Accueil » Univers BD Européenne » Interview BD européenne » Rencontre avec Florent Calvez – Dessinateur de Jour J

Rencontre avec Florent Calvez – Dessinateur de Jour J

« Nous avons besoin de vous, les Français, et vous avez besoin de nous… Mais n’oubliez pas, les amis: une fois la révolution faite en Russie, nous ne nous arrêterons pas en si bon chemin. »

Alors que le Tome 5 de la série-concept créée par Fred Duval et Jean-Pierre Pécau vient de paraître, nous vous proposons de revenir sur le précédent diptyque avec son dessinateur, Florent Calvez. Rencontré en octobre dernier au festival Quai des Bulles de Saint-Malo, peu avant que sorte le second volume, il est revenu avec nous sur sa participation à la série et sur son projet en cours, qui vont faire de lui un spécialiste des Anarchistes !

Chronique du Tome 4

Retrouvez les premières planches du Tome 4 en fin d’interview.

Bulle d’Encre : Bonjour ! Au moment où nous parlons, ton actualité est bien chargée.
Florent Calvez : Oui, c’est chaud et copieux ! Et c’est bien car ça faisait pas mal de temps que je n’avais pas sorti d’album. Et comme ça ne marche pas mal a priori… Jour J a bénéficié d’une bonne communication, c’est l’intérêt pour une série comme ça.

BDE : Et tu poursuis un titre entamé par un grand nom de chez Delcourt (NDR : Philippe Buchet).
FC : Oh, un petit nom seulement, qui commence à se faire connaître ! (rires). Bien sûr, je suis ravi de participer à cette aventure, ça me fait super plaisir. En plus, j’ai rencontré les créateurs de la série – Fred Duval, Jean-Pierre Pécau et Fred Blanchard – que je ne connaissais pas. On s’était croisés mais sans discuter, et j’ai découvert que c’était vraiment des mecs bien.

BDE : Comment as-tu été amené à collaborer avec eux ?
FC : En fait, je travaille en parallèle sur un album parlant des Anarchistes. J’étais en plein dedans – j’y suis toujours d’ailleurs – quand le directeur éditorial de Delcourt, Thierry Joos, a discuté avec Fred Blanchard de la série Jour J. Il lui a parlé du scénario, avec Bonnot, les Anarchistes… Thierry lui a dit que je bossais sur le sujet (NDR : un album intitulé Sacco et Vanzetti), que les Anars étaient mon truc, si bien que Blanchard m’a appelé pour me demander si ça me branchait de les rejoindre sur l’album. Ça s’est donc fait super vite !

BDE : Ce n’était pas rébarbatif de travailler sur le même thème ?
FC : Non, car ce n’est pas répétitif tel que je le vois. Le sujet de mon album est sérieux, plutôt tragique et pas rigolo du tout, alors que Jour J a un côté plus fun. C’est divertissant. Les Anars et les bombes version fun !

BDE : Pour ajouter à ta masse de travail, il s’agit pour une fois d’un diptyque. Pourquoi ?
FC : L’envie d’en faire deux tomes était là dès le début, il y avait la matière, avec un conflit qui avait de l’envergure. C’est bien en même temps, ça laisse le temps d’installer l’univers, les personnages. C’est plutôt chouette.
Pour parler délai, j’ai fini le premier en mai, alors que je viens de terminer le second en septembre. Le dernier mois, je dormais 3h par nuit, avec deux nuits blanches pour conclure le travail. J’étais HS ! C’était vraiment la date-butoir, il ne fallait pas dépasser pour l’impression, au risque de reporter le bouquin. Ce qui était impossible puisque Delcourt avait prévu de sortir un coffret pour la même date.
Ensuite, j’ai bien dormi ! (rires)

BDE : Ça ne laisse pas beaucoup de temps pour la famille !
FC : Non, je ne l’ai pas beaucoup vue à cette période… Disons que l’été a été un peu dynamité.

