Accueil » Univers Comics » News Comics » G.I. Joe : Le Réveil du Cobra

G.I. Joe : Le Réveil du Cobra

Date de sortie : 5 août 2009
Réalisateur : Stephen Sommers
Acteurs : Dennis Quaid, Channing Tatum, Marlon Wayans, Sienna Miller, Rachel Nichols, Adewale Akinnuoye-Agbaje, Saïd Taghmaoui
Scénaristes : Stuart Beattie, Skip Woods et David Elliot
Créateur : David Breger
Producteurs : Lorenzo di Bonaventura, Bob Ducsay, Stephen Sommers
Durée : 2h00
Genre : Action, Science Fiction, Aventure
Année de production : 2009
Tous publics
Distribué par : Paramount Pictures France

Nouvelle page 1

8.1 Bouton Commandez 100-30


McCullen, héritier d’une longue lignée de fabricants d’armes, vient de faire la démonstration de sa toute dernière création : des nanites capables de dévorer le métal et de se répandre à l’infini. Disponibles en roquettes, prix à débattre. Une bonne affaire, l’ONU en commande 4 ! Chargés de convoyer la précieuse cargaison, des soldats américains vont affronter une équipe de voleurs redoutables voulant mettre la main dessus. Grâce à leur courage, deux seulement y survivront, sauvés par l’arrivée d’un groupe inconnu. Pour finir leur mission, ils vont être amenés en Egypte, au cœur de la base de cette armée composée des meilleurs éléments du monde. Le général Hawk leur présente les G.I. Joe ! Pour se garantir d’en faire partie, Duke va les mener sur la piste de la Baronne, son ex-fiancée, un membre éminent de l’organisation criminelle Cobra avec qui les retrouvailles étaient tendues…
Autant le dire tout de suite, ce film n’est pas fait pour accumuler les Oscars ! Blockbuster assumé, il garantit de remplir le cahier des charges de la production en accumulant les scènes d’action, les morceaux de bravoure, les rebondissements, les vilains méchants traîtres et les héros intrépides. Mais en se disant qu’on assiste à la projection d’un film tenant plus du dessin animé que du film d’auteur, restant au premier degré sans jamais chercher à s’en éloigner, on peut se laisser entrainer dans ces aventures rocambolesques et ahurissantes. Avec un solide casting et un rythme effréné, le film se permet même de passer outre les nombreuses invraisemblances. Stephen Sommers (La Momie, Van Helsing) se tire assez bien d’une licence qui lorgne le succès de Transformers, une autre série de jouets ayant réussi le passage sur grand écran. Moins réussi tout de même, car là où Michael Bay assumait le second degré et le délire de son sujet, Sommers reste dans le (relativement) réaliste. On appréciera par contre de ne pas subir un énième film faisant la propagande de l’armée US puisque l’équipe se veut internationale et indépendante. Annoncé comme une trilogie, le numéro 2 est déjà annoncé pour 2011.
Pour rappel, la série est tirée d’un comics né de la plume de David Breger en 1942 dans un magazine de l’armée, vite adapté au cinéma en 1945 (avec Robert Mitchum). Puis est venu le temps des jouets dans les années 60, Hasbro changeant le simple soldat américain Joe en une équipe de héros. Depuis, plusieurs comics se sont succédés, chez Marvel de 1982 à 1994 (G.I. Joe : A Real American Hero), Image Comics en 2001, Devil’s Due de 2001 à 2008 (notamment un cross-over avec Transformers) et enfin IDW Publishing (G.I. Joe : Origins).
Pour peu qu’on laisse son cerveau à l’entrée du cinéma, G.I. Joe vous fera passer un bon moment de détente.
Arnaud Gueury

Tags : ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*