Accueil » Univers BD Européenne » Interview BD européenne » Rencontre avec Eric Henninot – Dessinateur de XIII Mystery

Rencontre avec Eric Henninot – Dessinateur de XIII Mystery

« Appelle-moi Elroy! C’est un ordre! A propos, c’est quoi, ton prénom?
– Euh… Jones!
– Jones comment?
– Jones tout court, Major Elroy! »

L’excellent festival Quai des Bulles a été l’occasion de rencontrer le dernier dessinateur en cours de la série dérivée XIII Mystery. En succédant à Ralph Meyer et Philippe Berthet, avant François Boucq, Éric Henninot rejoint la famille des auteurs participant à l’aventure. Avec son style graphique précis et réaliste, il a quitté sans effort apparent l’univers plus fantastique de Carthago, la série qui l’a révélé et sur laquelle il s’apprête à revenir.

Chronique du Tome 3

Retrouvez les premières pages de l’album en fin d’interview.

Bulle d’Encre : Bonjour ! Étiez-vous un fin connaisseur de la série avant de réaliser cet album centré sur Jones ?
Éric Henninot : Disons que je l’ai relue pour faire l’album. Mais sinon je ne suis pas du genre à connaître par cœur qui a fait quoi et tous les rebondissements. Comme beaucoup de monde, j’ai suivi la série jusqu’au Tome 7 ou 8 et, comme la suite me plaisait moins, je ne l’ai pas lue. Tout s’étirait un peu trop en longueur.

BDE : Quand on vous a proposé de participer, quelle a alors été votre réaction ?
EH : En fait, quand Yann m’en a parlé, honnêtement, j’ai cru qu’il me faisait une blague. Je ne croyais pas que c’était sérieux. Ça paraissait tellement énorme pour moi qui ai commencé la BD il n’y a pas longtemps. Me retrouver sur une série comme ça, que je lisais quand j’étais ado… c’était comme aller sur la Lune, on n’a qu’une chance sur je ne sais pas combien ! Donc j’étais extrêmement surpris et troublé. Mais une fois la surprise passée, j’attendais le scénario. Je l’ai lu, je l’ai trouvé super. Heureusement car, si ça avait été un mauvais scénario, j’aurais été vraiment embêté de faire un album juste parce que c’est XIII. Mais ce n’est pas le cas et j’avais la volonté qu’on fasse un bon livre avant même l’idée que ce soit du XIII. Là où j’étais très content, c’est que des personnes l’ayant lu sans connaître la série ont pu le comprendre et l’apprécier. On peut faire les liens quand on connait la base, ça reste indépendant. C’était donc une proposition enthousiasmante.

BDE : Quand au personnage, auriez-vous accepté de traiter n’importe lequel ?
EH : Oui, mais là c’est Jones, en plus ! Franchement, j’ai eu du bol. J’aurais bien sûr pu dessiner l’histoire de n’importe quel personnage, mais tout dépendait vraiment du scénario. Pour moi, ce qui compte c’est qu’il y ait des enjeux, après, si on fait vivre les personnages, s’il leur arrive des choses intéressantes, ça m’est égal.

BDE : Était-ce la même réflexion pour le scénariste avec qui vous alliez travailler ?
EH : Exactement. La qualité du scénario. Même si avec Yann je partais en confiance.

BDE : La cadre et le contexte vous faisait vraiment sortir de l’univers de Carthago.
EH : C’est ça aussi qui était intéressant. Mais c’est quand même du contemporain et je n’ai pas vraiment la sensation de dessiner autre chose, même si c’est assez urbain et que les voitures ne sont pas les mêmes. Là où c’est super marrant, c’est les designs, la forme des voitures, les habits des gens, tout ce contexte est vraiment intéressant à retranscrire. J’aime bien aller dans la documentation pour chercher des trucs, pour trouver des détails qui font vrais.

BDE : Avez-vous jeté un œil particulier sur le personnage de Jones à travers les albums ?
EH : En fait, je la trouve assez différente petite par rapport à quand elle est adulte. On sent que c’est quelqu’un qui a un sacré caractère, mais là c’est une gamine. Elle a un côté plus espiègle, presque malpoli, que j’ai trouvé super.

BDE : Les autres dessinateurs de la série avouaient avoir eu envie de prolonger l’histoire de leur personnage. Est-ce votre cas aussi ?
EH : Encore une fois, avec une bonne histoire, oui. C’est sûr qu’on s’y attache. Mais ce n’est pas si frustrant pour moi, car il y a eu beaucoup de boulot sur cet album. A la fin, j’étais un peu en retard et ça a été dur de finir, j’ai bossé énormément et j’étais content que ça se termine. Vraiment. Mais si on me proposait une suite, je foncerais. Je sais que Yann en parle de temps en temps, il a proposé des idées même si ce n’est pas l’intention de Dargaud. En tout cas, si il veut bien retravailler avec moi, ce sera avec plaisir.

BDE : Faire toutes ces recherches pour un seul volume, n’était-ce pas frustrant ?
EH : Oh non, j’aime bien faire ça. Pour avoir fait des séries qui ont été interrompues comme Alister Kayne – j’avais commencé le Tome 3 mais je n’ai pas pu le finir – j’ai apprécié d’avoir une histoire bouclée. Elle est terminée, elle existe et ça me plait énormément. Un lecteur m’a même demandé quand sortirait la suite, je lui ai conseillé de lire la série d’origine, c’est pratique ! (rires)

BDE : Avez-vous été en contact avec les auteurs d’origine ?
EH : Un peu avec William Vance. Assez peu, finalement. Il a apprécié mon dessin et m’a encouragé. Ça m’a fait super plaisir. Je n’ai pas eu du tout de contact avec Jean Van Hamme, je pense qu’il s’occupe surtout de la partie scénario. Une fois que le dessinateur a été choisi, c’est un truc qui roule. Il doit plutôt faire attention à la sélection des auteurs et il fait confiance aux scénaristes pour bien mener le truc. En plus je fais un peu exception, les autres dessinateurs sont des professionnels qui bossent depuis assez longtemps, il sait qu’il peut compter sur eux.

