Accueil » Univers BD Européenne » Interview BD européenne » Rencontre avec Jean-David Morvan et Philippe Buchet – Auteurs de Sillage

Rencontre avec Jean-David Morvan et Philippe Buchet – Auteurs de Sillage

« Excusez mon impertinence… Mais comment supportez-vous cette vie? N’avez-vous pas envie de vous accomplir?! De ne plus être si… si dominées par des mâles?
– Je vois dans cette question reparaître l’étrangère… Tu considères notre vie de l’extérieur, et la juges un peu vite, peut-être. »

2008 a été une année placée sous le signe du Japon pour les aventures de Nävis. Entre un Monde flottant très proche de l’esprit nippon et des Chroniques réalisées uniquement par des dessinateurs japonais, Jean-David Morvan et Philippe Buchet ont imprégné leurs séries de leur amour de ce pays. Lorsque nous avons rencontré les deux auteurs, profitant de la venue de Philippe en France, nos questions étaient prêtes. Pourtant la discussion a très vite dévié vers… le Japon et sa culture ! Retour sur un instant privilégié en leur compagnie.

Chroniques du Tome 11 de Sillage et du Tome 5 des Chroniques de Sillage

Retrouvez les premières pages de Monde flottant à la fin de l’entrevue.

Bulle d’Encre : Bonjour ! Revenons pour commencer sur le dernier album de Sillage, sorti il y a quelques temps. Après 11 volumes, la passion vous anime toujours ?
Philippe Buchet : Ah oui ! Au début, on voulait en faire 30 ou 40, alors si on est déjà fatigué après 11…
Jean-David Morvan : Quand on a commencé cette série, on s’en souvient bien avec Philippe, on s’était dit qu’on ne prenait qu’un seul être humain, en changeant d’univers à chaque fois, dans des albums auto-conclusifs (ce qui était rare à l’époque). On savait qu’on avait peu de chance de se lasser, mais on pensait en faire 3 ou 4. C’est pour ça qu’on avait écrit la fin, au cas où ça ne se serait pas vendu. Mais on a de la chance, et peut-être l’audace de changer à chaque fois, sans se dire « tiens ça a bien marché, on va le garder ».
PB : Prendre ce risque-là, c’est bien. D’une certaine manière, on les fait comme si ça ne marchait pas. On les fait parce qu’on en a envie. En en vendant 10 fois moins, ça ne changerait finalement rien.
JDM : A part que ça me permet d’aller au Japon ! Et on a la chance de vivre à l’écart, Philippe à Tokyo, moi dans ma cave à Reims, loin de personnes bien intentionnées mais qui nous diraient « c’est génial ce que vous faites » ou « faites attention, ceci cela »…
PB : D’être au Japon, je ne lis pratiquement plus de BD, sauf les mangas que reçoit un traducteur qui partage mon studio. Je suis devenu accro à Zipang, par exemple. Il y a un travail de documentation historique tellement faramineux que je me dis que je ne pourrais jamais faire un truc pareil ! C’est aussi très dense visuellement. Du coup, quand je lis des BD, je suis frustré. Ça me paraît court, ça raconte tellement peu de choses… Alors que dans Zipang, qui marche assez peu en France, le scénariste ajoute au fantastique un questionnement sur l’âme japonaise. C’est donc très intéressant à lire de l’extérieur.

BDE : Avec l’âme japonaise, on en revient un peu au dernier tome de Sillage ?
JDM : Oui, il y a un peu ce message qui transparaît dans l’album. On le dit un peu à travers d’autres personnages, nous on est des gaijins (des étrangers). Cette révolution, ce qu’est le Japon, on le voit mais on n’a pas à l’influencer, ça ne nous regarde pas. C’est un peu le message subliminal de l’album. Je ne pense pas qu’on soit des fans béats du Japon, on sait qu’il y a des problèmes. C’est pas le meilleur pays du Monde, socialement c’est la misère, comme la France, comme partout.
PB : Le truc qui est énervant quand on habite au Japon et qu’on croise des Français, c’est qu’il y a deux genres : ceux qui sont fans et qui trouvent tout merveilleux et ceux qui prennent les Japonais pour des cons. On est bien au Japon ou on ne l’est pas, mais il n’y a pas plusieurs vérités. Et dans un sens ou dans l’autre, on n’a pas à juger.
JDM : C’est d’ailleurs quelque chose qu’on peut dire de tous les pays. Dans Naja, j’ai écrit quelques lignes sur les Japonais, pourquoi Naja ne les aime pas. Certains se sont dits « tiens, on croyait que Morvan adorait le Japon, c’est bizarre ».