BDE : Pas de pause avant de reprendre ton projet ?
FC : Non non non ! Heureusement, je le fais dans un style graphique qui me permet d’aller plus vite. C’est moins précis et plus crayonné. Donc il me reste 50 pages à faire, mais ça tombe assez vite. C’est plutôt de la mise en scène. Une fois que c’est décidé, ça descend bien. Et ça pourra sortir courant 2011.

BDE : D’autres projets en vue malgré tout ?
FC : Oui, avec Fred Duval, mais c’est pas encore signé ! Je ne peux trop rien dire, si ce n’est qu’a priori ce sera pour une série-concept.

BDE : Est-ce intéressant pour un dessinateur de participer à ce type de série à plusieurs auteurs ?
FC : Disons que ça l’est dans la mesure où on n’est pas tout seul à porter le truc. Et puis il y a souvent des gens qui sont plus connus, qui savent le faire. De mon côté, je suis un peu le wagon qu’on accroche à la locomotive, je me laisse porter. Et en même temps, c’est bien d’avoir un cadre, c’est une contrainte qui produit de la crédibilité. Quand le concept est intéressant, c’est chouette pour le scénariste qui se prend au jeu et se motive avec différents collaborateurs.

BDE : Avais-tu vu les autres albums avant de commencer ?
FC : Non, je n’ai vu le premier qu’à sa sortie, et le second aussi. Je n’ai pas eu l’occasion de voir Gaël Séjourné ou Philippe Buchet – de toute façon, il est au Japon – donc j’étais fébrile de voir leur travail.

BDE : Est-ce que les contraintes étaient nombreuses ?
FC : En fait, avec Duval, Pécau et Blanchard, il faut un découpage assez structuré pour que la narration ne soit pas altérée par des problèmes d’axes. Par exemple, un truc tout con : un champ/contrechamp foiré et le lecteur peut lâcher un peu le fil. Ce sont des choses que je ne maitrisais pas forcément, j’ai donc appris plein de trucs.
Je n’ai vraiment eu aucun souci avec eux, peut-être qu’ils s’engueulaient de leur côté mais pas avec moi ! (rires)

BDE : Y a-t-il eu besoin de documentation en sachant que tu travaillais déjà sur les Anarchistes ?
FC : Oui, il a fallu chercher, car les époques sont différentes – 15 ans d’écart environ – avec l’avant-guerre et l’après-guerre. Les contextes sont différents, il y a la France de 1917 et les Etats-Unis des années 20.
Pour la doc, merci internet et merci Google ! Sinon, j’aurais passé mon temps dans plein de bibliothèques. Les scénaristes m’ont en plus demandé d’être pointu dans les détails, Jean-Pierre m’a par exemple demandé de refaire un char qui n’existait pas en 1917. Avec Fred, ils sont historiens de formation, ils font gaffe à la vraisemblance du récit.

BDE : Que peux-tu nous dire de ton projet personnel, Sacco et Vanzetti ?
FC : Ce sera dans la collection Mirages, en petit format, et ça parlera des Anarchistes, un sujet qui m’intéresse. Pas du tout pour le côté violent, mais pour le principe de l’utopie, qui est assez proche de mes idées politiques. Quand Jour J est sorti, ma femme l’a présenté à une de ses copines, lui disant que ça parlait des Anarchistes. Elle a alors fait une grimace comme s’il s’agissait d’un truc atroce ! Je me dis donc que ça peut être pédagogique, pour comprendre ce qu’est un Anarchiste, ne pas faire d’amalgames…
Ça me semble intéressant à faire, d’autant que Sacco et Vanzetti sont un peu connus. Et ça permet aussi d’aborder la peine de mort, puisqu’ils ont été condamnés tous les deux à la chaise. On peut rappeler que c’est pas mal d’avoir aboli la peine de mort.

BDE : Merci beaucoup !
FC : C’était sympa, merci à vous.

Propos recueillis par Arnaud Gueury et Anna Sam.

Interview réalisée le 9 octobre 2010.

Premières planches du Tome 4

© Guy Delcourt Productions/Duval/Pécau/Calvez
Photo © BDE
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags : , , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*