voisin, et finalement la vie des autres relate notre propre vie. C’est bon de comparer ses tracas à ceux d’autrui, ça permet d’être moins nombriliste. ^^

BDE : Pour l’écriture de cet album, avez-vous puisé dans des expériences personnelles ?
MYS : Indubitablement ! ^^
Ma propre expérience, mes propres réactions influencent le fil du récit. En créant des situations conflictuelles ou inattendues pour ces personnages, j’essaie de voir comment ils s’en sortent, et même si pour autant je ne les ai pas vécues, mon vécu interfère dans leurs comportements.

BDE : Avez-vous déjà un projet en cours ? Si oui, pouvez-vous nous en dire un peu plus ?
MYS : J’écris en ce moment le scénario du Tome 2 du western La Poire en Deux réalisé avec le dessinateur Kernel, une nouvelle aventure d’Elmore Wood pour l’éditeur Paquet. Sinon, je dessine en ce moment les premières planches de la scénariste Isabelle Bauthian qui a déjà publié Effleurés chez Dargaud. On travaille sur un projet d’album parlant d’une femme à caractère rebelle se battant pour imposer son individualité dans le monde du travail. Isabelle traite des mêmes thèmes que moi, mais d’un point de vue féminin. J’avais depuis longtemps envie de me mettre dans la tête d’une héroïne sans savoir comment l’aborder. La perception d’Isabelle a résolu ce délicat problème. ^^

BDE : Justement en parlant de La Poire en Deux ou encore d’Isabelle Bauthian, prenez-vous autant de plaisir à écrire pour un autre dessinateur que pour vous-même ainsi qu’à dessiner le scénario d’un autre scénariste ?
MYS : Oui, c’est en effet un réel plaisir. Lorsque j’écris pour un autre dessinateur, c’est pour m’embarquer dans un récit contrastant vraiment avec mon univers principalement intimiste. J’aime aussi d’autres univers comme l’aventure, le comique, l’absurde et je pars avec bonheur dans des délires, des intrigues qui n’ont rien à voir avec ce que je fais habituellement, c’en est une réelle récréation, une bouffée d’oxygène qui me permet de ne pas tourner en rond sur un thème unique. En plus, Cédric possède un trait résolument dynamique qui permet toutes les audaces scénaristiques et humoristiques. Alors, je n’ai aucune gêne de bâtir une histoire totalement foutraque. ^^
Isabelle quant à elle possède un univers proche du mien sans avoir mes tics d’écriture et de construction. C’est en cela qu’elle m’apporte du neuf. Elle a un découpage, un rythme différent de mon approche du récit et c’est donc très enrichissant de se laisser guider en terrain moins balisé.

BDE : Merci à vous !!!

Propos recueillis par Nicolas Vadeau

Interview réalisée le 8 janvier 2009.

Extraits de l’album

© 2008 La Boîte à bulles/Schmitt
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags : ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*