Accueil » Univers BD Européenne » Interview BD européenne » Rencontre avec Michaël Lozé & Co – Auteurs des Chansons des Fatals Picards en BD

Rencontre avec Michaël Lozé & Co – Auteurs des Chansons des Fatals Picards en BD

Fans de Superbus, cet article n’est pas pour vous ! Les Fatals Picards font maintenant des bulles (comme le pape, mais avec le préservatif en plus). Difficile d’évoquer ce groupe de musique sans faire d’humour, de jeux de mots, de partir dans des délires… Mais finalement, l’humour, les jeux de mots, les délires, ça ne pourrait donc pas se retrouver dans une BD ? Vous avez déjà la réponse car vous avez pu lire le titre de cet article (si vous ne l’avez pas fait, merci de le faire, il n’a pas été écrit pour rien) et puis de toute façon, y’avait aucune raison qu’on parle d’un groupe de musique sans lien avec la BD sur Bulle d’Encre (surtout que nous aurions préféré nous consacrer à Bernard Lavilliers). Logique implacable, non ?
Mais déjà, les Fatals Picards, vous connaissez vraiment ? Ce groupe français s’est fait réellement découvrir par le grand public pour sa participation à l’Eurovision et sa chanson L’Amour à la française (le résultat du concours montre qu’ils n’étaient pas assez ringards pour gagner). Ils n’ont pas chanté que ça, sinon leur BD aurait été très courte et nous pouvons donc citer quelques titres comme 30 millions de punks, Mon père était tellement de gauche, La Sécurité de l’emploi ou plus récemment C’est l’histoire d’une meuf, parodiant ces célébrités qui font des concerts humanitaires pour se faire voir.
Et la BD dans tout ça ? Nous y arrivons… Le dessinateur Michael Lozé, avec le soutien du groupe, a travaillé autour de ce projet et a recruté une petite équipe de scénaristes : Arnaud David-Verdoncq, Petit Basque, Ch’rouennais et moi-même (Anton). Laurent Honel, guitariste des Fatals Picards, est venu en renfort et a mis sa plume au service de cette noble cause. Le projet a vu son aboutissement quand Lisa Libourel et Cécile Stocker, fondatrices et responsables de la maison d’édition Adalie, ont décidé de lui donner une chance et de sortir un album.
Rencontre avec différents acteurs de ce projet original.

Michaël Lozé, dessinateur

Bulle d’Encre : Tu as coordonné cet album, peux-tu nous expliquer l’origine de ce projet ?
Michaël Lozé : Le projet a débuté en 2007 suite à plusieurs événements. Une rencontre avec les Fatals qui m’a donné envie de faire des planches plus abouties que celles que j’avais réalisées précédemment sur le forum du groupe pour m’amuser. Une deuxième rencontre avec le groupe où Laurent m’a suggéré de produire un album complet avec les Fans suite à la lecture de la première adaptation de Punk à Chien. Je dis bien produire car la solution était plus dans l’optique d’une auto-production ou d’une publication amateur. Un dernier point crucial fut quand un des scénaristes me démontra qu’on pouvait adapter Commandante en BD !

BDE : De l’idée à l’aboutissement, comment cela s’est-il concrétisé ?
ML : En 2 ans, nous sommes passés d’un projet amateur à un album édité. Comment en arriver là ? Du travail, des rencontres, de la chance et de la patience. Du travail, car j’ai un emploi « normal » aux antipodes de l’univers de la bande dessinée, donc le plus gros du projet s’est fait le soir, les week-ends et durant mes congés. Des rencontres, car il faut apprendre à connaître les artistes dont vous adaptez l’œuvre, de plus parmi les fans qui les entourent vous pouvez rencontrer des personnes pleines de ressources et d’énergie à partager, on y trouve même des scénaristes et des éditrices ! De la chance, cela va un peu de paire avec les rencontres, mais je crois que ce projet est né sous une bonne étoile. De la patience enfin, car il parait que j’en aurais eu, mais ça, ce n’est pas à moi de répondre…

BDE : Quel accueil penses-tu recevoir, que ce soit de la part des fans du groupe ou des lecteurs de BD ?
ML : Je pense que cet album surprendra les lecteurs, fans ou non du groupe. La BD possède deux approches. Pour les fans, c’est évidemment voir les chansons en image mais aussi retrouver un esprit « fatal picard » sur l’ensemble de l’album. Pour les lecteurs de bd en général, cet album est en soit une première, à ma connaissance, car la plupart des albums d’adaptation de chansons sont des collectifs de dessinateurs et scénaristes, il n’y a pas de lien entre les chansons adaptées. Notre approche offre une vision plus large qu’un simple étalage de titres, les univers se croisent au même titre que les personnages d’une chanson peuvent se retrouver à tout moment dans une autre chanson.