BDE : On s’est aussi dit que c’était une facette différente que tu nous montrais là.
JDM : Oui, et si j’avais mis un personnage béat d’admiration, j’aurais trouvé d’autres arguments. Mais c’est plus amusant d’écrire des saloperies !

BDE : Comment vous situez-vous justement entre ces deux extrêmes ?
PB : Moi, j’aime bien le Japon, sans être un fan absolu. Pour rien au monde, je ne travaillerai pour des Japonais, c’est infernal, l’abnégation totale. Mais toute la vie courante, la vie familiale, est plus détendue. J’aime le côté ordonné du Japon. Vous me direz que c’est pareil en Allemagne, mais je suis Ardennais, je ne pourrais pas, ce serait renier mon grand-père ! (rires)
JDM : Tiens, sur le même sujet, une autre contradiction au Japon : on peut trouver en vitrine de librairie un grand livre avec une croix gammée en couverture, Ce que les Nazis ont apporté au monde moderne, impensable chez nous. Ou des figurines 12 pouces de Goering ou Rommel, avec différents uniformes…
PB : Pour eux, c’est normal. Ils n’ont pas le même vécu. Une maquette de Messerschmidt, ils ne savent même pas à quoi ça a servi, que ça a brûlé des Juifs. Ils ont une vision naïve de super-soldats, avec un sens des valeurs. Il y a d’ailleurs encore une influence dans les mangas, notamment pour les uniformes de séries de SF.
JDM : C’est un peu pareil aux Etats-Unis car ils n’en ont pas souffert et ne les ont pas vu chez eux. Pourtant ça reste l’ennemi ultime dans les fictions et ça a mis du temps à changer.
PB : Sans eux, il se ferait ch…, Hellboy !

BDE : A sa décharge, le Japon est longtemps resté isolé.
JDM : Oui, surtout quand ça l’arrangeait. Quand les Samouraïs sont allés envahir la Corée, ils en ont profité. Les Coréens ne les aiment toujours pas depuis. Ils ont aussi envahi la Chine, la Russie… C’est comme ça, c’est l’Histoire. Et c’est très intéressant à creuser.

BDE : C’était un Empire, d’autres ont aussi un lourd passé.
JDM : Oui, pas meilleur ni pire qu’un autre. La différence est que pour eux le perdant n’est rien, il ne mérite rien. C’est pour ça qu’ils ont tant fait souffrir les prisonniers. On a l’exemple du Pont de la rivière Kwai avec les soldats britanniques.
PB : C’est l’esprit samouraï : « Vaincre ou mourir ». Si tu es vaincu mais que tu n’es pas mort, tu n’existes plus.
JDM : Paradoxalement, ça les a sauvés. Sortir vaincus de la deuxième guerre mondiale, ça les a forcés à changer leur mode de vie. Ils ont accepté de n’être plus rien et ils sont partis dans une nouvelle direction.
PB : Du coup, une petite partie de la population est très anti-américaine, avec Hiroshima et Nagasaki, mais l’autre partie est pro-américaine car ils pensent qu’ils seraient encore englués dans leurs traditions sans eux et qu’ils leur doivent leur modernité et leur industrialisation.

BDE : Pour revenir à Monde flottant, les influences sont-elles uniquement japonaises ?
JDM : Non, les noms sont chinois par exemple.
PB : D’ailleurs les légendes japonaises sont souvent très imbriquées avec celles de Chine, qui a longtemps été une puissance scientifique évoluée. On leur doit beaucoup.

BDE : Pour le prochain tome, on en sera donc très éloigné ?
JDM : Absolument, ça commencera d’ailleurs dans une ville…
PB : Chut !
JDM : (rires) Ça se passera dans une zone franche avec des voleurs partout.
PB : On peut facilement imaginer une planète ou un astéroïde où il n’y a pas la législation de Sillage et où les criminels se retrouvent.