BDE : Avez-vous eu un coup de stress face à l’attente des lecteurs ?
EH : Non, j’étais tellement préoccupé par rendre mon boulot à temps pour une prépublication que je n’ai pas trop eu le temps de me poser des questions philosophiques ! Comme sur mes autres BD, je m’attachais surtout à faire le meilleur travail possible. Je suis assez perfectionniste, j’aime bien travailler mon dessin jusqu’au bout, du mieux que je peux faire. J’aurais du mal à torcher mes planches pour gagner du temps. C’est même inconcevable, je ne vois pas comment je pourrais faire. Peut-être que je n’ai jamais été assez sous pression pour devoir le faire vraiment ! (rires)
Ce qui me fait le plus flipper, c’est de revoir mes planches. C’est assez dramatique. Là ça va encore, mais, des fois, j’ouvre un de mes livres et je me dis « c’est pas possible que j’ai fait ça, tout le monde va le voir, il y a mon nom sur l’album ! » A la sortie d’un bouquin, j’ai vraiment une répulsion, presque une honte. Mais ce sentiment s’adoucit un peu avec le temps. C’est affreux, hein ? On sent le gars complexé ! (rires)

BDE : Et vous avez ce sentiment en voyant une autre BD ?
EH : Un peu, parce que j’ai maintenant le regard d’un dessinateur, plus seulement celui d’un lecteur. Je vois les trucs qui ne vont pas, les petites erreurs, etc. Mais je suis toujours très enthousiaste, et enchanté de découvrir de bons bouquins. Récemment, j’ai lu un manga qui s’appelle Hokusai et qui raconte l’histoire d’un artiste japonais. Le dessin ne me plaisait pas plus que ça, mais j’ai trouvé ça formidable. C’était super bien, j’ai été complètement embarqué dans l’histoire. En tant que dessinateur, j’achète une BD quand je sais que le dessin va me plaire et que je vais pouvoir y trouver des choses. Mais le plaisir de lecture peut être complètement dissocié de l’attirance que j’aurais pour le dessin. Mon regard de dessinateur et mon plaisir du lecteur ne sont quand même pas tout à fait pareils. Peut-être parce que je ne fais pas de scénarios. Pas encore. (rires)

BDE : Ah ? Des projets ?
EH : J’aimerais bien. Mais c’est encore un autre métier à apprendre. J’en suis encore à me trouver des excuses pour ne pas le faire, mais je sens bien qu’il y aura un moment où je devrai me jeter à l’eau. Je viens de rencontrer Merwan, dont j’aime énormément le travail, et on a bien sympathisé. Lui m’a dit de le faire, de me lancer. Je sais qu’il faut le faire, mais est-ce que ce sera bon, faudra-t-il dessiner, je n’en sais rien. Et si je ne tente pas le coup, je ne saurai jamais si j’en suis capable. Peut-être qu’il vaut mieux essayer qu’avoir des regrets…

BDE : Où en est la suite de Carthago ?
EH : Je vais la commencer. Je n’ai fini le XIII Mystery qu’en juillet, peu de temps avant la parution. Les délais n’étaient pas courts mais j’ai eu des problèmes personnels en 2009, c’était un peu difficile de travailler. Je n’ai pas trop eu de vie pendant six mois, mais c’est fait, le bouquin est sorti. On ne pouvait en plus pas avancer l’album de François Boucq (NDR : le Tome 4 consacré au colonel Amos) car il n’avait encore fait aucune planche. Mais il est rapide, je sais qu’il n’aura lui aucun souci pour finir dans les temps.
Après une pause cet été, j’ai très envie de repartir dans le SF de Carthago. Je suis impatient de m’y remettre. Le scénario est écrit, celui du Tome 4 aussi, je crois, et peut-être même le début du 5. Christophe Bec a pris de l’avance pendant que je faisais XIII, il a bien continué. Il travaille énormément, c’est un gros bosseur.

BDE : Vous impliquez-vous un peu dans l’histoire ?
EH : Disons que les relations de travail avec Christophe sont vraiment difficiles, alors non. On a essayé mais ça ne marche pas du tout. Il tient vraiment à ce que moi je dessine et lui écrive. Il n’aime pas trop que je vienne dans ses affaires, il peut réagir très violemment. C’est difficile de travailler avec lui et c’est dommage, car j’aimerais bien m’investir plus dans l’histoire. Mais je n’aime pas trop en parler, c’est tellement subjectif.

BDE : Voilà peut-être votre tremplin ?
EH : Oui, quelque part c’est un peu ça ! (rires) Ce n’est pas faux… Je vais suivre mes pistes, j’aimerais explorer d’autres époques. Pourquoi pas des choses un peu fantastiques, un peu fantasmées. J’ai fait les années 1900 avec Alister Kayne, les années 70 avec Little Jones et notre époque avec Carthago, mais tout ça reste du contemporain. Je pense plutôt m’orienter vers un passé ou un futur très lointains. Pas forcément référencés, ça peut être mythologique. Il y a de la matière quand on fait de la recherche de documentation, ça donne de la profondeur.

BDE : Merci pour tout, on attend ça avec intérêt.
EH : De rien, merci à vous.

Propos recueillis par Arnaud Gueury et Anna Sam.

Interview réalisée le 9 octobre 2010.

Premières pages du Tome 3

© Dargaud/Yann/Henninot
Photo © BDE/A.G.
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags : ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*