BDE : Et pour la suite ? Un deuxième tome en préparation ou un autre projet ?
ML : Un Tome 2 ? Comme [me] l’a souligné Petit Basque (le scénariste de Commandante), il reste de nombreuses chansons à adapter, reste à savoir si une intégrale des chansons serait un projet sérieux…. Sinon, oui, un Tome 2 a été évoqué, mais laissons l’album actuel trouver son public avant de se pencher sérieusement sur un tel projet.
D’autres projets, oh oui beaucoup ! (au moins 2…) J’avais un univers personnel que j’ai hâte de retrouver avant toute chose et qui bénéficiera de l’expérience acquise durant la création de cet album.

Arnaud David-Verdoncq (alias Picarno), scénariste

Bulle d’Encre : Comment as-tu été intégré à ce projet ?
Arnaud David-Verdoncq : Il y a environ 2 ans, Michaël avait lancé un « casting » de scénaristes sur un forum de fans des Fatals (forum aujourd’hui disparu…sniff). J’ai proposé ma candidature, et il m’a embauché. Il y a eu de suite un vrai feeling avec Michaël, dû principalement à des références humoristiques identiques (Desproges, The Blues Brothers et bien sûr les Fatals).
Ensuite ma réputation de Mister « jeu de mot pourrave » sur le forum des FP a fait le reste (rires). S’en sont suivies beaucoup de soirées-discussions sur MSN pour mettre en place le projet. Trop d’ailleurs… aux dires de mon épouse (rires). Pour finir, ayant toujours été un gros lecteur de BD (de Franquin à Margerin en passant par Fluide Glacial), j’étais très heureux d’être associé à ce projet. Faire modestement partie de cette aventure fut un vrai plaisir, presque un rêve de gosse.

BDE : En tant que novice, comment t’es-tu glissé dans la peau d’un scénariste ? Quelle a été ta façon de travailler ?
ADV : L’idée première a été de coller le plus possible à l’esprit « Fatals » dans l’écriture du scénario (fan du groupe depuis 2001, cela n’a pas été le plus difficile) tout en gardant en tête que la BD n’était pas uniquement destinée à des inconditionnels du groupe. Trouver la parfaite alchimie n’était pas aisée. L’avenir nous dira si cette « mission » a été menée à bien… ou pas.
Ma ligne directrice pour l’écriture a été la suivante : associer au mieux les textes de la chanson (Dors mon fils) à ma marque de fabrique : le jeu de mot à deux balles (30 centimes pour les europhiles). Par contre, d’un point de vue « technique », je ne connaissais rien. Mais Michaël a su me donner des conseils sur cet aspect là. Eh oui, comme tu le dis, j’étais un vrai novice, effectivement. Et comme le dit le slogan Ikea « Que seraient nos meubles sans nos vis ? ».

BDE : Est-ce que ça t’a donné envie de refaire de la BD ?
ADV : Après une telle première expérience, ça donne bien évidemment envie de continuer. D’ailleurs, toujours avec Michaël (heureusement que son prénom n’est pas une marque déposée sinon ça me coûterait un max…), nous « sévissons » sur le net avec le blog de Raymond, pilier de bar et penseur (si, si, c’est compatible).
D’autres projets sont en gestation, ils sont classés « confidentiel défense ». Bon allez, je veux bien te parler d’un seul : nous ne ferons pas l’adaptation en BD des chansons de Superbus. Je sais, c’est dur mais c’est la vie. En conclusion, mon avenir en tant que scénariste de BD restera au stade de loisir. Je n’ai aucunement envie d’en faire mon gagne-pain. C’est vraiment trop mal payé (rires).

Laurent Honel, musicien-scénariste

Bulle d’Encre : Un Fatal Picard ! Comment le groupe a-t-il accueilli ce projet ? Est-ce qu’il y a eu des désaccords à ce sujet ?
Laurent Honel : J’ai été le premier avec Jean-Marc – le batteur du groupe – à prendre connaissance du projet. Michaël Lozé était rentré en contact avec nous lors de l’un de nos concerts, cela doit faire deux ans, pour nous présenter des planches qu’il avait crées d’après nos morceaux. J’ai trouvé l’idée vraiment motivante, et le fait que des gens puissent se servir des textes de nos chansons pour en faire des bandes dessinées me paraissait à l’époque vraiment incroyable. Avec le temps, Paul et Yves ont fini par jeter un œil sur les premières planches que Michaël nous apportait à mesure que le projet prenait corps et, même si ils ont suivi cela de loin, ils adhéraient totalement à cette démarche : nous n’avons d’ailleurs jamais eu à régler le moindre désaccord à ce sujet… hum… si… Il y a juste eu l’histoire de la moustache de Jean-Marc… et puis celle des muscles de Jean-Marc… des vêtements de Jean-Marc… de la batterie de Jean-Marc… Mais il faut le comprendre, Jean-Marc est quelqu’un de très tatillon, et c’est la première fois que Michaël dessinait des Jean-Marc…