BDE : Encore un univers qui n’a pas été exploité !
PB : Oui, ça va être une histoire avec des personnages hauts en couleur, des pirates de l’espace, des mercenaires…

BDE : En se lançant sur autant de tomes, est-ce qu’arrivé au numéro 11, on se dit qu’il y a encore de la matière pour la suite ?
PB : Largement. Largement ! Il y aura toujours un truc à trouver.
JDM : Et on aime nos personnages.
PB : On en parlait, sur cette ambiance pirate ou western. C’était un mélange et puis on est parti sur un peu autre chose. Mais j’avais aussi l’idée de faire un vrai western, avec tous ses codes, les villes, les mines, les animaux… Ce côté pionnier, un peu brut.
JDM : On le fera ! Ce sera le moyen de revenir au steampunk.
PB : Le fait d’explorer toutes ces planètes à différents degrés d’évolution nous autorise tout.

BDE : Même avec les changements des derniers albums ? Nävis a beaucoup changé.
PB : Oui, car elle est le fil conducteur de toute la série, c’est elle qui est l’élément essentiel mais on fait ce qu’on veut du décor.
JDM : Tout dépend de ce que Philippe veut dessiner !

BDE : Pourtant vous ne l’avez pas gâtée, votre héroïne !
JDM : C’est vrai. Mais je trouve justement que les derniers albums sont plus tenus que certains qui faisaient plus one-shots. Notre éditeur se disait que ce serait bien d’avoir une histoire à suivre. C’est presque ce qu’on a fait entre le 9 et le 10, sauf que c’est une fausse suite. Le dernier fait un bloc commun avec ceux-là, mais à partir du prochain ça change vraiment, avec un nouvel employeur, etc. On fera quand même revenir les personnages connus.

BDE : Justement, il y a peu de nouveaux personnages au fil des tomes. Ceux qui sont présents depuis le début semblent suffisamment étoffés pour soutenir l’action.
JDM : Oui, à part Juaiz qui arrive au Tome 4 en remplaçant Rib’Wund.
PB : Mais il était déjà présent.
JDM : Il y en a aussi qu’on n’a pas encore fait revenir, comme Monéva et Beampte, toujours dans le 4. Avec Philippe, on les aime bien. On sait qu’ils vont revenir, mais on ne sait pas quand. C’est l’avantage d’une saga.
PB : C’est intéressant aussi de placer des petits personnages pour un côté pratique, et après, en sachant qu’il faut un personnage avec tel caractère, se dire « pourquoi pas lui ? ». Il est déjà là, mais on ne sait rien de lui, on ne sait pas ce qu’il pense, et on lui trouve un rôle après. Un peu comme le soldat proche de Juaiz, à moitié tigre, le capitaine Konhen. Pour l’instant on le voit peu, mais il pourrait s’étoffer, en lui donnant de l’ambition, en le faisant remplacer Juaiz, etc.
JDM : Philippe le fait souvent. Quand il en dessine un, il voit comment il pourrait être réutilisé et quelle place il pourra prendre. Ça permet parfois de se sortir d’une situation un peu bloquée, comme ça m’est arrivé sur le Tome 2 de Nomad.

BDE : Ça offre aussi une continuité dans la série, en donnant envie de se replonger dans les tomes précédents.
JDM : Je me suis rendu compte avec le Tome 6, que j’aime beaucoup sur son concept, que les lecteurs avaient été déçus car, à part Nävis et Snivel, il n’y avait pas d’autres personnages connus. Ils se sont sentis orphelins.

BDE : Et pourtant ça avait un côté intimiste qui changeait des autres univers.
JDM : Tout à fait.
PB : On avait le désir pour cet album de faire une parenthèse avec un pulp de science-fiction : le héros qui s’écrase sur une planète, change tout, fait la révolution, répare son vaisseau et rentre chez lui. Le vrai héros qui sauve le monde, mais pas le sien ! Ce tome était un peu entre deux histoires qu’on voulait raconter.

BDE : C’est aussi l’avantage d’avoir une vision de la série à long terme. Le rythme peut être défini à l’avance.
JDM : Oui. On ne sait pas tout ce qui va être raconté, mais on a au moins l’ambiance. Par exemple, prochainement, on sait qu’on aura une très grosse révélation. Pas dans le Tome 12, peut-être pas encore dans le 13… Quelque chose qui doit se préparer à l’avance et qu’on ne pourra amener que quand ce sera le bon moment.

BDE : C’est sur ce mystère que nous vous disons à bientôt. Merci beaucoup de nous avoir consacré tout ce temps et bonne continuation !
JDM & PB : Merci à vous, c’était sympa !

Propos recueillis par Arnaud Gueury et Anna Sam.

Interview réalisée le 26 octobre 2008.

Premières pages de Sillage T11


© 2008 Guy Delcourt Productions/Morvan/Buchet
Photo © BDE
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags : , , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*