BDE : Comment le musicien a-t-il endossé la casquette de scénariste ? Aimerais-tu travailler à nouveau sur une BD, pas forcément sur le groupe ?
LH : En réalité, je ne suis pas scénariste sur ce projet, mais plutôt l’équivalent de la fille en maillot de bain et à la poitrine aguicheuse qui ondule son corps avec sensualité sur les rings de boxe pour annoncer le prochain round. J’avais suggéré l’idée d’intégrer quelques transitions entre les histoires, soit sous la forme d’anecdotes concernant le groupe, soit sous la forme de textes humoristiques ayant un rapport avec la chanson… Alors pour ce qui est de travailler vraiment sur un scénario de bande dessinée pourquoi pas, mais il faudrait quelque chose du même niveau que Tintin au Congo… Un truc humaniste, qui véhiculerait un message de tolérance dans un monde où le racisme serait exclu… Ou Tintin au Pays des Soviets… un truc sans préjugés…

Lisa Libourel et Cécile Stocker, éditrices

Bulle d’Encre : Vous venez de vous lancer dans l’aventure de l’édition et avez choisi pour débuter cet album. Pourquoi ?
Lisa Libourel & Cécile Stocker : Tout d’abord il y a eu une rencontre très positive avec Michaël et Arnaud. C’est d’ailleurs grâce à ce projet et la confiance de Michaël et Arnaud que nous avons réellement pu nous lancer, car ils nous ont fait confiance alors que nous débutions… En outre la BD était quasiment finie, donc pas d’attente entre création de la maison d’édition et vente de la BD. De plus, nous croyons aussi à fond à ce projet, et nous ne sommes pas les seules ! Le projet a reçu beaucoup de soutien de la part des Fatals, ce qui permet une diffusion originale, notamment par le biais des concerts, puisque notre BD sera vendue à la fin de la majorité de leurs concerts !

BDE : Est-ce que c’était risqué de miser sur un groupe qui n’est pas forcément connu de l’ensemble du grand public ?
LL & CS : Il faut quand même savoir que sur Facebook, il existe un groupe qui compte près de 15000 fans des Fatals ! Donc le public est parfois plus large que nous pouvons nous l’imaginer ! Les Fatals Picards, c’est un groupe qui remplit les salles de concerts comme l’Olympia, qui a vendu plusieurs dizaines de milliers d’albums de Pamplemousse Mécanique et qui vient de sortir Le Sens de la gravité, un album qui peut leur permettre de toucher un nouveau public grâce aux musiques et textes magnifiques.
Nous avons donc choisi un mode de diffusion sur mesure, en ne nous contentant pas de passer par les Fnac et les réseaux habituels, mais en proposant également la vente sur les lieux de concerts, et la diffusion de la BD via le net grâce à notre site permettra également une meilleure publicité.
Pour finir, cette BD n’est pas réservée qu’au public du groupe, la qualité des dessins et des scénarios en font une BD tout public comme l’a dit Michaël tout à l’heure !

BDE : Après cet album, souhaitez-vous retravailler avec les Fatals Picards ou un autre groupe ? Ou sinon, préférez-vous lancer de nouveaux projets sans rapport avec la musique ?
LL & CS : On veut avant tout se diversifier et les projets que nous avons vont dans ce sens puisque nous prévoyons de sortir un roman, une bd d’humour et un ouvrage jeunesse entre autres… En revanche nous retravaillerons bien sûr avec un immense plaisir avec les Fatals Picards des que l’occasion se présentera à nouveau, et avec Michaël aussi évidemment ! Quant à d’autres groupes de musique, pourquoi pas, selon les propositions et projets, c’est un univers très riche, alors l’avenir nous le dira et nous restons ouvertes à toute proposition dans ce sens.

Propos recueillis par Anthony Roux.

Interview réalisée le 24 avril 2009.

© Editions Adalie/Lozé
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags : , , , , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*